Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

États-Unis : « Les universités utilisent la crise comme prétexte pour licencier et réduire les salaires » (association des professeurs)

« Tout comme les entreprises, les universités utilisent la crise comme prétexte pour licencier et réduire les salaires. L'université du Michigan a renvoyé 16 % de son personnel ! », témoigne Gary Rhoades, secrétaire général de l'AAUP (American association of university professors), l'association américaine des professeurs d'université. Interrogé par AEF à l'occasion d'une semaine de reportages et d'interviews d'acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche et innovation à Washington et à Boston, il explique pourquoi, selon lui, les universités publiques « ne vont pas si mal qu'elles ne le disent », malgré la crise. Il analyse l'évolution de la place du personnel académique par rapport à celle des administratifs au sein des universités. A la tête de l'AAUP depuis janvier 2009, Gary Rhoades est également professeur spécialiste des politiques d'enseignement supérieur à l'université d'Arizona et directeur du Centre d'études sur l'enseignement supérieur. Pour AEF, il revient aussi sur la répartition du temps de travail des enseignants-chercheurs aux États-Unis, leur évaluation, mais aussi leur place dans l'université. « Plus on donnera d'autonomie aux universités en France, moins les présidents investiront dans les professeurs et chercheurs, et moins les universitaires auront de pouvoirs… », estime-t-il.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Ouverture sociale aux États-Unis : « les quotas interdits mais toujours en débat » (Madeleine Green, American council of education)

« La question des quotas dans les universités est toujours en débat, même s'ils ont été complètement rejetés », rappelle Madeleine Green, vice-présidente de l'ACE (American council of education), qui ajoute que si « la Cour suprême interdit les quotas, les universités parviennent à diversifier leur public étudiant par le biais de programmes spéciaux ». L'ACE est une association privée indépendante qui regroupe tous types établissements d'enseignement supérieur (publics, privés, community colleges…), soit 1 800 responsables d'institutions et d'associations, et qui se présente comme « le plus gros lobby de l'enseignement supérieur ». A l'occasion d'une semaine de reportages et d'interviews d'acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche et innovation à Washington et à Boston, aux États-Unis, AEF a interrogé trois associations d'universités sur des questions d'actualité telles que la sélection, les quotas, les bourses, ou encore le budget des universités. Peter McPherson est président de l'APLU (Association of public and land-grant universities), association qui regroupe environ 180 université publiques. Ann Speicher est, elle, vice-présidente associée de l'AAU (Association of American universities), association dont sont membres 62 universités pluridisciplinaires dites « de recherche », privées et publiques, dont deux au Canada.

Lire la suiteLire la suite

Enseignement supérieur

Aperçu de la dépêche Aperçu
États-Unis : « 70 % des fonds récoltés par l'université proviennent des anciens et des parents » (bureau du fundraising de Georgetown)
Lire la suite

Enseignement supérieur

Aperçu de la dépêche Aperçu
Université du Maryland (États-Unis) : « Il est difficile d'attirer des étudiants européens » (Saul Sosnowski, VP relations internationales)
Lire la suite
Comment la crise économique affecte les universités américaines (Pascal Delisle, ambassade de France à Washington)

« La crise financière n'a pas affecté les universités américaines de façon homogène que ce soit en terme d'impact ou de réponses apportées par les établissements », analyse Pascal Delisle, attaché culturel à l'ambassade de France à Washington. Alors que les meilleures universités privées ont la « capacité de prendre des décisions difficiles sans que cela affaiblisse leur situation structurelle », les établissements publics, beaucoup plus dépendants des États, auront eux « besoin d'un certain temps pour que l'amélioration de la situation financière des États ne se fasse réalité, et que cette amélioration se traduise par des fonds supplémentaires », estime encore Pascal Delisle. Il répond aux questions d'AEF.

Lire la suiteLire la suite
Californie : les universités affectées par des coupes budgétaires « sans précédent » de l'État

L'ampleur des coupes budgétaires dans le domaine de l'enseignement supérieur de l'État de Californie sont « sans précédent depuis 30 ans », rapporte Johan Delory de l'ambassade de France aux États-Unis dans un article paru sur les « Bulletins électroniques » du MAEE. L'État doit en effet faire face à un déficit de 60 milliards de dollars. L'impact de la crise s'est par conséquent douloureusement fait sentir dans les universités de Californie où les coupes budgétaires sont sévères, poursuit Johan Delory. Les établissements d'enseignement supérieur ont réagi « en augmentant les frais d'inscriptions, en diminuant les effectifs d'étudiants, en élargissant les salles, en éliminant certains programmes et en licenciant des professeurs ».

Lire la suiteLire la suite
États-Unis : l'université de Californie annonce des réductions de salaires de 4 à 8 % pour l'ensemble de son personnel

L'UC (Université de Californie) a décidé de procéder à des réductions de salaires pour l'ensemble de ses enseignants et employés pour juguler le déficit auquel elle doit faire face, rapporte le quotidien californien « Sacramento Bee », jeudi 2 juin 2009. « Les coupes budgétaires au sein de l'UC ont déjà frappé les étudiants là où ça fait mal. Les plafonds d'inscription rendent l'accès à l'université plus difficile et ceux qui ont été admis voient leurs droits d'inscription monter en flèche. Maintenant c'est au tour des employés de l'université de sentir passer la douleur », prévient l'auteur de l'article.

Lire la suiteLire la suite