Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'efficacité des bonifications des agrégés est « très insuffisante » dans 14 académies (enquête, Société des agrégés)

Environ 8 000 agrégés, soit 25 % du corps, est affecté en collège, indique la Société des agrégés dans un rapport sur l'affectation de ces personnels rendu public, lundi 20 janvier 2014. Selon l'association, si la note de service sur le mouvement « comprend désormais un rappel de la priorité d'affectation en lycée », deux tiers des académies « se [refusent] à traiter énergiquement le problème en attribuant un nombre de points suffisant aux agrégés et laisse ainsi persister une inégalité de traitement inacceptable ». L'association fait état d'une « démotivation des jeunes agrégés » et d'une « tentation de la démission de plus en plus fréquente ». Selon elle, l'efficacité des bonifications attribuées aux agrégés pour l'obtention d'un poste en lycée est « très insuffisante » dans quatorze académies et « satisfaisante » dans huit (1).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
« On ne peut pas se contenter de calquer l'agrégation sur le Capes qui a été vidé de son contenu » (Société des agrégés)

« Les pistes de réflexion », contenues dans le document dont AEF a eu copie sur « l'évolution de l'agrégation et la place des agrégés » sont « faibles », pour la présidente de la Société des agrégés, Blanche Lochmann, interrogée le 15 novembre 2013 (AEF n°470051). « On y retrouve la même passion réformiste que pour le Capes, dénuée d'analyse », reproche-t-elle. « Si on veut réfléchir à l'agrégation on ne peut pas se contenter de la calquer sur le Capes 'nouvelle formule' qui a été vidé de son contenu » (AEF n°191104). Elle promet que « la Société des agrégés s'élèvera avec force contre toute tentative visant à amoindrir le prestige, la valeur et la haute qualité scientifique de l'agrégation ». L'agrégation bénéficie actuellement « d'une reconnaissance internationale », pour Blanche Lochmann qui pointe aussi le fait que ce concours est moins concerné que d'autres « par la fuite des candidats ».

Lire la suiteLire la suite