Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°324329

Le taux d'effort des ménages pour s'offrir une complémentaire santé varie entre 3% et 10% selon le niveau de revenus (Irdes)

Le taux d'effort, c'est-à-dire le pourcentage du revenu des ménages consacré au financement d'une complémentaire santé, varie de 10,3% pour les ménages les plus pauvres à moins de 3% pour les ménages les plus riches, "sachant que les premiers, pour un taux d'effort trois fois plus élevé, bénéficient de contrats offrant des garanties inférieures à ceux des seconds", indique l'Irdes (Institut de recherche et documentation en économie de la santé) dans son "Enquête santé protection sociale 2006", dont les premiers résultats sont rendus publics aujourd'hui, mardi 8 avril 2008. En moyenne, 7% des Français déclarent ne pas avoir de couverture santé complémentaire. Cette enquête bisannuelle de l'Irdes est menée depuis 20 ans et interroge les personnes résidant en France sur leur état de santé, leur recours aux services de santé et leur couverture santé. L'enquête 2006 a été menée auprès de 8 000 ménages et 22 000 individus.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 90 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
L'accueil des bénéficiaires de la CMU se concentre sur une fraction des médecins généralistes ou des dentistes, surtout dans les zones à forte densité médicale (Drees)

"L'accueil des bénéficiaires de la CMU se concentre d'autant plus sur une fraction des généralistes que la densité médicale et le nombre d'affiliés à la CMU sont importants", note la Drees (direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques, ministère de la Santé) dans une étude qui dresse un "panorama de l'accès aux soins de ville des bénéficiaires de la CMU complémentaire en 2006". Cette étude, réalisée en collaboration avec la Cnamts (Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés) et l'Irdes (Institut de recherche et documentation en économie de la santé), "a privilégié une approche géographique fine par zone d'emploi, qui permet de neutraliser l'inégale répartition des bénéficiaires de la CMU sur le territoire", souligne la Drees.

Lire la suiteLire la suite
L'état de santé des Français est bon mais la "mortalité prématurée" reste l'une des plus élevées de l'Union européenne (Drees)

"Comparativement aux pays de même niveau de vie, l'état de santé en France apparaît globalement bon et a tendance à s'améliorer". Pour autant, "la mortalité prématurée", c'est-à-dire celle qui survient avant l'âge de 65 ans, reste, dans ce pays, "l'une des plus élevées de l'Union européenne", indique le rapport 2007 de la Drees (direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques du ministère de la santé) sur "L'état de santé de la population en France". Il s'agit du second "rapport de suivi des objectifs associés à la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004" publié par la Drees, après une première édition en 2006.

Lire la suiteLire la suite
Une étude de l'Irdes souligne la variabilité de la dépense de CMU complémentaire selon les départements

Le coût moyen lié aux dépenses en part complémentaire des bénéficiaires de la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) s'établissait en 2005 à 333 euros par bénéficiaire pour les Cpam (caisses primaires d'assurance maladie), et 316 euros par bénéficiaire pour les organismes complémentaires. Cette moyenne recouvre des variations importantes au sein même des Cpam et des organismes complémentaires, et entre les départements. C'est ce que souligne une récente étude de l'Irdes (Institut de recherche et documentation en économie de la santé), qui propose une "analyse de la variabilité de la dépense en part complémentaire des bénéficiaires de la CMU-C". En 2005, les départements pour lesquels les coûts moyens par bénéficiaire sont les plus importants sont la Lozère (735 euros), la Corrèze (486 euros), le Gers (417 euros) le Cantal (414 euros), les Alpes-Maritimes (407 euros) et les Bouches-du-Rhône (406 euros). À l'inverse, ceux où les coûts sont les plus faibles sont le Haut-Rhin (233 euros), la Moselle (264 euros), l'Yonne (271 euros) et le Bas-Rhin (273 euros).

Lire la suiteLire la suite
Les déremboursements de mucolytiques et d'expectorants n'ont pas fait faire d'économies à l'assurance maladie (Irdes)

"Les médecins généralistes ont baissé de moitié la prescription de mucolytiques et d'expectorants pour le traitement des infections des voies aériennes supérieures et inférieures suite à la vague de déremboursements du 1er mars 2006", selon le n° 128 des "Questions d'économie de la santé" de l'Irdes (Institut de recherche et documentation en économie de la santé) intitulé: "Déremboursement des mucolytiques et des expectorants: quel impact sur la prescription des généralistes?". "Il s'avère toutefois que les médecins ont reporté, selon le diagnostic, leur prescription vers d'autres classes thérapeutiques, la justification médicale de ce report n'étant pas toujours facile à établir". Surtout, en termes économiques, "la mesure n'a pas de répercussions sur le coût de l'ordonnance, qui reste stable".

Lire la suiteLire la suite
La place accordée aux soins primaires dans un pays y détermine le niveau de développement de la médecine de groupe (Irdes)

"La place accordée aux soins primaires, du point de vue de la régulation et de la structuration de la médecine ambulatoire au sein du système de santé, semble être un élément explicatif important du niveau de développement de la pratique de groupe", explique l'Irdes. Celui-ci s'est penchée dans "Questions d'économie de la santé" n° 127 sur la situation du regroupement des médecins généralistes dans six pays européens (Allemagne, Belgique, Finlande, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède) et deux provinces canadiennes (Ontario et Québec), afin d'éclairer la situation française. "Une politique de soins primaires existe en effet, de façon plus ou moins structurée, dans les pays ou régions à fort taux de regroupement: Suède, Finlande, Royaume-Uni, Pays-Bas, Québec et Ontario".

Lire la suiteLire la suite
Un mauvais état de santé accroît de 1,5 à 2 fois les risques de chômage à court terme selon l'Irdes

"A âge, sexe, niveau d’éducation, type de contrat de travail et composition du ménage comparables", les personnes se déclarant en mauvaise santé ont un risque 1,5 à 2 fois plus élevé de devenir chômeurs à court terme (dans les quatre ans). C'est ce qu'indique une étude de l'Irdes (Institut de recherche et documentation en économie de la santé) menée en collaboration avec l'Ined (Institut national d'études démographiques) et publiée dans la lettre mensuelle "Questions d'économie de la santé" n°125 de septembre 2007. L'étude montre par ailleurs que le risque qu'un actif qui souffre de problèmes de santé devienne chômeur ou inactif dans les quatre ans est "multiplié par 4 pour les personnes qui souffrent d'une affection de longue durée et par 1,5 pour les personnes atteintes d'une maladie incapacitante".

Lire la suiteLire la suite