Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Fondation PSL : « Nous ne voulions pas avoir à choisir entre un PRES ou un autre » (Monique Canto-Sperber, ENS)

« La solution de la FCS (fondation de coopération scientifique) nous convient bien car nous ne voulions pas avoir à choisir entre un PRES ou un autre. L'ENS est une école extrêmement pluridisciplinaire, qui est très liée à de nombreuses universités parisiennes (…). Nous ne voulons pas nous ranger dans un camp. L'ENS n'appartient à personne. Or, les PRES vont devoir se recentrer, et nous aurions des difficultés à épouser cette logique », explique Monique Canto-Sperber, directrice de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, dans une interview à AEF. Elle s'exprime à l'occasion de la création de la FCS « Paris sciences lettres - Quartier latin », dite « PSL », qui sera officiellement annoncée lors d'une conférence de presse prévue mi-avril 2010. La fondation regroupe l'ENS, le Collège de France, l'Observatoire de Paris, l'ESPCI ParisTech et Chimie ParisTech (AEF n°272865).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
URGENT. Paris : les annonces de Valérie Pécresse sur les PRES et l'immobilier, suite au rapport final de Bernard Larrouturou

Accompagner la structuration des trois PRES parisiens, améliorer durablement le cadre de vie des étudiants parisiens, lancer immédiatement des opérations immobilières très attendues et mettre en place un dispositif d'accompagnement au service des établissements. Ce sont les quatre engagements pris par Valérie Pécresse à l'occasion de la publication des conclusions définitives du rapport de Bernard Larrouturou sur l'immobilier universitaire parisien, le 19 février 2010 (AEF n°275181 et n°275180 et (AEF n°275182). « Avec le rapport final de Bernard Larrouturou, l'État dispose désormais d'une vision globale pour l'avenir de l'enseignement supérieur parisien », commente la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle se félicite « de l'implication de la communauté universitaire sur tous les sujets du rapport, et du succès de la concertation menée ces derniers mois » et souhaite « que la Ville et la région s'engagent prochainement dans cette concertation sur la base des lignes directrices exposées aujourd'hui et que cette concertation débouche sur un engagement financier significatif des collectivités locales ».

Lire la suiteLire la suite