Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Poitiers : le président de l'université fait évacuer ses locaux. Le Havre « débloquée par le président »

La présidence de l'université de Poitiers indique, vendredi 5 novembre 2010, qu'elle a fait appel aux forces de police hier soir pour évacuer ses locaux, occupés « par une trentaine de personnes dont certains, qui n'étaient pas tous des étudiants » et qui avaient « manifesté l'intention d'occuper durablement les lieux ». L'évacuation s'est faite « dans le plus grand calme », précise l'université, « après de longues discussions entre les responsables de l'université, de la composante concernée et les personnes qui étaient sur place » et après « avoir épuisé toutes les possibilités de négociation et pris acte du refus de certaines des personnes présentes de quitter les lieux ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 85 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Réforme des retraites : le point sur la mobilisation des étudiants du 4 novembre 2010

« L'Unef décidera de la suite du mouvement avec les salariés, dans l'unité. Notre décision est très liée à celle de l'intersyndicale [qui se réunit ce jour]. Si le mouvement s'arrête, on trouvera d'autres formes de mobilisation », déclare à AEF Anabelle Janodet, vice-présidente de l'Unef. Elle s'exprimait à l'occasion du rassemblement parisien organisé par des lycées et étudiants à Jussieu, jeudi 4 novembre 2010 ayant rassemblé 300 personnes selon la préfecture et les estimations d'AEF sur place. « Deux universités ont été débloquées hier. Aujourd'hui, beaucoup d'AG se tiennent. Il y a 3 000 personnes à Toulouse-II Le Mirail, 400 à Lyon-II. L'idée de la mobilisation d‘aujourd'hui, c'est de préparer samedi, journée à laquelle nous pensons qu'il y aura une participation importante des jeunes », ajoute-t-elle. L'Unef précise par ailleurs qu'elle n'était pas organisatrice de la mobilisation d'aujourd'hui. Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dénombre quant à lui aujourd'hui une université fermée (Lyon-II Lumière) et quatre perturbées (Limoges, Le Havre, Nantes et Pierre-Mendès-France Grenoble-II).

Lire la suiteLire la suite
Réforme des retraites : dégradations à Lyon-II, évacuation à Saint-Étienne, blocage à Limoges et Nantes, fin du blocage à Pau…

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, recense, pour la journée du 3 novembre 2010, trois universités « perturbées » : Nantes, Le Mans et Limoges. De son côté, l'Unef affirme que « ce matin, 6 universités étaient bloquées totalement ou partiellement suite à un vote des étudiants réunis en assemblée générale : Angers, Nantes, Limoges, Grenoble-II, Pau et l'IUT de Perpignan. ». En outre, elle dénombre 19 assemblées générales mardi 2 novembre, 24 aujourd'hui et en prévoit 26 demain jeudi. Enfin, « plusieurs dizaines d'actions vont également être organisées jeudi », dont un rassemblement à Jussieu à Paris à 14h30. L'Unef appelle « les étudiants à poursuivre la mobilisation aux côtés des salariés en manifestant le 6 novembre prochain » et à « se réunir cette semaine en assemblée générale pour y décider de leurs modalités d'actions ». Elle « en appelle au sens des responsabilités des présidents d'université, afin qu'ils laissent la possibilité aux étudiants de se réunir en assemblées générales en ne décidant pas de la fermeture administrative des établissements. L'Unef condamne fermement le recours inadmissible aux forces de l'ordre ce matin à l'université de Saint-Étienne, qui est de nature à faire monter les tensions. »

Lire la suiteLire la suite
Différence de traitement entre anciens et nouveaux salariés : des difficultés économiques ne constituent pas une justification pertinente

Les difficultés économiques rencontrées par une entreprise ne constituent pas une « justification pertinente » à une différence de traitement entre « anciens » et « nouveaux » salariés dans la mesure où elles n'impliquent pas « nécessairement » une telle différence de traitement entre des salariés en fonction de la date de leur engagement. C'est ce qui résulte d'un arrêt du 28 septembre 2010 de la chambre sociale de la Cour de cassation, non publié au bulletin, qui rappelle qu' « au regard du principe 'à travail égal, salaire égal', la circonstance que les salariés ont été engagés avant ou après que l'employeur ait décidé de dénoncer un usage ne peut suffire à justifier des différences de traitement entre eux » ; « il appartient à l'employeur de démontrer qu'il existe d'autres raisons objectives de priver d'un élément de rémunération une catégorie de salariés effectuant un même travail ou un travail d'égale valeur, dont il revient au juge de contrôler la réalité et la pertinence ».

Lire la suiteLire la suite