Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°276325

Loi du 24 novembre 2009 : quel impact sur les financements paritaires ? Une analyse de Jean-Marie Luttringer et de Jean-Pierre Willems

La loi du 24 novembre 2009 impose aux acteurs de la formation professionnelle de revoir leurs pratiques de pilotage financier. Aux partenaires sociaux gestionnaires des Opca et à l'État de faire vivre la réforme en tentant de lui donner sens et cohérence. Dans leur nouvelle chronique consacrée aux financements paritaires, deuxième livraison de leur cycle : « Attendez-vous à savoir en 2010… », Jean-Marie Luttringer et Jean-Pierre Willems analysent les problèmes pratiques posés par la mise en oeuvre opérationnelle de la loi : alimentation du FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels) et utilisation de ses ressources, fonctionnement et agrément des Opca…

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 86 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Les conséquences de la loi du 24 novembre 2009 sur les dispositifs de formation. Une analyse de J.-M. Luttringer et J.-P. Willems

Quelles sont les conséquences de la loi du 24 novembre 2009 sur les dispositifs de formation ouverts aux salariés et aux demandeurs d'emploi ? Telle est la question au centre d'une nouvelle chronique de Jean-Marie Luttringer et Jean-Pierre Willems pour AEF. Cette chronique des deux juristes est la première d'un cycle de trois consacré au repérage juridique des problèmes pratiques posés par la mise en oeuvre opérationnelle de la dernière réforme de la formation. La deuxième chronique portera sur la réforme des financements paritaires, la mise en place du FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels) et la réforme des Opca. La troisième traitera de l'offre de formation, avec notamment le passage d'un régime de déclaration d'activité à celui d'autorisation d'exercer l'activité.

Lire la suiteLire la suite
La « déferlante » de la labellisation dans le domaine de la formation et de l'orientation. Une analyse de J.-M. Luttringer et J.-P. Willems

La tendance à la multiplication des labels dans la plupart des secteurs de production représente un véritable phénomène de société. Et le champ de l'orientation et de la formation professionnelle tout au long de la vie n'échappe pas à cette tendance de fond, constatent Jean-Marie Luttringer et Jean-Pierre Willems dans une nouvelle chronique publiée par l'AEF. Toutefois, « si comme tout l'indique, un nouveau marché de la labellisation se crée il faudra veiller au respect des principes de la concurrence - transparence, non-discrimination - entre labellisateurs financeurs et prestataires de services », soulignent les deux juristes.

Lire la suiteLire la suite
Portabilité du DIF : « un coup d'épée dans l'eau ? » Une analyse de J-M Luttringer et de J-P Willems

« S'agira-t-il d'un échec fatal pour le DIF ou d'une occasion de revenir à la nature des choses et d'en tirer simplement les conséquences ? » C'est avec cette question que s'ouvre la nouvelle chronique de la réforme de la formation professionnelle proposée par Jean-Marie Luttringer et Jean-Pierre Willems sur, cette fois, la portabilité du DIF et les conditions de son utilisation après le départ de l'entreprise où les droits ont été acquis. En attente de promulgation depuis son adoption définitive par le Parlement mi-octobre 2009, la loi relative à l'orientation et à la formation professionnelle a repris, en l'aménageant, le principe visant à substituer la portabilité du DIF à sa transférabilité, tel que négocié par les partenaires sociaux dans le cadre de l'ANI « formation » du 7 janvier 2009. Financement non assuré, hésitation entre les objectifs assignés au dispositif, complexité accrue plutôt que simplification… Au final, « concernant le DIF, l'acte II de la réforme est sinon un acte manqué, du moins un coup d'épée dont on peut prévoir qu'il frappera l'eau et non la cible », estiment les deux juristes.

Lire la suiteLire la suite
« Pourquoi la formation doit s'accrocher aux branches et pourquoi la réciproque n'est pas vraie ». Analyse de J-M Luttringer et J-P Willems

Les négociations de branche sur la formation professionnelle, après l'adoption de la loi relative à l'orientation et à la formation tout au long de la vie, le 14 octobre 2009, "sous leur apparente technicité, peuvent s'avérer une étape déterminante pour réaffirmer l'autonomie contractuelle », expliquent Jean-Marie Luttringer et Jean-Pierre Willems, dans leur nouvelle chronique pour l'AEF. Cette autonomie contractuelle « risque fort d'être écornée par les nouvelles règles de financement de la formation introduites par la loi ainsi que par la définition des publics et des parcours prioritaires sur lesquels l'État entend peser par la voie conventionnelle avec le FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels) », affirment-ils.

Lire la suiteLire la suite
L'architecture du système de formation « pas transformée » par le projet de loi voté au Sénat. Une analyse de J-M Luttringer et J-P Willems

« Beaucoup de bruit pour rien » ? Dans leur dernière chronique consacrée au projet de loi voté en séance publique par le Sénat, mercredi 23 septembre 2009, Jean-Marie Luttringer et Jean-Pierre Willems se demandent si, finalement, cette citation de Shakespeare ne résumera pas la nouvelle réforme de la formation. De fait, « l'architecture du système n'est pas transformée » par le texte qui doit encore faire l'objet de nouveaux aménagements en CMP (Commission mixte paritaire) début octobre. Ainsi, « la gestion paritaire tient sa place comme pilier du système de formation aux côtés de la négociation collective. Ces deux piliers structurants qui donnent sens et cohérence à l'édifice de la formation professionnelle sortent pour l'essentiel indemnes du processus de réforme alors que tout et son contraire a été affirmé ».

Lire la suiteLire la suite
« La mutualisation obligatoire en dessous de 50 salariés, une fausse bonne idée » : une analyse de J.-M. Luttringer et J.-P. Willems

Le projet de loi relatif à l'orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie crée deux sections financières dans les Opca au titre du plan de formation, plus et moins de 50 salariés, et organise une fongibilité asymétrique de ces deux sections au profit des entreprises de moins de 50 salariés. Selon Jean-Marie Luttringer et Jean-Pierre Willems, outre le fait que cette initiative est une « fausse bonne idée » fondée sur des présupposés (les PME ne sont pas capables de mettre en place une politique de formation et ont besoin d'un appui extérieur, par exemple), elle témoigne d'un « double manquement » de la part du gouvernement.

Lire la suiteLire la suite