Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°302912

Le dossier du cinquième risque est aujourd'hui « soumis à un arbitrage » (Valérie Létard)

Les objectifs du gouvernement concernant le cinquième risque « restent inchangés » mais ce dossier est actuellement « soumis à un arbitrage » souligne la secrétaire d'État à la Solidarité, Valérie Létard, aujourd'hui, mardi 31 mars 2009. « Deux éléments sont intervenus depuis quelques temps : la crise économique qui amène à s'interroger sur le mode de financement de ce dispositif et ensuite la prise de fonction de Brice Hortefeux (ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville) qui a voulu (…) reprendre le dossier de manière approfondie, explique-t-elle.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 96 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Cinquième risque : les syndicats et les organisations d'usagers siégeant au conseil de la CNSA se demandent « où va le gouvernement »

« Où va le gouvernement » se demandent aujourd'hui, lundi 30 mars 2009, dans un communiqué commun quatre des cinq organisations syndicales siégeant au conseil de la CNSA (caisse nationale de solidarité pour l'autonomie) - la CGT, la CFDT, FO et la CFE-CGC - ainsi que le « GR31 » regroupant « les 31 organisations représentatives des personnes âgées, des personnes handicapées ou oeuvrant à leur égard » qui siègent au sein de ce même conseil. Le GR31 s'est notamment constitué pour « préparer le positionnement » des associations dans les débats du conseil de la CNSA et « contribuer à l'édification d'un nouveau risque de protection sociale ». Dans cette prise de position commune qui intervient la veille d'une réunion du conseil de la CNSA, les quatre organisations et les associations d'usagers soulignent leur « déception » devant les perspectives de mise en oeuvre du cinquième risque envisagées par le gouvernement qui « semble limiter sa réforme à un simple toilettage de l'Apa (allocation personnalisée d'autonomie) et à la seule création d'un droit à l'évaluation individualisée des besoins ».

Lire la suiteLire la suite
Partenariat public-privé sur la dépendance : les enseignements à tirer des exemples singapourien et américain selon Lucie Taleyson (Axa)

Mars 2048, en France : « Nous vivons une crise de la dépendance avec trois grand problèmes : le régime de la cinquième branche est déficitaire, les entreprises qui ont cofinancé de la dépendance se demandent si elles doivent les provisionner en IFRS [normes comptables internationales] et les assureurs se demandent comment se sortir de l'évolution du rapport S/P [qui illustre la sinistralité d'un risque à travers le rapport entre le nombre total des sinistres et le total des primes versées] car (…) les plus de 90 ans ont dépassé le million et 30 % de cette population est en dépendance lourde (…). La question est : comment demander des primes qui ne font qu'augmenter au fur et à mesure que le risque avance ». Tel est le tableau prospectif dressé par Pierre Laversanne, actuaire qui participait hier, mercredi 25 mars 2009 à une table ronde sur le thème de la dépendance, dans le cadre des deuxièmes rencontres de Décid'Assur organisées au Palais des Congrès à Paris. « Aujourd'hui, pratiquement aucun assureur ne dégage des bénéfices sur ces risques », note Pierre Laversanne qui souligne que si la première génération de contrats était « simple » (les cotisations de l'année servent à payer les dépendants de l'année), « il n'est pas sûr qu'en capitalisation on sache assurer les tarifs pour les 50 ans qui viennent… »

Lire la suiteLire la suite
L'allocation personnalisée pour l'autonomie n'a pas réduit l'effort consenti par les proches pour aider leurs parents très âgés

« Pour un euro d'aide prise en charge par l'APA (allocation personnalisée d'autonomie), deux euros seraient supportés par la famille, l'entourage et les amis. Par conséquent, malgré l'accroissement de la part des financements publics dans la prise en charge de la dépendance, celle-ci est encore loin de couvrir l'ensemble du coût de la dépendance ». C'est le constat que dressent Bérengère Davin, Alain Paraponatis et Pierre Verger, tous trois chercheurs à l'Inserm et à l'Observatoire régional de santé de Paca, dans une étude sur les « déterminants et coûts monétaires de l'aide formelle et informelle reçue par les personnes âgées en domicile ordinaire ». Cette étude a été présentée mardi 17 mars 2009 au cours d'un séminaire organisé par l'Ined (Institut national d'études démographiques) sur le thème des transferts intergénérationnels.

Lire la suiteLire la suite
Campagne budgétaire médico-sociale 2009 : la Fehap déplore une politique tarifaire « mise en oeuvre à l'aveugle »

« La Fehap (Fédération des établissements hospitaliers d'aide à la personne privés non lucratifs) souhaite que les pouvoirs publics fassent preuve de la plus grande prudence dans la mise en œuvre des dispositions issues de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009, qui se traduisent par la mise en œuvre de tarifs plafonds pour le budget soins des Ehpad (Établissements accueillant des personnes âgées dépendantes) » a souligné la fédération hier, mardi 24 mars 2009 tandis que la fédération des services de Santé et le syndicat des cadres hospitaliers de FO dénoncent « un recul important des moyens alloués aux établissements médico-sociaux et singulièrement ceux recevant les personnes âgées dépendantes ». Ces déclarations coïncident également avec l'indignation exprimée par trois autres fédérations d'établissements ou de services pour personnes âgées : la Fnadepa, l'AD-PA ainsi que la FHF (Fédération hospitalière de France).

Lire la suiteLire la suite
Établissements et services pour personnes âgées : la Fnadepa, la FHF et l'AD-PA, indignées par les perspectives budgétaires pour 2009

En moins de vingt-quatre heures, les trois fédérations FHF (Fédération hospitalière de France), Fnadepa (fédération nationale des associations de directeurs d'établissements et services pour personnes âgées) et AD-PA (Association des directeurs au service des personnes âgées) ont exprimé leur indignation commune face aux perspectives budgétaires telles qu'elles ressortent de la circulaire de la Dgas (Direction générale de l'action sociale) du 13 février 2009 et de l'arrêté du 26 février 2009 publié au Journal officiel du 13 mars 2009 et fixant les règles de calcul des tarifs plafonds et de mise en oeuvre de la convergence tarifaire votée par le Parlement à l'automne. Lundi 23 mars dernier, le président de la Fnadepa, Claudy Jarry parlait d'un « intolérable affront » notamment pour des « professionnels condamnés à travailler dans des conditions qui sont en parfaites contradictions avec les valeurs qui fondent leurs métiers, abandonnés à des difficultés de toute nature (…) souvent impuissants, parfois accusés, …de plus en plus désabusés ! ».

Lire la suiteLire la suite
Le collectif "ni pauvre ni soumis" réclame une prime de 200 euros pour tous ceux dont les revenus sont en dessous du seuil de pauvreté

Le collectif "ni pauvre ni soumis" qui regroupe une centaine d'organisations du champ du handicap, de la maladie et du secteur sanitaire et réclame depuis un peu plus d'un an la création d'un "revenu minimum d'existence pour les personnes qui ne peuvent pas ou plus travailler en raison de leur handicap ou leur maladie" se dit "solidaire" de la prochaine "journée d'action" du 19 mars 2009 après avoir participé à celle du 29 janvier dernier. Il lance cette semaine un "appel d'urgence" pour les personnes en situation de handicap ou atteintes d'une maladie "invalidante" que le collectif considère comme étant les "oubliés de la crise". Le mouvement réclame deux mesures : "l'élargissement de la prime de solidarité active de 200 euros prévue au 1er avril 2009 à tous les bénéficiaires des minima sociaux (y compris les titulaires de l'allocation adulte handicapé ou de l'allocation supplémentaire d'invalidité), de rentes, de pensions dont le montant est en dessous du seuil de pauvreté " et le lancement d'un "grenelle de la solidarité " visant à l'instauration d'un revenu d'existence.

Lire la suiteLire la suite