Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

OGM : le gouvernement « condamne fermement » la destruction de pieds de vigne transgénique à Colmar

Jean-Louis Borloo, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et Bruno Le Maire, ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, « condamnent fermement la destruction volontaire de pieds de vigne transgénique » dans une unité de l'Inra à Colmar (Haut-Rhin), survenue dans la nuit de samedi 14 août 2010 au dimanche 15 août 2010. Dans un communiqué commun daté de dimanche 15 août, les trois ministres se disent « choqués de cet acte de dégradation scandaleux contre un essai exemplaire qui a su associer, notamment dans le cadre du Haut conseil des biotechnologies, scientifiques, organisations professionnelles agricoles, collectivités locales ainsi que les organisations non gouvernementales environnementales ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
En dehors des biotechnologies végétales, « le principe de précaution n'a qu'un impact limité » sur la recherche (rapport Gest-Tourtelier)

« Les chercheurs font le constat du peu d'impact du principe de précaution sur le volume et la nature de leurs recherches, hormis le cas des biotechnologies [végétales], pour lesquelles la recherche a presque disparu en France au cours de ces dernières années. » Tel est l'un des enseignements que retirent les députés Alain Gest (UMP, Somme) et Philippe Tourtelier (SRC, Ille-et-Vilaine), dans un rapport sur « l'évaluation de la mise en oeuvre de l'article 5 de la charte de l'environnement relatif à l'application du principe de précaution », rendu public jeudi 15 juillet 2010 sur le site de l'Assemblée nationale. Élaboré au nom du CEC (comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques), le rapport propose de « mieux organiser le 'régime' de précaution autour de quatre axes : les modalités de la constatation de la plausibilité des risques hypothétiques ; les expertises scientifiques ; le débat public et la décision politique ».

Lire la suiteLire la suite