Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°460806

Dénigrer son employeur en dehors de l'entreprise peut constituer une faute grave

Une salariée d'une association, agent à domicile à temps partiel, indique à deux collègues, lors d'une conversation tenue en dehors de l'entreprise, que leur employeur est au bord de la faillite pour les inciter à le quitter et à travailler pour une entreprise concurrente. Dans le même temps, une campagne de dénigrement est organisée par certains membres de cette dernière. Ce comportement constitue un manquement à l'obligation de loyauté envers l'employeur et justifie le licenciement pour faute grave de la salariée, juge la chambre sociale de la Cour de cassation dans un arrêt du 24 septembre 2013.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 86 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Un cadre qui critique le président de la société sans injure, diffamation ou excès n'abuse pas de sa liberté d'expression

N'abuse pas de sa liberté d'expression le cadre supérieur qui adresse aux membres du conseil d'administration et aux dirigeants de la maison mère une lettre hostile au président de la société dès lors que celle-ci ne comporte pas de termes injurieux, diffamatoires ou excessifs. C'est ce que décide la chambre sociale de la Cour de cassation dans un arrêt du 27 mars 2013.

Lire la suiteLire la suite
Un courrier collectif réclamant une amélioration du remboursement des frais professionnels n'est pas un abus de la liberté d'expression

Un salarié qui envoie un courrier collectif où il se borne à réclamer avec d'autres collègues une amélioration du remboursement des frais professionnels fait un usage normal de sa liberté d'expression. Le licenciement du salarié pour faute grave dérivant de ce courrier est nul car violant sa liberté de parole. C'est ce que juge la cour d'appel de Versailles (Yvelines) dans une ordonnance de référé du 20 novembre 2012.

Lire la suiteLire la suite
Abusent de leur liberté d'expression des cadres supérieurs qui critiquent vertement d'autres cadres supérieurs de la société

Abuse de sa liberté d'expression la salariée, cadre supérieure qui, dans une lettre adressée au DRH concernant le directeur du contrôle de gestion de la société, indique qu'elle « n'accepte pas ce type d'accusations hystériques émanant d'une personne inapte à émettre un jugement objectif sur [son] travail » et met en cause sa compétence et sa probité. Il en est de même d'un salarié, également cadre supérieur, qui, ayant déjà été sanctionné par un avertissement pour des messages au ton agressif et méprisant à ses collègues et supérieurs hiérarchiques, adresse un courriel à son supérieur hiérarchique direct avec copie aux treize membres de l'équipe lui enjoignant sans ambages et publiquement d'être précis et réaliste et de prendre en compte un certain nombre de points afin de comprendre la situation. C'est ce que décide la chambre sociale de la Cour de cassation dans deux arrêts du 11 juillet 2012 non publiés au bulletin de la Cour.

Lire la suiteLire la suite
Un cadre dirigeant peut participer à la création d'un syndicat et s'exprimer dans un tract sur des restructurations en cours

Le fait pour un employeur de licencier un cadre dirigeant au motif, mentionné dans la lettre de licenciement, qu'il a participé à la création d'un syndicat, et qu'il aurait manqué à son obligation de loyauté en tardant à informer son employeur de la création du syndicat et de sa participation au bureau exécutif de celui-ci, laisse supposer l'existence d'une discrimination syndicale. C'est ce que retient la Cour de cassation dans un arrêt du 3 juillet 2012. Dans cet arrêt, la chambre sociale considère également qu'un cadre dirigeant qui, dans le cadre de son activité syndicale, affiche un tract qualifiant des restructurations en cours de « hasardeuses » et de « sournoises », ne commet pas un abus de sa liberté d'expression, dès lors que le tract ne contient aucun propos injurieux, diffamatoire ou excessif.

Lire la suiteLire la suite
Critiquer sans excès un licenciement et évoquer la fortune du dirigeant sur un site internet n'est pas abusif

Un salarié ayant publié sur un site internet trois articles critiquant le licenciement pour faute d'un autre salarié, le non respect par l'employeur du code du travail, et donnant des informations sur la fortune du dirigeant de l'entreprise n'abuse pas de sa liberté d'expression en l'absence de diffamation et de dénigrement. C'est ce que retient le conseil des prud'hommes de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) dans un jugement du 8 mars 2012. Le licenciement pour faute grave de l'intéressé est jugé sans cause réelle et sérieuse.

Lire la suiteLire la suite