Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°250971

Maladie d'Alzheimer : une étude de France Alzheimer évalue le reste à charge moyen des familles à un peu plus de 1 000 euros par mois

Les coûts de prise en charge d'un malade d'Alzheimer restant à la charge des familles (que le patient soit seul ou qu'il bénéficie de l'accompagnement d'un aidant) s'établit en moyenne à un peu plus de 1 000 euros par mois que l'hébergement vive à domicile ou en institution et quelle que soit la répartition financière entre l'aidant et l'aidé. C'est le résultat qui ressort d'une étude socio-économique réalisée entre septembre 2009 et novembre 2010 auprès d'environ 500 aidants par la société de conseil Métis Partners pour le compte de l'association France-Alzheimer et rendue publique jeudi 13 janvier 2011 (1). L'importance de ce reste à charge varie toutefois du simple au quadruple selon que le patient est hébergé à domicile (570 euros de reste à charge) ou en établissement (2 300 euros de reste à charge). En effet, dans le cadre d'un hébergement à domicile, une part des dépenses sont invisibles, l'aidant consacrant en moyenne, toujours selon cette étude, 6,5 heures quotidiennement au patient soit pratiquement « l'équivalent d'une deuxième journée de travail pour les aidants en activité ». S'il était valorisé à la hauteur de la rémunération d'un auxiliaire de vie professionnel (16 euros par heure), France Alzheimer évalue le coût de ce temps de travail effectif à 3 000 euros par mois.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
La CFDT ne croit pas à la mise en oeuvre d'une grande réforme sur la perte d'autonomie liée au vieillissement avant 2012

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque a saisi l'occasion de la présentation de ses voeux à la presse, ce lundi 10 janvier 2010 pour tirer un bref bilan d'une année marquée au plan social par le conflit sur la retraite, mais surtout pour tracer des perspectives pour 2011. Alors que la campagne présidentielle apparaît déjà comme lancée, le chef de file de la CFDT n'a pas caché son scepticisme sur le caractère « utile » de 2011 pour des réformes. En tout cas pour la CFDT, qui rencontre ce lundi soir le patronat pour mettre au point l'agenda social des prochains mois, la priorité restera celle de l'emploi avec la négociation sur le renouvellement de la convention de l'assurance chômage. Autre figure imposée, la retraite complémentaire. Bien évidemment la CFDT, qui entend faire la démonstration qu'elle n'est pas seulement en position de demande de plus de dialogue social, mais qu'elle peut elle-même initier des propositions, saisira toutes les occasions pour avancer. Ainsi sur la dépendance, thème sur lequel elle a rencontré la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot, vendredi 7 janvier dernier.

Lire la suiteLire la suite
Dépendance : l'Unapei déplore que les personnes handicapées vieillissantes soient « exclues de la réforme »

L'Unapei déplore, ce vendredi 7 janvier 2010, les propos tenus hier par la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot-Narquin, qui a rappelé, jeudi 6 janvier 2011, à l'occasion de la présentation des « grandes orientations » de son ministère, que le débat sur la dépendance ne traiterait pas de la situation du handicap. L'Unapei estime que cette position reflète « une profonde méconnaissance de la situation des personnes handicapées mentales vieillissantes ». L'association souligne qu'au cours du dernier demi-siècle, « l'espérance de vie des personnes handicapées a fortement progressé, mais nombre d'entre elles se retrouvent dans l'impasse en vieillissant : disparition de leur entourage familial, absence de structures adaptées pour les accueillir ou encore perte du droit à l'allocation aux adultes handicapées ».

Lire la suiteLire la suite
Roselyne Bachelot : « J'ai souhaité que Marie-Anne Montchamp travaille sur l'ensemble du périmètre couvert par mon ministère »

« J'ai souhaité que Marie-Anne Montchamp [secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale] travaille sur l'ensemble du périmètre couvert par mon ministère. Je travaille et de je travaillerai main dans la main avec elle, sur tous les chantiers de notre périmètre ». C'est ce que précise la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, Roselyne Bachelot qui présente ce jeudi 6 janvier 2011 les voeux de son ministère ainsi que ses « grandes orientations » pour « les quinze prochain mois ». La ministre souligne le caractère inédit du périmètre de son ministère qui regroupe « tout ce qui permet de resserrer les liens sociaux et d'améliorer le bien-être collectif », ce qui représente six champs : « la dépendance », « le handicap et les personnes âgées », « la famille et la protection de la petite enfance », « les droits des femmes, la promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes, et la lutte contre les violences faites aux femmes », « l'inclusion sociale et la lutte contre la pauvreté, notamment avec le dispositif du RSA » et « l'économie sociale et solidaire ». La « grande cause nationale » que le Premier ministre a choisi de mettre en avant pour l'année 2011 « devra infuser toutes les politiques menées » par son ministère, assure Roselyne Bachelot.

Lire la suiteLire la suite