Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Gilles Raby est le nouveau président du comité de suivi licence

Gilles Raby, 62 ans, vice-président ressources humaines de l'université de Poitiers depuis janvier 2010, est nommé président du comité national de suivi licence (AEF n°290096). Il représentait jusqu'à présent la CPU dans le comité. Il succède à ce poste à Bernard Dizambourg, nommé en avril 2010 conseiller spécial de Valérie Pécresse (AEF n°271972).

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 70 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi

Cursus et Insertion

Aperçu de la dépêche Aperçu
Lettres, langues et sciences humaines : le comité de suivi licence travaille sur un référentiel des formations (Bernard Dizambourg)
Lire la suite
Comité de suivi licence : qui sont les étudiants de LSH?

« Depuis quatre ans, la part des étudiants du domaine LHS (licences de lettres et sciences humaines) diminue au profit des autres licences des universités (hors IUT). Cette baisse concerne toutes les disciplines de LSH », indique le comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle - présidé par Bernard Dizambourg - qui a finalisé un premier « référentiel pour les formations de licence en LSH » (AEF n°290096). « Le domaine LSH représente près de 39,4 % du cycle licence des universités (hors IUT). En 2007, sur les 288 500 étudiants concernés, près de la moitié (135 500) relèvent des SHS, plus d'un quart (84 000) des langues et un peu moins d'un quart (66 500) des lettres et arts. S'y ajoutent quelques 2 000 étudiants 'pluridisciplinaires'. Parmi les inscrits en licence LSH, 5 400 suivent une licence professionnelle. »

Lire la suiteLire la suite
Comité de suivi master : identifier les compétences en masters « SHS » et « langues, lettres, arts »

Il faut ouvrir les débouchés professionnels des formations SHS (sciences humaines et sociales) et LLA (langues, lettres, arts) en favorisant « une identification des savoirs, des aptitudes et des compétences acquis et développés au cours des formations », indique un document de travail faisant le point, fin juin 2009, sur les travaux du comité de suivi master, dont un groupe de travail est dédié au thème « SHS et LLA ». Il s'agit aussi de « cibler les compétences concrètes » que les étudiants de ces domaines devront être amenés à valoriser. « Nous allons travailler sur ce sujet avec le comité de suivi licence. Il nous faudra sans doute une année pour aboutir », explique à AEF Jean-Michel Jolion, président du comité. Les travaux « n'en sont qu'à leurs débuts », indique le document : le groupe a commencé avec la mention « histoire » « en envisageant les questions posées par cette mention comme pouvant être transposées dans le domaine des SHS ».

Lire la suiteLire la suite
Lettres et sciences humaines : « Apprenons à raisonner sur des référentiels de compétences » (Jacques Migozzi)

« A terme, l'un des acquis de l'évaluation des formations sera d'apprendre à raisonner sur des référentiels de compétences, c'est-à-dire pas seulement des savoirs, mais aussi des savoir-faire, des savoir-être… », estime Jacques Migozzi, président de la CDUL (Conférence des doyens des UFR de lettres et sciences humaines), interrogé par l'AEF. « Les compétences étaient souvent négligées, au profit de la maîtrise disciplinaire pensée en termes de savoirs. Nous allons devoir opérer une mue. A nos détracteurs qui mettent en avant une image stéréotypée sur l'inutilité des filières universitaires, nous devons opposer des documents qui valident la maîtrise des compétences », déclare le président de CDUL.

Lire la suiteLire la suite