Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

DÉCRYPTAGE. Éducation prioritaire : pourquoi la dépense par élève varie-t-elle de 1 à 9 selon les académies ?

Le surcoût de l'éducation prioritaire par élève varie de 1 à 9 selon les académies, selon les données publiées par le ministère de l'Éducation nationale (1). Ce surcoût est le plus bas en Corse avec 106 € par élève et le plus élevé à Poitiers avec 954 € tandis que la moyenne nationale s'établit à 615 €. Si le ministère n'a pas souhaité commenter cette différence, plusieurs explications sont mises en avant par d'autres acteurs : des caractéristiques académiques spécifiques comme la masse salariale, des choix budgétaires faits par les rectorats ou encore une affectation des moyens en dehors de l'éducation prioritaire en raison d'une inadaptation de la carte avec la difficulté actuelle des établissements. AEF propose aussi une comparaison d'autres données académiques en éducation prioritaire comme le taux de réussite au DNB, le pourcentage d'élèves de CSP défavorisées en 6e, ou encore le nombre d'élèves par classe au collège.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Ce qu'il faut retenir des assises de l'éducation prioritaire

Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, présentera en janvier ses mesures pour réformer l'éducation prioritaire. Une nouvelle carte de 100 réseaux les plus difficiles est déjà annoncée pour la rentrée 2014 (AEF n°472170) qui pourrait à terme regrouper 300 à 400 réseaux. Pour préparer cette réforme, le ministère a souhaité interroger les personnels sur le terrain et a organisé entre le 4 novembre et le 4 décembre 2013 douze assises académiques ou inter-académiques afin de « faire partager » le diagnostic établi dans le cadre de la modernisation de l'action publique, d'identifier des « leviers d'efficacité » et de « recueillir réflexions et suggestions ». La rédaction d'AEF vous propose une sélection de dépêches retraçant les échanges au sein de ces assises académiques de l'éducation prioritaire.

Lire la suiteLire la suite
URGENT. Éducation prioritaire : « préfiguration » d'une carte de 100 réseaux bénéficiant de moyens supplémentaires en 2014

« Il y aura 100 réseaux de l'éducation prioritaire sur lesquels nous allons mettre le paquet à la rentrée 2014 », annonce Vincent Peillon, le ministre de l'Éducation nationale, jeudi 12 décembre 2013, à l'occasion d'une conférence de presse sur le métier enseignant. Ces 100 réseaux « les plus difficiles » seront les premiers à bénéficier de la nouvelle pondération des heures d'enseignement à 1,1 (AEF n°472279). Le nombre total d'établissements de la nouvelle carte de l'éducation prioritaire n'est pas encore fixé, précise le ministère. « Cette carte montera en régime sur plusieurs années », explique Vincent Peillon qui cite le nombre de 300 réseaux « peut être même 400 ». « Je n'ai jamais dit que nous allions mettre moins pour les autres établissements » de l'éducation prioritaire, insiste-t-il. Les autres établissements conserveront à la rentrée 2014 leurs moyens supplémentaires, assure le ministère.

Lire la suiteLire la suite