Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

En Belgique, le secteur privé de la sécurité demande une « extension des tâches » qui lui sont confiées (Forum européen du Coess)

« La législation belge en matière de sécurité privée date de vingt ans, et certains points ne sont plus adaptés à la réalité et au contexte socio-économique d'aujourd'hui », estime Aymé Lyagre, président de l'Apeg (association professionnelle des entreprises de gardiennage) lors du troisième sommet européen sur la sécurité privée organisée par le Coess (confédération européenne des services de sécurité) vendredi 10 décembre 2010 à Bruxelles. La Belgique a été l'un des premiers pays à réglementer la sécurité privée, avec la loi du 10 avril 1990 organisant la sécurité privée et particulière, qui concerne les entreprises de gardiennage, les entreprises de sécurité privée et les services internes de gardiennage. Mais, pour Aymé Lyagre, depuis cette date, « les entreprises de sécurité privée ont développé de nouveaux services » et prennent notamment davantage part « à la sécurisation des espaces publics ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à découvrir