Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'Ehpad de Champmaillot, adossé au CHU de Dijon, souhaite maintenir ses spécificités, menacées par la convergence tarifaire

Un million d'euros : c'est la somme que l'ARS Bourgogne retire à l'Ehpad de Champmaillot qui, à Dijon, héberge 273 résidents très dépendants, dont 83,5 % sont classés GIR 1 et GIR 2, pour une moyenne d'âge à 86,1 ans. La dotation soins de l'établissement, de 5,950 millions d'euros en 2009, qui représente 49,5 % du budget de fonctionnement total de l'Ehpad, doit atteindre, dans le cadre de la convergence tarifaire, les objectifs fixés par l'agence régionale de santé d'ici à 2016. « La dotation soins cible de l'Ehpad a été calculée à 4,9 millions d'euros », explique l'ARS, interrogée par AEF, dans la réponse écrite qu'elle fournit. Une « mission d'appui et d'accompagnement auprès du CHU de Dijon concernant l'Ehpad de Champmaillot », composée de dix membres, est mise en place par l'ARS pour déterminer les pistes d'économies. Elle fixe un premier rendez-vous avec les équipes de l'Ehpad et du CHU mardi 8 mars 2011. Le professeur Pierre Pfitzenmeyer, le coordonnateur médical du pôle personnes âgées au CHU de Dijon, interrogé par AEF, ne voit a priori d'autre solution, pour atteindre les objectifs fixés par l'ARS, que le licenciement d'une part du personnel infirmier, un million d'euros correspondant au coût annuel de 25 postes.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Ehpad : FO fustige la « broyeuse » de la convergence tarifaire et réclame sa remise en cause

« Aucune maison de retraite ne bénéficie d'un taux d'encadrement correspondant aux engagements des Plans Solidarité Grand Âge et Alzheimer » rappelle la fédération des personnels des services publics et des services de santé du syndicat Force ouvrière, vendredi 22 décembre 2010, quelques jours après la diffusion d'une note interne de la FHF dénonçant les effets de la convergence tarifaire s'appliquant aux Ehpad et aux USLD. La convergence tarifaire consiste à limiter les revalorisations de tarifs pour les établissements les mieux dotés en personnels de façon à résorber progressivement (d'ici à 2016) l'écart entre les tarifs des établissements en dépassement et une valeur plafond fixée par les pouvoirs publics. Le syndicat estime que « la notion même de 'convergence' » est basée « sur une idée mensongère" : celle selon laquelle il y aurait des Ehpad « trop dotés ». Fustigeant la « broyeuse de la 'convergence tarifaire' » qui, selon le syndicat, n'est dictée que par une « approche financière », FO invite ses syndicats à « réunir les personnels des maisons de retraites » pour obtenir des créations de postes dans les Ehpad.

Lire la suiteLire la suite
La FHF et l'AD-PA s'opposent au projet de décret réformant la tarification des Ehpad et dénoncent la convergence tarifaire

« L'État doit faire une pause décrétale et mettre enfin de l'ordre dans sa pensée », déclare jeudi 23 juillet 2009 à l'AEF Andrée Barréteau, responsable du pôle organisation sanitaire et médico-sociale de la FHF, au sujet du projet de décret réformant la tarification des Ehpad (AEF n°296514) présenté aux organisations du secteur par le secrétariat d'État aux Aînés le 16 juillet dernier. « Il conduit à une convergence des tarifs dépendance et une augmentation du reste à charge pour les résidents. C'est scandaleux », dénonce-t-elle. Pascal Champvert, président de l'AD-PA renchérit : « ce décret pourrait bouleverser fondamentalement le secteur. Nous avons déjà subi en 2001 une réforme de la tarification extrêmement bureaucratique. On veut nous en imposer une autre plus complexe encore, qui vise seulement à diminuer les moyens de nos établissements ».

Lire la suiteLire la suite