Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

« La réaction des magistrats est excessive », juge François Fillon, qui pose cependant la question « des moyens de la justice »

« Les magistrats de l'ensemble du pays, avec ceux de Nantes, ont décidé un mouvement de protestation de plusieurs jours, conduisant à la suspension du cours de la justice au-delà des urgences. Leur réaction est excessive, et je crains qu'elle ne puisse pas être comprise des Français », indique François Fillon à l'issue d'une réunion à Matignon avec les ministère de la Justice et de l'Intérieur pour « faire avec eux le point des enquêtes en cours à la suite du meurtre » de Pornic (Loire-Atlantique), lundi 7 février 2011 (AEF Sécurité globale n°248828). Il estime que le principal suspect « était connu de la justice et des forces de l'ordre. Il avait passé de longues années en détention et à sa sortie il était prévu qu'il soit suivi par un service de probation. Il ne l'a pas été. C'est un dysfonctionnement. Et ce dysfonctionnement est suffisamment grave dans ses conséquences pour que le gouvernement ne puisse accepter de s'en tenir là ». Il précise que les citoyens « ne doivent pas supporter les conséquences de la protestation des juges ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 86 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
« Une cinquantaine de juridictions sont d'ores et déjà mobilisées » selon le syndicat de la magistrature

Les magistrats sont « extrêmement mobilisés et très remontés », affirme à AEF Sécurité globale Clarisse Taron, présidente du syndicat de la magistrature, lundi 7 février 2011. Elle ajoute cependant que « ce n'est pas la première fois », car « ils ont l'habitude des propos de Nicolas Sarkozy contre les magistrats. Mais à chaque fois il y a un niveau de plus et il y a de moins en moins de retenue dans ses propos ». Elle indique que le syndicat de la magistrature a prévu deux jours de grève, jeudi 10 et vendredi 11 janvier 2011, et appelle les juridictions à tenir au cours de la semaine des assemblées générales, à faire des renvois d'audience, des conférences de presse… . « Une cinquantaine de juridictions sont d'ores et déjà mobilisées. Nous devrions être reçus au ministère en fin de semaine », souligne-t-elle.

Lire la suiteLire la suite
Affaire de Pornic : FO dénonce une « mise en accusation systématique » des fonctionnaires ; le Snop estime que Nicolas Sarkozy se « dédouane »

FO-magistrats, l'Union des syndicats FO du personnel du ministère de la Justice et Unité SGP Police-FO dénoncent la « mise en accusation systématique » des « serviteurs de l'Etat » à l'occasion « d'événements médiatisés », jeudi 3 février 2010. Dans un communiqué commun, ils déplorent les interventions des ministres de l'Intérieur et de la Justice qui « n'ont pas hésité à mettre en doute la compétence professionnelle des magistrats, des policiers, et des personnels pénitentiaires » dans l'affaire de l'homicide de Laëtitia à Pornic (Loire-Atlantique). Pour les syndicats, « le dysfonctionnement de l'administration et ses carences évidentes trouvent leur source dans la mise en oeuvre de la RGPP » et pas dans des « fautes personnelles ».

Lire la suiteLire la suite
Michel Mercier annonce un plan national d'exécution des peines pour « résorber le stock de peines non exécutées »

Michel Mercier, ministre de la Justice, engage « un plan national d'exécution des peines d'emprisonnement ferme exécutoires », qui a pour but « d'aider [14] juridictions à résorber le stock de peines encore non exécutées », « d'améliorer les délais de mise à exécution des peines » et de « mettre en oeuvre les orientations réaffirmées en matière d'exécution et d'aménagement des peines ». C'est ce que le garde des Sceaux a annoncé « aux chefs de cour d'appel des 14 TGI dans lesquels on observe le plus grand nombre de peines d'emprisonnement non-exécutées », mercredi 2 février 2011, indique le ministère dans un communiqué de presse. Les TGI concernés sont ceux de Paris, Bobigny, Créteil, Evry, Pontoise, Versailles, Aix-en-Provence, Marseille, Bordeaux, Nantes, Strasbourg, Lille, Boulogne-sur-Mer et Lyon.

Lire la suiteLire la suite