Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Propositions du PS pour le logement : du « travail bâclé » selon Benoist Apparu

« Le Parti socialiste propose d'augmenter à 2 % du PIB le budget consacré au logement en France, aujourd'hui nous sommes à 1,96 % (AEF Habitat et Urbanisme n°249471), soit une hausse de 0,04 point, on peut dire que c'est du lourd, que c'est de la proposition qui va loin », lance Benoist Apparu, le secrétaire d'État au Logement, jeudi 17 février 2011, sur RMC, en réaction à l' « appel pour une autre politique du logement » lancé la veille par le PS (AEF Habitat et Urbanisme n°247974). Revenant sur la proposition de limiter les dépenses de logement des ménages à 25 % de leurs revenus, le secrétaire d'État souligne que « l'objectif est intéressant, mais il faut savoir comment on le met en oeuvre ». Interrogé sur la possibilité d'un encadrement des loyers à la relocation, défendu par le PS, Benoist Apparu rétorque : « C'est une très mauvaise idée, c'est une proposition que je qualifie de bisounours, qui plaît à tout le monde et le PS compte essayer de se faire une crédibilité politique avec ça. Mais la réalité c'est que, si les loyers ont augmenté de 3 % ces deux dernières années, les prix de l'immobiliers ont eux bondi de 20 %. »

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 84 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Habitat / Urbanisme
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Le Parti socialiste lance un « appel pour une autre politique du logement » en vue de l'élection présidentielle

Construire 150 000 logements sociaux par an, imposer un tiers de logements sociaux dans chaque nouvelle opération de plus de 12 unités, faire un repérage complet de l'ensemble des logements vides et accroître les moyens consacrés à la réserve foncière. Telles sont les principales propositions présentées dans l'appel « pour une autre politique du logement » lancé, mercredi 16 février 2011, par le Parti socialiste au cours d'un déplacement de Martine Aubry, première secrétaire du parti, à Clamart (Hauts-de-Seine) (1). « Avec cet appel, nous voulons montrer que nous nous intéressons aux problèmes des Français, et le logement en est un, que nous avons des propositions pour y remédier et que nous faisons déjà ce que nous avançons, chacun dans nos collectivités », lance Martine Aubry entourée de nombreux élus socialistes, dont Bertrand Delanoë, maire de Paris, Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement de Lyon, et Philippe Kaltenbach, maire de Clamart, parmi lesquels des représentants du monde HLM, tels Marie-Noëlle Lienemann, présidente de la FNSCHLM (Fédération nationale des sociétés coopératives d'HLM), Alain Cacheux, président de la Fédération des OPH (offices publics de l'habitat) et Thierry Repentin, président de l'USH (Union sociale pour l'habitat).

Lire la suiteLire la suite
Investissement locatif : la Commission européenne demande à la France de modifier des dispositions fiscales

La Commission européenne indique, mercredi 16 février 2011, avoir « officiellement demandé à la France de modifier des dispositions qui permettent aux investissements dans l'immobilier résidentiel neuf situé en France de bénéficier d'un amortissement accéléré, mais qui ne l'autorisent pas pour des investissements similaires à l'étranger. » Bruxelles considère que ces dispositions fiscales, qui concernent les dispositifs Périssol, Besson, Robien et Borloo neuf (1), sont « incompatibles avec la libre circulation des capitaux, principe fondamental du marché unique de l'Union européenne ». En revanche, la procédure ne concerne pas le dispositif Scellier. La Commission précise que cette demande est un « avis motivé », soit la deuxième étape de la procédure d'infraction. « En l'absence de réponse satisfaisante dans un délai de deux mois, la Commission pourra saisir la Cour de justice de l'Union européenne à l'encontre de la France. »

Lire la suiteLire la suite
Jeudi noir : le tribunal ordonne l'expulsion immédiate et sans délai de l'immeuble du 22 avenue de Matignon à Paris

« Le tribunal d'instance du 8e arrondissement de Paris a ordonné l'expulsion immédiate et sans délai de l'immeuble que nous occupons » 22 avenue Matignon, indique à AEF Habitat et Urbanisme Simon, un membre du collectif Jeudi noir, mardi 15 février 2011 peu après l'audience. Le tribunal a également prononcé une astreinte collective de 100 euros par jour à compter de ce mardi en cas de non-évacuation des lieux. « La juge a précisé qu'il n'y avait pas besoin qu'un huissier vienne signifier le jugement aux occupants, ce qui veut dire que, si Axa demande le recours de la force publique, nous pouvons être expulsés d'un moment à l'autre », ajoute Julien Bayou, autre membre du collectif. Interrogé sur ce point par AEF Habitat et Urbanisme, l'assureur, dont une filiale est propriétaire de l'immeuble, affirme « avoir entamé les démarches nécessaires pour mettre en oeuvre la décision de justice » sans plus de précisions sur le moment de l'évacuation. « Il n'y a aucune volonté de violence de notre part, souligne un porte-parole du groupe, mais l'immeuble ne présentant pas les conditions d'hygiène et de sécurité suffisantes pour être habité, si le collectif ne quitte pas les lieux, nous suivrons la procédure ordonnée par le tribunal. »

Lire la suiteLire la suite
Mal-logement : opposition entre la Fondation Abbé Pierre et Benoist Apparu sur l'accession à la propriété

« Vous avez des inquiétudes vis-à-vis des couples avec deux enfants qui, avec 5 000 euros par mois, n'accèdent pas à la propriété, et vis-à-vis des rendements à la baisse des investisseurs financiers ; nous c'est pour les plus pauvres. » C'est ce qu'affirme Patrick Doutreligne, le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, en réponse à l'intervention de Benoist Apparu, le secrétaire d'État au Logement, mercredi 1er février 2011 lors de la présentation du 16e rapport sur le mal-logement de la Fondation devant près de 2 000 personnes (AEF Habitat et Urbanisme n°250453). Patrick Doutreligne souligne ainsi son opposition à un ensemble de mesures qui « ne bénéfice pas aux plus démunis mais creuse les inégalités de patrimoine et plus largement sociales » : un nouveau PTZ + « qui va profiter profiter aux 20 % les plus riches », le Scellier, un « dispositif fiscal extrêmement coûteux » et une politique centrée sur l'accession à la propriété aboutissant à ce que seuls 37 % des ménages les plus modestes soient propriétaires aujourd'hui contre 47 % en 1988, alors que, dans le même temps, la part des ménages les plus riches est passée de 65 à 76 % (1).

Lire la suiteLire la suite
131 509 logements sociaux financés en 2010, le gouvernement atteint son objectif de réorientation en zone tendue (Benoist Apparu)

« Record largement battu », se félicite Benoist Apparu, secrétaire d'État au logement qui annonce, jeudi 20 janvier 2011, que 131 509 logements sociaux (1) ont été financés en 2010 (contre 119 000 en 2009). Il avait annoncé l'an dernier à la même période un objectif de 140 000 (AEF Habitat et Urbanisme n°276484). Pour cette année, 120 000 logements sociaux sont programmés. « La question principale n'est pas nécessairement combien on fait de logements sociaux, mais où on les fait », assure le secrétaire d'État qui, là encore, se satisfait des résultats 2010. Sur les deux années précédentes, 25 % des logements étaient programmés en zone tendue (zone A), des chiffres « pas satisfaisants » selon lui. L'objectif de passer à un tiers dans cette zone en 2010 est atteint. Parallèlement, la part des logements financés en zone C est passée de 25 % en 2008 à 23 % en 2009 puis 19 % en 2010. « Une évolution lourde et structurelle », salue Benoist Apparu.

Lire la suiteLire la suite