Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°251480

Voeux de Nicolas Sarkozy aux partenaires sociaux : le dialogue social en 2011 sera « aussi dense » qu'en 2010

« L'année 2010 a été chargée, 2011 sera probablement aussi dense », prévoit Nicolas Sarkozy lors de la présentation de ses voeux aux partenaires sociaux, jeudi 6 décembre 2011, au Palais de l'Élysée. Devant les représentants de l'ensemble des organisations syndicales et patronales, à l'exception de la CGT qui a refusé de participer à la cérémonie, le président de la République promet que les réformes dans le champ social ne s'interrompront pas avant les élections présidentielles de 2012. Sans dévoiler les intentions du gouvernement qui doit encore préciser ses attentes pour l'agenda social 2011, il salue la volonté des partenaires sociaux d'engager un cycle de négociations afin de relever le « défi dans le champ de l'emploi » pour lutter contre la pérennisation d'un « noyau dur du chômage ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
35 heures : les partenaires sociaux sont dubitatifs sur l'opportunité de rouvrir le débat

La polémique sur les 35 heures se poursuit : au lendemain des déclarations de Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, s'opposant à la suppression des heures supplémentaires et des allégements de charges (AEF n°251717), le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé estime, mercredi 5 janvier 2011 sur RTL, que les 35 heures sont « intenables » pour les finances de l'État, pour les entreprises et pour les salariés. « Les 35 heures sont un problème à tous les niveaux », affirme Jean-François Copé. Le secrétaire général du parti majoritaire estime que le dispositif coûte « 25 milliards d'euros par an » à l'État et propose « une réduction en sifflet des allégements de charges ». De leur côté, les organisations syndicales et patronales s'inquiètent, dans la perspective de l'élection présidentielle de 2012, de la tournure que prennent actuellement les débats au niveau politique. Les syndicats craignent un impact négatif sur l'emploi tandis que le patronat redoute les conséquences pour les entreprises d'une remise en cause des allégements de charges sociales. Si les organisations patronales restent opposées au principe des 35 heures, elles préféreraient qu'une réflexion plus globale soit menée sur le « coût du travail » et non sur le seul temps de travail.

Lire la suiteLire la suite