Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

« Les relations entre PME et grands groupes sont dures et conflictuelles » (Pierre Pelouzet, médiateur de l'innovation)

« Le constat est que les relations entre PME ou grands groupes ne fonctionnement pas, c'est l'histoire des rendez-vous manqués », déclare Étienne Piot, président du pôle de compétitivité Arve-industries (Rhône-Alpes) lors de la 13e journée nationale des pôles de compétitivité organisée à Bercy, vendredi 24 janvier 2014. Il participe à une table ronde intitulée : « Relations entre PME et grands groupes : je t'aime moi non plus ». « Il est prouvé que les entreprises qui ont un succès durable sont celles qui ont bien intégré leur tissu de partenaires. En France, nous avons du mal à le comprendre », poursuit-il. « Réveillez-vous, braves gens ! Il ne s'agit pas d'avaler les sous-traitants mais de les intégrer dans une stratégie long terme », lance Étienne Piot. « Effectivement, ces relations sont dures et conflictuelles », corrobore Pierre Pelouzet, médiateur de la relation inter-entreprises et de l'innovation depuis décembre (AEF n°468919).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
« 71 pôles, c'est peut-être beaucoup sachant que 20 pôles drainent la moitié du FUI » (Pascal Faure, DGCIS)

« Les pôles de compétitivité ont tous fait des progrès », déclare Pascal Faure, directeur de la DGCIS. Il s'exprime lors d'une réunion du club « recherche et innovation » d'AEF, regroupant une dizaine de responsables R&D de grands groupes industriels et de pôles de compétitivité (1), mardi 21 janvier 2014 (AEF n°473031 et n°473258). « Il est vrai que 71 pôles, c'est peut-être beaucoup sachant que 20 pôles drainent la moitié des financements des projets du FUI (fonds unique interministériel) », ajoute-t-il. Toutefois, nuance Pascal Faure, « ce n'est pas grave car la démarche est de ne laisser personne au bord du chemin. S'il y a des Formules 1 tant mieux ! » Il rappelle par ailleurs que la DGCIS « est en train d'examiner les plans d'action des pôles qualifiés de 'moins performants' lors de l'évaluation, pour leur permettre de retrouver une bonne dynamique » (AEF n°209270).

Lire la suiteLire la suite