Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Assurance chômage : les associations de chômeurs pour un système d'indemnisation unique, avec une base à 80 % du Smic

Les associations de chômeurs AC!, MNCP, APEIS, Recours-Radiation ainsi que Sud Culture, Solidaires/Sud Emploi, SNU-FSU Pôle emploi font valoir leurs revendications dans un communiqué et en organisant un rassemblement à 14h devant le Medef, vendredi 17 janvier 2014, jour de l'ouverture de la négociation sur la convention d'assurance chômage entre les partenaires sociaux. « Dans le cadre d'une négociation qui va décider des moyens de survie des chômeurs et précaires, ce sont les premiers concernés, qui, réunis en organisations, doivent être consultés », affirment les organisations de chômeurs et précaires. « Inadapté aux réalités du marché du travail, le système de l'Unédic doit permettre un système d'indemnisation unique pour tous ceux qui sont sans emploi, avec une base au moins égale à 80 % du Smic », estiment-elles.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
« Ce n'est pas au moment où il y a un taux de chômage élevé qu'il faut réduire les droits des chômeurs » (F. Hollande)

« Ce n'est pas au moment où il y a un taux de chômage élevé qu'il faut réduire les droits des chômeurs », explique François Hollande, à l'occasion de sa conférence de presse, mardi 14 janvier 2014 (AEF n°471039). Même s'il rappelle que l'État n'est pas « partie prenante » de la négociation de la convention d'assurance chômage qui s'ouvre vendredi 17 janvier, le président de la République considère, comme avant lui Jean-Marc Ayrault et Michel Sapin, que l'important est « de préserver les droits des chômeurs dans un moment difficile, et de favoriser le retour vers l'emploi ». Sur ce point, « tout ce que nous pouvons faire pour que les chômeurs soient formés [et soient incités à reprendre un emploi], nous devons le faire ».

Lire la suiteLire la suite