Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°275254

L'UNPS voudrait « faire vivre » la loi HPST, mais ne participe plus à la concertation sur les décrets d'application

« Les pouvoirs publics pensent pouvoir mettre en place une réforme du système de santé sans les professionnels de santé. Nous pensons au contraire que nos syndicats sont seuls capables de faire vivre ces réformes », a déclaré Alain Bergeau, jeudi 18 février 2010, président de l'UNPS (1) ainsi que de la FFMKR. À cette occasion, il a officiellement annoncé que l'UNPS a suspendu depuis le 18 décembre 2010 sa participation à la concertation sur les décrets d'application de la loi HPST. « Aucune de nos propositions n'a été retenue par le ministère de la Santé. Nous ne retrouvons pas l'esprit de la loi dans l'écriture de ces décrets. Nous ne pouvons donc pas les cautionner. Nous avons écrit à la ministre [Roselyne Bachelot] pour qu'elle nous reçoive, et reçu chaque fois une fin de non-recevoir. Nous ressentons du mépris, de l'incompréhension et de la colère ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 86 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Arrêté sur les coopérations entre professionnels de santé : les sept ordres forment un « recours gracieux » pour modifier le texte

Les ordres des médecins, des pharmaciens, des sages-femmes, des chirurgiens-dentistes, des pédicures-podologues, des masseurs kinésithérapeutes et des infirmiers comptent proposer « très prochainement » au ministère de la Santé et des Sports des modifications à l'arrêté du 31 décembre 2009 publié au Journal officiel le 15 janvier 2010 et qui fixe les modalités d'application de l'article 51 de la loi HPST. Ces propositions qui feront notamment « l'objet d'un recours gracieux auprès de la ministre », mais la présidente de l'Ordre des infirmiers, Dominique Leboeuf, n'exclut pas d'aller plus loin en précisant qu'un avocat travaille déjà sur le sujet. La date limite pour un recours devant le Conseil d'État est le 28 février 2010. Les sept instances ordinales qui insistent par ailleurs sur le fait qu'elles ne sont pas opposées aux collaborations entre professionnels, « bien au contraire », déplorent n'avoir pas été consultée dès le départ. « Nous l'avions pourtant demandé ensemble dans un courrier commun », assure Dominique Leboeuf, « cela aurait permis d'éviter quelques irrégularités réglementaires sur lesquelles il va falloir maintenant être en réaction ce qui est toujours plus pénible : devoir défaire pour recommencer ».

Lire la suiteLire la suite
Les institutions ordinales de la santé désapprouvent « totalement » l'arrêté sur la coopération des professionnels de santé

Après avoir été largement expérimentée depuis 2003, la coopération entre professionnels de santé est désormais généralisée avec la parution au Journal officiel du vendredi 15 janvier 2010 d'un arrêté relatif aux procédures applicables aux protocoles de coopération. Mais cette parution a suscité une réaction immédiate de la part du Clio santé (Comité de liaison des institutions ordinales du secteur de la santé), qui regroupe les Ordres des médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues et infirmiers. Le comité annonce qu'il « désapprouve totalement » cet arrêté. « Les Ordres sont très favorables aux coopérations entre professionnels de santé, et travaillent ensemble à les promouvoir, précise d'emblée Jacques Lucas, vice-président du Cnom. Notre opposition repose sur des fondamentaux qui sont la raison d'être des ordres professionnels. Nous allons déposer un recours gracieux devant le ministère. Nous espérons que cette voie sera suffisante ».

Lire la suiteLire la suite