Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Mise en œuvre du RSA : la CAF des Bouches-du-Rhône est parvenue à un « équilibre » après une année 2009 « imposante » (J-P. Soureillat, DG)

La CAF (caisse d'allocations familiales) des Bouches-du-Rhône est « pratiquement parvenue à un équilibre » dans son activité après avoir vécu une année 2009 « imposante » avec la mise en œuvre du RSA (revenu de solidarité active) , déclare à AEF Jean-Pierre Soureillat, son directeur général. 5 % des bénéficiaires du RSA en France sont servis par la CAF des Bouches-du-Rhône, alors qu'elle ne couvre que 3 % des allocataires de l'hexagone. Avec 2,2 milliards d'euros de prestations servies en 2009, elle est la plus importante des 123 caisses du réseau. Selon la convention d'orientation signée en septembre 2009 entre les acteurs (État, conseil général, CAF, MSA, CCAS…) chargés de la mise en œuvre du RSA dans le département, la CAF des Bouches-du-Rhône non seulement instruit la demande d'ouverture des droits, mais aussi réalise l'entretien de pré-diagnostic pour orienter les bénéficiaires, soit vers le service public de l'emploi, soit vers les services sociaux compétents en matière d'insertion sociale (AEF n°290540). « Le délai entre l'instruction du dossier et la prise en charge des bénéficiaires du RSA est passé de 12 mois à deux mois », assure Jean-Pierre Soureillat qui revient sur les conditions de mise en œuvre du dispositif et le climat social actuel.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Malgré la montée en charge moins rapide que prévu du RSA, la Cnaf souhaite faire jouer la « clause de revoyure » pour conserver ses postes

« Les efforts apportés par les pouvoirs publics concernant les nouveaux emplois autorisés au titre du RSA n'ont pas hélas, permis de trouver un équiibre, puisque les caisses d'allocations familiales terminent l'année dans une situation très tendue, malgré un volume d'heures supplémentaires et de rachat de jours de RTT sans précédent, et que nous ne sommes pas en situation de renouveler à même hauteur, à la fois pour des raisons budgétaires et parce que le seuil d'acceptabilité sociale est atteint ». C'est en ces termes, que le président de la CAF de Savoie, Régis Allard, alerte le ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville, Xavier Darcos, au nom des présidents de CAF des régions Rhône-Alpes et Auvergne sur le niveau de la charge de travail à laquelle leurs organismes doivent faire face. Dans ce courrier, daté du 28 décembre 2009, et que l'AEF s'est procuré, Régis Allard indique au ministre que le volume de courrier reçu par les CAF de Rhône-Alpes et d'Auvergne a augmenté de +14,5 %, le volume des appels ayant lui progressé de +37 % tandis que les visites à l'accueil ont crû de +16 %. Ces chiffres correspondent peu ou prou à ce qui est constaté au niveau national : selon Jean-Louis Deroussen, président de la Cnaf, les courriers, les appels téléphoniques et l'accueil « physique » dans les CAF ont respectivement progressé en 2009 de +40 %, +25 % et +20 %.

Lire la suiteLire la suite