Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Saclay : « Nous sommes sur un mode confédéral, avec une forte pression pour aller vers un modèle plus structurant » (Alain Bravo, Supélec)

A Saclay, « nous sommes sur un mode confédéral, avec une forte pression du gouvernement pour aller vers un modèle de plus en plus structurant. Notre spontanéité confédérale est donc un peu forcée ! Mais elle va dans le bon sens », estime Alain Bravo, directeur de Supélec, école présente sur le plateau de Saclay depuis 35 ans. « Nous avons une grande responsabilité. Tous les acteurs du plateau ont énormément regretté l'occasion manquée de 1999. Il ne faut pas refaire la même erreur, au moment où le président de la République montre sa détermination - il est venu cinq fois à Saclay depuis 2007 - et nous permet d'avoir des moyens pour réaliser ce projet. » Dans une interview à AEF, il revient sur le « rôle fédérateur » que joue son école, au « vécu très oecuménique ». « Notre stratégie a toujours été de constituer, avec notre partenaire qu'est l'école Centrale Paris car nous sommes très complémentaires, mais aussi avec l'ENS Cachan et Paris-XI Sud, un 'quartier de l'ingénierie' au Moulon. Il s'agit donc d'une identité thématique à l'intérieur du campus de Saclay. »

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Saclay : « Nous bénéficions de financements exceptionnels, mais c'est essentiellement de l'argent pour l'immobilier » (Pierre Veltz)

« Je vois trois enjeux majeurs à Saclay : la création de synergies entre les acteurs, la création d'entreprises et l'aménagement », résume Pierre Veltz, délégué ministériel pour la mise en oeuvre de la mission de préfiguration à la création de l'Établissement public de Paris-Saclay, mercredi 6 octobre 2010, à l'occasion de son audition par les commissions des affaires économiques et du développement durable de l'Assemblée nationale. « Nous sommes aujourd'hui dans une phase de création de synergies à marche forcée entre les 23 acteurs de la fondation de coopération scientifique, car le fonctionnement actuel en silos est mortel », juge-t-il. Il poursuit : « La création de nouvelles activités reste le but ultime du projet de Saclay. Aujourd'hui, il est plus facile pour les étudiants des grandes écoles de choisir une carrière tapis rouge dans un grand groupe du CAC 40 que de créer leur entreprise. » Enfin, Pierre Veltz rappelle qu'il y a « un grand déficit d'aménagement sur le plateau car les établissements y ont aménagé séparément ». « Le campus de Polytechnique a la taille de Hyde Park ! On s'est beaucoup étalés. Il faut améliorer l'accessibilité des lieux à court et moyen terme, et il faut donner une forme plus attractive à l'ensemble. Le mot-clé, c'est la compacité. »

Lire la suiteLire la suite