Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

ParisTech : « Notre PRES évoluera vers un établissement ou une institution avec des compétences propres » (Cyrille van Effenterre, président)

« Une décision forte a été prise, à l'unanimité du CA, d'aller vers une intégration accélérée des huit écoles de ParisTech qui ont vocation à déménager sur le plateau de Saclay ou qui y sont déjà (1). Nous allons en faire le 'noyau dur', avec une coopération renforcée entre les huit écoles, visant une intégration physique et opérationnelle. Derrière cela se dessine une évolution institutionnelle du PRES, avec des transferts de compétences et une véritable mutualisation des moyens, qui est aujourd'hui trop réduite. Le cadre institutionnel de ces transferts reste à définir, mais notre PRES évoluera vers un établissement ou une institution avec des compétences propres », annonce à AEF Cyrille van Effenterre, président de ParisTech, reconduit dans ses fonctions le 22 février dernier (AEF n°246858). Il revient également sur le sort des quatre écoles de ParisTech non concernées par le campus de Saclay (2), et sur les relations du PRES avec ses partenaires extérieurs.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Saclay : l'Ensae ParisTech souhaite constituer « le premier pôle d'économie français » avec HEC et Polytechnique à l'horizon de 5 ans

« Mon objectif, c'est que dans les classements de recherche, le pôle d'économie de Saclay que l'Ensae va constituer avec HEC et l'École Polytechnique soit le premier en France », indique Antoine Frachot, directeur du Genes (Groupe des écoles nationales d'économie et statistique), qui regroupe l'Ensae ParisTech, l'ENSAI Rennes, le Crest (1) et le Cepe (2) au sein d'un EPSCP unique depuis le 1er janvier 2011 (AEF n°250708 ). « Il existe aujourd'hui trois grands pôles d'économie en France : Toulouse school of economics, Paris school of economics et le nôtre. Nous sommes en concurrence avec eux, même si nous entretenons par ailleurs des liens étroits avec PSE en tant que membres associés. Nous ne voulons pas les casser », dit aussi Antoine Frachot, qui rappelle que l'Ensae prévoit de déménager à Saclay en 2014, dans un bâtiment qui accueillera le département d'économie de l'École Polytechnique ainsi que des bureaux qui seront mis à disposition de certains autres professeurs venant d'AgroParisTech, d'HEC, etc. « Le programme immobilier est lancé, nous disposons de 50 millions d'euros venant du grand emprunt », indique-t-il.

Lire la suiteLire la suite
Saclay : les huit écoles de « ParisTech Sud » réfléchissent à constituer une « graduate school » unique (Yves Demay, Ensta)

« Un projet de constitution d'une graduate school entre les huit écoles de ParisTech qui sont ou seront installées sur le plateau de Saclay (1) est en ce moment à l'étude, dans l'objectif de décloisonner les structures existantes », indique Yves Demay, directeur de l'Ensta ParisTech, vendredi 17 décembre 2010, en marge d'une présentation du nouveau « Groupe Ensta » (AEF n°254028). « Mon sentiment, c'est que sur le plan international, nous pouvons continuer à avoir une action commune avec l'ensemble des 12 membres de ParisTech, qui a trouvé là une concrétisation réelle comme le montre le partenariat stratégique que nous sommes en train de monter avec l'université technique de Munich, ou avec les instituts de technologie indiens. Mais pour approfondir nos relations sur le plan des enseignements et de la recherche, nous ne pourrons le faire qu'avec ceux qui seront physiquement à Saclay. »

Lire la suiteLire la suite