Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

RUE 2010 : « Nos entreprises ne sont pas timides sur le recrutement de jeunes docteurs » (Clarisse Angelier, ANRT)

« Le problème est qu'aujourd'hui encore, le doctorat n'est pas considéré comme une formation mais comme un pré-engagement à faire de la recherche toute sa vie, et vécu comme un sacerdoce », regrette Sylvie Delassus, VP communication de Cellectis, entreprise de biotechnologies créée il y a une dizaine d'années. Elle réagit à l'occasion d'une table ronde ayant pour thème « Pourquoi les docteurs intéressent-ils les entreprises étrangères et pas les entreprises françaises ? » lors des Rencontres universités-entreprises organisées par AEF, jeudi 27 mai 2010, au Cnit-Paris La Défense. Pour Ludovic Garattini de la CJC et délégué d'Eurodoc (Conseil européen des doctorants et jeunes docteurs), « il y a encore une méconnaissance de ce qu'est un chercheur de la part des entreprises, et du potentiel entrepreneurial des chercheurs de la part des universités ». Il ajoute que « dans les universités, il y a aussi une certaine idéologie, surtout dans les SHS, sur les débouchés de la recherche ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Colloque de la CPU : « S'il n'y a qu'une sorte de thèse, il y a plusieurs sortes de doctorat » (Jacques Fontanille)

Au niveau doctoral, « une culture du contrat devrait se substituer à une culture de l'honneur. Nous y sommes, mais nous n'avons pas fini d'en tirer toutes les conséquences. Ainsi, la CPU s'honorerait de proposer une négociation générale interprofessionnelle, avec les représentants des doctorants et des jeunes chercheurs, pour conduire à une régulation collective et nationale », exhorte Jacques Fontanille, président de l'université de Limoges, le 1er avril 2010 au colloque de la CPU de Nancy, à l'issue de la séance plénière consacrée au « contrat doctoral ». « Cette négociation devrait prendre en compte la diversité des situations. Mais cela implique d'entériner, de droit et de fait, que, s'il n'y a qu'une sorte de thèse, il y a plusieurs sortes de doctorat, qu'il y a plusieurs types de parcours possibles. […] Peut-être faut-il faire le pas et officialiser le fait qu'il y a des parcours doctoraux différents ».

Lire la suiteLire la suite
Le doctorat doit être plus « lisible » et « crédible » pour une meilleure reconnaissance en France et à l'étranger (colloque de la CPU)

« Il nous appartient de fournir un cadre référentiel du doctorat, en se posant certaines questions : Qu'est-ce qu'un doctorat ? Comment engage-t-on un doctorat ? Dans quel contexte le réalise-t-on ? Comment l'obtient-on ? », interroge Jean-Paul Caverni, président de l'université d'Aix-Marseille-I, en introduction du colloque de la CPU, jeudi 1er avril 2010 à Nancy, consacré au thème « Doctorat, doctorants et docteurs ». Lors d'une table ronde dressant l'état des lieux de la délivrance des doctorats en France et à l'étranger, Jean-Paul Caverni note que pour satisfaire à des caractéristiques nouvelles, « le doctorat doit être plus lisible » et « plus crédible ». Il estime également qu'à partir du moment où un docteur doit maîtriser des compétences qui vont au-delà de sa discipline, « il serait utile d'en user davantage dans un cadre non académique ».

Lire la suiteLire la suite
L'IGAENR préconise que les PRES puissent délivrer le doctorat et gérer les contrats doctoraux

Les PRES doivent pouvoir exercer « de vraies attributions opérationnelles à haute valeur ajoutée », dont font partie « la délivrance du doctorat » et la « gestion des contrats doctoraux ». C'est ce qu'écrivent trois inspecteurs de l'IGAENR, dans un rapport intitulé « Développement des PRES et reconfiguration des sites universitaires », qu'AEF s'est procuré dans sa version non définitive datée de mars 2010 (AEF n°273480). Pour l'IGAENR, « il est essentiel que ces deux questions soient rapidement clarifiées ». Aussi l'inspection préconise-t-elle « les évolutions nécessaires du cadre juridique », de manière à ce que les PRES puissent « être investis de tous les types de compétences aujourd'hui exercées par les établissements ».

Lire la suiteLire la suite