Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Bernard Belloc et Alice Guilhon (Skema BS) : « Les écoles tirent le système, mais l'État s'en détourne complètement »

« Je n'ai vu aucune action coordonnée de la part d'un PRES français en Chine… Nous continuons à aller à l'étranger en ordre dispersé, en cavalcade », constate Bernard Belloc, ancien conseiller enseignement supérieur de Nicolas Sarkozy, aujourd'hui conseiller d'Alice Guilhon à la direction de Skema business school. Dans une interview croisée à AEF, ils regrettent l'incapacité des établissements français à s'inscrire dans des stratégies de « coopétition » pour gagner en influence à l'étranger. « Il faudrait une démarche collective des écoles, ce qui ne se fait jamais à cause de la compétition très vive qui existe entre nous », observe Alice Guilhon. Ils interpellent l'État qui « ne peut pas se désintéresser d'un secteur qui forme les deux tiers des futurs cadres du pays ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
« Le monde universitaire français n'a strictement aucune force de lobbying », estime Bernard Belloc dans « Les Échos »

« Le monde universitaire français n'a strictement aucune force de lobbying. Seule la volonté de quelques dirigeants a permis aux universités de bénéficier d'accroissements de moyens publics significatifs. (…) L'actuel gouvernement a cassé la dynamique des moyens que Nicolas Sarkozy avait mise en place pour les universités. » C'est ce qu'écrit Bernard Belloc, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée pour l'enseignement supérieur et la recherche, dans une tribune publiée par « Les Échos », le 3 janvier 2014. Il y évoque un « étrange scénario budgétaire » en cours d'étude qui consisterait à « transférer des moyens des universités ayant le moins de boursiers vers celles qui en ont le plus », ce qu'il qualifie de « contorsions budgétaires destinées à déshabiller Pierre pour habiller Paul ». Pour Bernard Belloc, « il n'y a que deux solutions : augmenter les droits d'inscription ou accroître les subventions de l'État ».

Lire la suiteLire la suite