Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'OMS classe la pollution de l'air extérieur et les particules fines parmi les cancérogènes « certains » (Circ)

La pollution de l'air extérieur est une cause majeure de mortalité par cancer, annonce jeudi 17 octobre 2013 le Circ (centre international de recherche sur le cancer), agence rattachée à l'OMS (Organisation mondiale de la santé). La pollution de l'air extérieur est classée dans le groupe 1 des cancérogènes « certains » par l'agence, qui compte quatre groupes (1). Appuyé des dernières études scientifiques, le Circ considère que les preuves selon lesquelles l'exposition à la pollution de l'air extérieur est une cause majeure du cancer des poumons sont « suffisantes » pour la classer dans ce premier groupe. L'exposition à la pollution de l'air extérieur est également associée à un risque plus élevé de cancer de la vessie, ajoute le Circ. L'agence a évalué les particules fines séparément et les a aussi classées dans le groupe 1 des cancérogènes.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le Medde constate une légère amélioration de la qualité de l'air en 2012 mais pas de tendance à la baisse depuis 2000

Le Medde publie le 26 septembre 2013 le bilan national de la qualité de l'air pour l'année 2012. Le rapport établit une tendance à l'amélioration entre 2011 et 2012 : diminution des concentrations pour le NO2 (dioxyde d'azote), les particules fines et pas de dépassement réglementaire pour le CO (monoxyde de carbone) et le SO2 (dioxyde de soufre). Le bilan note également une diminution des jours de dépassements du seuil d'information pour l'ozone et du nombre d'agglomérations de plus de 100 000 habitants pour lesquelles la valeur réglementaire de PM10 a été dépassée plus de 35 jours. Mais de fortes disparités spatiales et temporelles demeurent, et il n'y a pas de tendance générale à la baisse depuis le début des années 2000, selon le ministère. Les niveaux de fond d'ozone restent supérieurs à ceux constatés au début des années 1990.

Lire la suiteLire la suite
Pollution de l'air : un expert de l'OMS plaide pour « des approches politiques plus radicales et globales » (BEH)

« L'accumulation de preuves sur les effets de [la] pollution [atmosphérique] sur la santé invite à des approches politiques plus radicales et globales, non seulement pour maintenir les niveaux de pollution en dessous des niveaux imposés par certaines normes légalement contraignantes ou par des valeurs limites, mais aussi pour réduire davantage l'exposition de la population, même lorsque les normes sont respectées », juge Michal Krzyzanowski, du Centre européen de l'environnement et de la santé de l'OMS, dans l'éditorial du dernier BEH (Bulletin épidémiologique hebdomadaire) consacré à la pollution atmosphérique urbaine, publié par l'InVS (Institut de veille sanitaire) mardi 8 janvier 2013. « La révision, en 2013, des politiques de l'Union européenne relatives à la qualité de l'air devrait être une bonne occasion pour élaborer des politiques efficaces et fondées sur des faits pour la protection de la santé en Europe », espère le spécialiste. Lors de l'adoption de la précédente directive, les experts en santé publique avaient échoué à faire adopter par les 27 la norme de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3) pour les particules fines d'un diamètre de 2,5 micromètres et moins (PM-2,5).

Lire la suiteLire la suite