Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

L'université de Limoges fait face à un dépassement de masse salariale avoisinant le million d'euros

Le président de l'université de Limoges confirme, dans deux messages électroniques adressés aux personnels les 3 et 8 novembre 2010, « les difficultés de financement de la masse salariale » rencontrées par son établissement cette année, dont s'est fait l'écho le quotidien « Le Populaire » le 29 octobre. Ces difficultés se traduisent par un déficit évalué « entre 800 000 et 1,3 million d'euros dû principalement au GVT » [c'est-à-dire le surplus de rémunération occasionné par l'évolution de carrière des personnels], précise Jacques Fontanille, également vice-président de la CPU, le 10 novembre 2010 à AEF. « Pour retrouver des marges financières », l'établissement a décidé de reporter d'un an la publication de 10 postes vacants d'enseignants-chercheurs, « des emplois très coûteux » en termes de masse salariale, selon Jacques Fontanille. Le CTP du 5 novembre a aussi validé (par 9 voix pour, 7 contre, et deux refus de vote) l'étalement sur cinq ans de la revalorisation indemnitaire pour les personnels administratifs et techniques. Ces choix sont critiqués par l'intersyndicale (Unsa Education/SNESUP-Snasub/Sgen-CFDT), qui y voit la preuve d'une « autonomie en trompe l'œil [qui] consiste à appliquer la politique de rigueur décidée au niveau gouvernemental ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 89 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi

Enseignement supérieur

Aperçu de la dépêche Aperçu
Patrick Hetzel à AEF : le GVT est un sujet « pris au sérieux » par le ministère et « différentes hypothèses de travail existent »
Lire la suite
PLF 2011 : Valérie Pécresse répond aux sénateurs sur le GVT, les PPP et le plateau de Saclay

« Nous allons aider les universités qui ont un GVT [glissement vieillesse technicité] en expansion, mais il faudra qu'à terme elles l'intègrent dans leur calcul. Il serait trop facile de se tourner vers l'État quand on est en difficulté, alors que l'on ne reverse pas quand la situation est meilleure. J'ajoute que l'État ne saurait avoir de relation directe annuelle avec des universités autonomes, au même titre qu'il s'en abstient avec le CNRS… », affirme Valérie Pécresse lors d'une audition par la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat sur le PLF 2011, mardi 2 novembre 2010 (AEF n°257072). « Il faudra peut-être, cela étant, faire émerger avec doigté, dans les rectorats, des interlocuteurs financiers pour les universités en région », ajoute-t-elle, répondant ainsi à une question d'Ivan Renar (Groupe communiste républicain et citoyen, Nord-Pas-de-Calais). Valérie Pécresse assure qu' « à terme, tous les établissements seront autonomes et devront gérer l'évolution de la pyramide des âges », souhaitant toutefois leur laisser le temps dans cette « période transitoire ». En effet, la ministre admet que les prévisions de GVT « sont un peu bousculées par les nouvelles dispositions de la loi sur les retraites, qui permettent de dépasser la limite d'âge à ceux qui manquent de trimestres ».

Lire la suiteLire la suite
GVT : le MESR « va obliger les établissements à faire des choix douloureux qu'il n'aura plus à assumer » (Jacques Drouet, SNPTES-Unsa)

« Avec le transfert de la gestion du GVT [glissement vieillesse technicité] aux établissements, le ministère va obliger ces mêmes établissements à faire des choix douloureux qu'il n'aura plus à assumer. Cette disposition contrevient aux engagements tenus dans le cadre du chantier 'carrières' visant à renforcer l'attractivité de nos métiers », estime le SNPTES-Unsa, partageant ainsi les inquiétudes de la CPU (AEF n°256913). Valérie Pécresse a indiqué récemment aux députés que « la couverture systématique du GVT des universités par l'État » serait « antinomique avec la notion d'autonomie » (AEF n°257072 ). « Le GVT existait avant le passage aux RCE, il était assuré par l'État dans son rôle de régulateur garantissant l'équité pour l'ensemble des personnels quel que soit le lieu d'affectation », rappelle l'organisation syndicale.

Lire la suiteLire la suite
Lionel Collet : « L'État doit couvrir le GVT des universités » et des règles d'actualisation de la masse salariale doivent être définies

« L'État doit couvrir l'évolution du GVT (glissement vieillesse technicité) (1) des universités. Sa non couverture systématique par l'État serait antinomique avec la notion de responsabilité », affirme Lionel Collet, président de la CPU à AEF, jeudi 28 octobre 2010. Il tient ainsi à répondre à Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, qui a déclaré devant les députés, le 26 octobre, qu'il revenait à « chaque université de piloter sa masse salariale et d'y intégrer son GVT » et que « la couverture systématique du GVT par l'État [était] antinomique avec la notion d'autonomie » (AEF n°257072). Lionel Collet demande que des « règles claires d'actualisation de la masse salariale » des universités soient fixées car « elles ont besoin de stabilité pour gérer leur masse salariale sur la durée ». Il ajoute : « L'État doit transférer les charges avec les compétences qu'il transfère aux universités, comme il l'a fait avec les collectivités au moment de la décentralisation. Et c'est à celui qui prend les décisions de payer. » Cette question du GVT est « un sujet très technique mais aussi très politique » car il met en évidence « la capacité de l'État à accompagner les universités ».

Lire la suiteLire la suite