Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°469867

Pierre Gattaz (Medef) demande un moratoire sur les mesures législatives à venir concernant les entreprises

Trop de « mesures anxiogènes » dans les projets et propositions de loi alimentent « le climat de défiance et de suspicion » des employeurs vis-à-vis des pouvoirs publics, estime Pierre Gattaz, mardi 19 novembre 2013, à l'occasion de sa conférence de presse mensuelle. « Arrêtons d'emmerder les entreprises », explique-t-il paraphrasant Georges Pompidou. Le président du Medef demande aux pouvoirs publics un moratoire sur les dispositions législatives concernant les entreprises et propose d'ouvrir « cinq chantiers » dans le cadre d'un nouveau « pacte de confiance » entre les partenaires sociaux et l'exécutif. Questionné sur l'annonce d'une « remise à plat » de la fiscalité faite par le Premier ministre dans son interview ce mardi au quotidien économique « Les Échos », Pierre Gattaz plaide à nouveau pour que la question du coût du travail soit abordée.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 89 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
« La qualité du dialogue social ne se mesure pas à la quantité d'accords » signés (Jean-François Pilliard, Medef)

Le Medef veut moins d'accords que par le passé, mais des accords de meilleure qualité. Telle est la position défendue par Pierre Gattaz et Jean-François Pilliard, respectivement président et vice-président en charge du social du Medef, lors d'une rencontre organisée par l'Ajis (Association des journalistes de l'information sociale), mercredi 13 novembre 2013, avant la réunion d'agenda social prévue le même jour entre les organisations patronales et syndicales. Cette « approche sélective » du Medef concernant la négociation collective porte aussi sur le paritarisme, l'organisation patronale mettant en place un groupe de travail pour « faire le tri » entre les différentes instances dans lesquelles elle siège.

Lire la suiteLire la suite
« On ne peut pas révolutionner le financement du paritarisme en trois mois » (Pierre Gattaz, Medef)

« On ne peut pas révolutionner le financement du paritarisme en trois mois », explique Pierre Gattaz, mardi 15 octobre 2013, lors de sa conférence de presse mensuelle. D'une manière générale, alors qu'une concertation avec les pouvoirs publics est en cours sur le financement des organisations syndicales et patronales, le président du Medef considère qu'à terme, les partenaires sociaux doivent se financer sur leurs cotisations et non pas sur des « subventions ». Le financement du paritarisme sera un des volets du projet de loi relatif à la formation professionnelle annoncé par le gouvernement pour la fin de l'année et qui doit être débattu au Parlement début 2014.

Lire la suiteLire la suite
La France est en situation de « surfiscalité, ce qui conduit à avoir un taux de chômage élevé » (Pierre Gattaz, Medef)

Il faut « agir sur la compétitivité coût » pour relancer l'activité économique en réduisant « le coût du travail, la fiscalité, la complexité et le coût de l'énergie », affirme Pierre Gattaz, président du Medef, le 17 septembre 2013, lors de sa conférence de presse mensuelle. Actuellement, la France est en situation de « surfiscalité, ce qui conduit à avoir un taux de chômage élevé car ce sont les entreprises qui créent des emplois », poursuit-il, en demandant à François Hollande de traduire en actes concrets son discours qu'il qualifie de « pro-entreprises ». Pierre Gattaz souhaite notamment rouvrir le dossier des 35 heures en confiant aux branches professionnelles la fixation de la durée du travail. Il devrait par ailleurs aborder la question du coût du travail lors d'une rencontre avec Pierre Moscovici, ministre de l'économie, le 23 septembre.

Lire la suiteLire la suite
Pierre Gattaz (Medef) demande au gouvernement de faire « le choix de l'entreprise »

« Monsieur le président de la République, monsieur le Premier ministre, mesdames et messieurs les ministres, faites confiance aux entrepreneurs et à leurs équipes, faites le choix de l'entreprise. Il y a urgence, car tous les autres pays du monde avancent et ont déjà fait ce choix. La France ne peut plus attendre. Osez ! », déclare le président du Medef en ouverture de l'Université d'été de l'organisation patronale, mercredi 28 août 2013. Pierre Gattaz reprend à cette occasion ses revendications en matière de baisses des cotisations des entreprises et de la fiscalité et de simplification législative. Cette Université d'été marque aussi le lancement du « projet phare » de Pierre Gattaz : « 2020 : Faire gagner la France ». Dans ce cadre, l'organisation patronale souhaite proposer au gouvernement un « pacte de confiance » dont « l'emploi et croissance seront les piliers ».

Lire la suiteLire la suite
Pierre Gattaz, élu président du Medef, propose un « pacte de confiance » au gouvernement et aux partenaires sociaux

« Je veux aujourd'hui proposer solennellement un 'pacte de confiance' au gouvernement, un engagement réciproque entre les entreprises, les partenaires sociaux et les pouvoirs publics » pour notamment réussir « à faire baisser le chômage en dessous de 7 % à l'horizon 2020 ». C'est ce que déclare Pierre Gattaz, dans son premier discours après son élection à la présidence du Medef, avec 95 % des voix, mercredi 3 juillet 2013. À l'occasion de cette Assemblée générale élective, le Medef a doté son conseil exécutif de dix nouvelles personnalités qualifiées. Pour sa part, Laurence Parisot dont l' « énergie » et le « dévouement » ont été salués par son successeur, devient « présidente d'honneur » de l'organisation patronale.

Lire la suiteLire la suite