Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°471188

Bosch France : Heiko Carrié nommé directeur général, en charge notamment des ressources humaines

« À compter du 1er janvier 2014, Heiko Carrié prend en charge la direction générale de Bosch France en remplacement d'Ulrich Eichler, qui a fait valoir ses droits à la retraite », annonce le groupe industriel le 8 janvier 2014. Outre les fonctions juridiques et financières, le manager allemand aura en charge les ressources humaines.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 76 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Bosch signe un accord de « performance industrielle » sur le site de Moulins-Yzeure (Allier)

Création d'un compteur temps collectif, augmentation de la production et modération salariale : tels sont les grands principes de l'accord de « performance industrielle », signé mercredi 20 novembre par la direction du site Bosch Moulins-Yzeure (Allier) et l'ensemble des organisations syndicales (CGT, CFDT et FO), quelques mois après la signature d'un dispositif similaire sur le site de Rodez (Aveyron, AEF n°191835). L'accord prévoit notamment la création d'un « compteur temps collectif », qui devrait permettre « d'accroître la flexibilité » et de « maintenir les rémunérations en cas de baisse de l'activité », en vue « d'éviter au maximum des mesures de chômage partiel », précise la direction, qui s'engage en contrepartie « à augmenter, en moyenne, la production de 4 % sur les trois ans à venir ».

Lire la suiteLire la suite
François Hollande salue l'accord signé chez Bosch visant à soutenir l'emploi et améliorer la performance industrielle

« Soyez fiers de la qualité de la négociation sociale [que vous avez menée] », déclare François Hollande, mercredi 29 mai 2013, aux salariés de l'usine Bosch d'Onet-le-Château, près de Rodez (Aveyron). Le 25 avril, la direction et l'ensemble des organisations syndicales de Bosch ont signé un accord permettant de « soutenir l'emploi » et d' « améliorer la performance industrielle du site » (AEF n°190140). En échange d'une organisation du travail « plus souple et plus flexible », le groupe allemand s'est engagé à investir 29 millions d'euros sur le site, spécialisé dans la production d'injecteurs diesel. Le chef de l'État juge que l'accord signé est un « bon accord » parce que « les partenaires sociaux l'ont signé » mais aussi parce qu'il est « équilibré ». « Ce compromis […] permet à l'entreprise d'être plus compétitive encore et aux salariés d'être mieux protégés », poursuit-il.

Lire la suiteLire la suite
Bosch : licenciements économiques sans cause réelle et sérieuse faute de recherche de reclassement au niveau du groupe

La cour d'appel d'Amiens (Somme) considère dans un arrêt du 30 avril 2013 que la société Robert Bosch n'a pas satisfait à son obligation de reclassement à l'égard de 86 salariés de son établissement de Beauvais (Oise) licenciés à la suite de la fermeture du site. En effet, la société n'a identifié que « 17 postes situés dans cinq de ses établissements français susceptibles d'être proposés en reclassement interne aux 356 salariés composant l'effectif global de l'établissement » de Beauvais. Or, la société appartient à « un groupe de dimension mondiale, employant plus de 200 000 salariés dans ses filiales ou établissements répartis dans 56 pays au travers le monde, dont 14 000 sur 33 sites, dont huit situés en France », lequel groupe constitue le périmètre de son obligation légale de reclassement. Les juges d'appel estiment en outre que l'employeur ne justifie pas de la réalité des recherches de reclassement qui auraient été entreprises en temps utile auprès des sociétés du groupe.

Lire la suiteLire la suite