Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le taux de chômage des docteurs (10 %) redevient inférieur à celui des masters pour la 1re fois en dix ans

« Après trois ans de vie active, les étudiants ayant obtenu leur thèse en 2007 ont un taux de chômage de 10 % », analyse le Céreq (Centre d'études et de recherches sur les qualifications) dans une étude datée de novembre 2013 et rendue publique le 12 décembre 2013, intitulée « Les Docteurs : une longue marche vers l'emploi stable ». « Pour la première fois depuis plus de dix ans, ce taux est inférieur à celui des titulaires d'un master 2 universitaire », commente l'auteur, Julien Calmand. L'étude souligne également qu' « à court terme, l'emploi à durée indéterminée est loin d'être acquis pour tous les docteurs visant des carrières dans la recherche publique ». « Toutefois, après cinq ans sur le marché du travail, 94 % des docteurs sont en emploi, avec 86 % d'emplois à durée indéterminée. »

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Loi ESR : le Sénat demande un rapport annuel sur la reconnaissance du doctorat dans la haute fonction publique

Le Sénat inscrit l'obligation d'un rapport annuel du gouvernement sur la reconnaissance du doctorat dans la haute fonction publique, vendredi 21 juin 2013, dans le projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche. Il rejette la proposition gouvernementale de n'adapter qu' « en tant que de besoin » les concours de la fonction publique aux docteurs (AEF n°187394). Il précise aussi les dispositions facilitant l'accès des docteurs aux concours d'entrée à l'ENA et retient la suggestion de l'UMP de voir les reconstitutions de carrière des docteurs nommés ou titularisés dans la fonction publique être faites indépendamment du statut sous lequel ils ont préparé leur doctorat. Il interdit enfin aux médecins, orthodontistes et pharmaciens de faire usage de leur titre de docteur lorsqu'ils ont été radiés de leur ordre. Le Sénat a adopté l'ensemble du projet de loi dans la nuit du 21 au 22 juin (AEF n°187085).

Lire la suiteLire la suite
« L'insertion des docteurs est spécifique » et reste « difficile » (enquête du Céreq)

« Trois ans après leur sortie du système scolaire, 10 % des jeunes docteurs (…) sont au chômage » : tel est le principal enseignement que tire le Céreq de son enquête « L'insertion des docteurs, enquête génération 2004, interrogation 2007 », publiée en juillet 2010 et qu'AEF avait révélée en décembre 2009 (AEF n°280603). « Sortir avec un diplôme élevé de l'enseignement supérieur protège du chômage », écrivent Julien Calmand et Jean-François Giret, auteurs de l'enquête. Mais si « cette constatation s'avère globalement juste, elle est fausse pour le doctorat », ajoutent-ils.

Lire la suiteLire la suite
Le secteur informatique, ingénierie, études et conseil est « le premier employeur privé des docteurs » (Céreq)

La branche de l'informatique, de l'ingénierie, des études et du conseil est « un secteur porteur d'emplois pour les titulaires de doctorat », affirme le Céreq (Centre d'études et de recherches sur les qualifications), qui publie vendredi 18 décembre 2009 une étude sur le sujet, datée d'octobre 2009. Concentrant « 18,2 % des actifs titulaires d'un doctorat occupés dans le secteur privé », ce secteur constitue « le premier employeur privé des docteurs », observe le Céreq. Il emploie même « 38 % des docteurs en sciences de l'ingénierie, mécanique, informatique » qui travaillent dans le privé, et « 31 % des diplômés en mathématiques-physique ». Au total, les docteurs représentent 1,7 % des 825 600 salariés du secteur, soit environ 14 000 personnes. Cette proportion est quatre fois plus élevée que les 0,4 % de docteurs parmi les effectifs salariés de l'ensemble du secteur privé.

Lire la suiteLire la suite