Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Franche-Comté : un numéro, le 3966, permet d'assurer la permanence des soins et de recentrer le 15 sur l'aide médicale urgente

Assurer la permanence des soins en dehors des heures d'ouverture des cabinets médicaux : c'est l'objectif du numéro à quatre chiffres, le 3966, en fonction depuis 2006 en Franche-Comté. Mis en place par l'Association comtoise de régulation libérale, l'Acoreli, il aboutit physiquement dans les locaux du centre 15, dans le cadre d'une organisation partenariale avec le Samu. Il traite 100 000 appels par an (selon les chiffres 2009 fournis par l'Acoreli), répondant ainsi à l'un des objectifs prioritaires de cette organisation, qui vise à désengorger le numéro réservé aux urgences vitales (le 15). Le rapport Hubert sur la médecine de proximité (AEF n°254634) en souligne « la pleine réussite » et préconise sa « mise en œuvre dans d'autres régions ». « N'oublions pas que bien des patients appellent le 15 (tout comme ils se rendent aux urgences hospitalières) faute de savoir où et à qui s'adresser pour obtenir une réponse à une demande qui certes les inquiète mais dont parfois ils ont conscience qu'elle ne justifie pas un déploiement médical de grande ampleur », détaille le rapport.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Médecine de proximité : Élisabeth Hubert propose de traiter l'urgence démographique et pose les bases d'une « réforme structurelle »

Le rapport de la mission Hubert sur la médecine de proximité, remis vendredi 26 novembre 2010 au président de la République, trace les contours d'une réforme de la médecine de proximité pour les 10 prochaines années. La présidente de la Fnehad préconise d'une part des mesures structurelles de moyen et long terme, dont une diversification des modes de rémunération et une évolution du cadre d'exercice, et d'autre part des mesures conjoncturelles pour enrayer la désertification médicale de certains territoires, notamment des aides à l'installation. Elle ne préconise aucune forme de coercition, car à ses yeux, les mesures incitatives mises en oeuvre jusqu'ici ont été « trop éparses, mal ciblées et peu connues pour qu'il en soit déduit un échec ». « Agir en faveur de la médecine ambulatoire », c'est pour Élisabeth Hubert, « montrer aux médecins généralistes qu'ils ne sont pas les mal aimés de notre système de santé et que les mesures contraignantes adoptées dans la loi HPST n'ont été qu'un ‘incident de parcours' ». C'est aussi « en finir avec un sous-financement chronique de cette activité ». Ce rapport se présente comme « un tout » à mettre en oeuvre dans toute sa cohérence : « Si on ne prend qu'une seule mesure, on se plantera ! Et si les actes ne sont pas au rendez-vous très vite, la désertification médicale continuera », a-t-elle prévenu à la sortie de l'Élysée.

Lire la suiteLire la suite