Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°266187

Retraites : l'intersyndicale veut faire une « démonstration » le 24 juin et appelle à rejeter une réforme « injuste »

« Il faut faire une démonstration le 24 juin, l'avant l'été. Nous continuerons par ailleurs à agir cet été, y compris le jour du conseil des ministres le 13 juillet », assure Nadine Prigent, secrétaire confédérale (CGT), à l'issue d'une réunion de l'Intersyndicale (CFDT, CGT, FSU, Solidaires et Unsa), jeudi 17 juin 2010. Les syndicats se sont réunis pour analyser les réponses à apporter au projet du gouvernement sur la réforme des retraites dont les contours ont été précisés par le ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique, Éric Woerth, mercredi 16 juin 2010, après les ultimes arbitrages rendus par l'Élysée (AEF n°266434). Les organisations syndicales ont constaté l'absence de la CFTC, pourtant invitée à cette réunion. La CFTC a indiqué dès le 3 juin qu'elle comptait participer à la journée de mobilisation du 24 juin 2010. La CFE-CGC « s'est excusée » et Force ouvrière « n'a pas donné de nouvelles », précise Nadine Prigent. Divisées sur les solutions à apporter au problème de financement des retraites, les membres de l'intersyndicale s'accordent néanmoins pour estimer que le projet du gouvernement est « inacceptable, injuste, à la charge des salariés, comptable et de court terme, sans réponse aux vraies questions » et synonyme de « recul social pour la quasi-totalité des salariés du privé, du public et des régimes spéciaux ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 85 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Fonctions publiques : le projet gouvernemental de réforme des retraites met l'accent sur une convergence avec le secteur privé

Relèvement à 62 ans en 2018 de l'âge d'ouverture des droits pour les fonctionnaires des trois fonctions publiques (État, territoriale, hospitalière) ; augmentation de deux ans de l'âge légal de départ pour les catégories actives et, à partir de 2017, pour les régimes spéciaux : telles sont les mesures d'âge proposées par le gouvernement pour les retraites des fonctionnaires dans son projet de réforme des retraites présenté par le ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique, Éric Woerth, mercredi 16 juin 2010 (AEF n°266434). Trois mesures de « convergence » entre la fonction publique et le secteur privé sont avancées : l'alignement progressif du taux de cotisation entre les fonctionnaires et les salariés, la suppression du dispositif de départ anticipé pour les parents de trois enfants ayant 15 ans de service à compter de 2012, l'application de la même règle d'obtention pour le minimum garanti de pension dans la fonction publique et le minimum contributif dans le privé.

Lire la suiteLire la suite
Retraites : « Relever l'âge légal à 62 ans est une position raisonnable et efficace » (Éric Woerth) - Le détail des mesures « Emploi »

« L'augmentation de la durée d'activité sera le coeur de notre réforme. Elle sera progressive et juste : tout le monde ne fera pas le même effort parce que tout le monde ne peut pas faire le même effort », déclare Éric Woerth, ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique, mercredi 16 juin 2010, à l'occasion de la présentation du projet gouvernemental de réforme des retraites à la presse. Au delà de l'augmentation de la durée de cotisation prévue par la loi Fillon de 2003 prévoyant « 41 ans et un trimestre en 2013 » et « selon les prévisions actuelles de l'Insee, […] 41,5 ans en 2020 », le gouvernement prévoit de « relever l'âge légal [de départ à la retraite] à 62 ans en 2018 », ce qui constitue, selon le ministre, « une position à la fois raisonnable et efficace ». L'augmentation de l'âge de la retraite ne sera pas applicable aux bénéficiaires du « dispositif 'carrières longues' » qui sera prolongé, ni à ceux qui pourront prétendre à un départ anticipé dans le cadre d'un nouveau dispositif "pénibilité". Le projet prévoit aussi des mesures pour favoriser l'emploi des seniors et de nouvelles modalités de compensation des périodes de chômage non indemnisées en début de carrière.

Lire la suiteLire la suite
Des recettes nouvelles pour financer les retraites (calcul annuel des allégements de charge, basculement cotisations vieillesse/Unédic…)

« En complément des mesures d'âge, le Gouvernement a décidé de prélever 3,7 milliards d'euros de recettes nouvelles, soit 4,4 milliards d'euros en 2018, principalement sur les hauts revenus, les revenus du capital et les entreprises » pour financer les retraites. C'est ce qu'indique Éric Woerth, mercredi 16 juin 2010, en présentant la réforme des retraites. Les recettes nouvelles pour le financement des retraites qui seront acquittées par les entreprises représentent un montant de 2,2 milliards d'euros dès 2011 et 2,65 milliards d'euros en 2020. En particulier, le Gouvernement modifiera le calcul des allégements généraux de charges patronales, pour qu'il s'applique aux salaires et primes versés par l'employeur sur toute l'année, alors qu'il est aujourd'hui appliqué mois par mois.

Lire la suiteLire la suite
URGENT. Le détail de la réforme des retraites

« L'âge légal de départ à la retraite sera porté à 62 ans en 2018, contre 60 ans aujourd'hui », annonce Éric Woerth, ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique, mercredi 16 juin 2010 au cours d'une conférence de presse de présentation de la réforme des retraites. « Cette augmentation sera progressive pour ne pas bouleverser les projets de vie des Français proches de la retraite, précise-t-il. L'âge augmentera de quatre mois par an, à partir du 1er juillet 2011, pour atteindre 62 ans en 2018 », en l'augmentant chaque année de 4 mois à partir de la génération 1951. Parallèlement, l'âge d'annulation de la décote qui est aujourd'hui fixé à 65 ans sera progressivement augmenté de deux ans à compter du 1er juillet 2016. Il sera relevé de quatre mois par an, pour atteindre 66 ans en 2019 et 67 ans en 2023. Cette conférence de presse fait suite à une réunion, hier soir, à l'Élysée au cours de laquelle Nicolas Sarkozy a rendu ses arbitrages sur cet avant-projet de réforme des retraites en présence de François Fillon, Premier ministre, et d'Éric Woerth. Le chef de l'État a demandé à Éric Woerth de « recueillir sur cet avant-projet les remarques et suggestions des partenaires sociaux et de venir lui en rendre compte vendredi 18 juin après-midi ». « Le projet du gouvernement, assorti des modifications qui pourraient ainsi être retenues, sera ensuite transmis pour consultation aux caisses de sécurité sociale et aux organismes consultatifs des fonctions publiques puis présenté en Conseil des ministres le 13 juillet, afin que le Parlement puisse en débattre au début du mois de septembre. »

Lire la suiteLire la suite
Retraites : Nicolas Sarkozy plaide pour une réforme « juste » avant de rendre ses derniers arbitrages

« Le gouvernement va proposer de relever l'âge légal de départ à la retraite. Il est déterminé à le faire et à le faire de manière juste », déclare Nicolas Sarkozy, président de la République, devant les adhérents de la CGPME. Il s'exprime à l'occasion du rendez-vous annuel de l'organisation patronale, Planète PME, organisé au Palais des congrès de Paris, mardi 15 juin 2010. « C'est animé par ce souci de justice et d'équité » que le président de la République a reçu aujourd'hui à 19 heures, en présence de François Fillon, Premier ministre, Éric Woerth, ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique, afin de rendre ses arbitrages sur l'avant-projet de réforme des retraites. Un communiqué de l'Élysée précise que le chef de l'État a demandé à Éric Woerth de « recueillir sur cet avant-projet les remarques et suggestions des partenaires sociaux et de venir lui en rendre compte vendredi 18 juin après-midi ». « Le projet du gouvernement, assorti des modifications qui pourraient ainsi être retenues, sera ensuite transmis pour consultation aux caisses de sécurité sociale et aux organismes consultatifs des fonctions publiques puis présenté en Conseil des ministres le 13 juillet, afin que le Parlement puisse en débattre au début du mois de septembre. »

Lire la suiteLire la suite
URGENT. Augmenter la durée d'activité « est la seule solution juste et efficace » pour réformer les retraites (document gouvernemental)

« Restaurer a confiance dans le système français de retraite », répondre au problème démographique car c'est la « véritable cause du déséquilibre » des régimes de retraite, « renforcer l'équité et la solidarité » des régimes et « assurer le succès de la réforme dans la durée » ; tels sont les quatre objectifs que le gouvernement s'assigne dans son « document d'orientation sur la réforme des retraites » comprenant 14 « engagements » qu'il a fait parvenir aux partenaires sociaux, dimanche 16 mai 2010. Dans ce cadre, il estime que « les difficultés de nos régimes de retraite sont le résultat d'un choc démographique – le vieillissement de la population – dont la crise n'a fait qu'accélérer les effets » et qu' « apporter une réponse principalement démographique à ce choc, en augmentant la durée d'activité, est la seule solution à la fois juste et efficace ». Pour l'heure, sur ce sujet, comme sur tous les autres, le gouvernement ne présente pas de mesures détaillées sur la réforme. À cet égard, Éric Woerth, ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique, entame cette semaine une nouvelle série de rencontres bilatérales avec les partenaires sociaux pour poursuivre la concertation. Un document plus détaillé sera transmis aux partenaires sociaux à la mi-juin et le projet de loi devrait être présenté en Conseil des ministre au « début du mois de juillet » puis examiné au Parlement à partir du mois de septembre.

Lire la suiteLire la suite