Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'État et la SNCF signent un engagement pour le développement de l'alternance

« J'ai souhaité signer aujourd'hui avec Guillaume Pepy [président de la SNCF] un engagement concret de la SNCF pour le développement de l'alternance. Il s'agit de dépasser le quota des 4 % d'alternants dans l'entreprise en 2011, soit plus de 400 alternants supplémentaires et poursuivre et amplifier les dispositifs innovants d'accompagnement : aide à l'insertion professionnelle, référents SNCF… » C'est ce qu'annonce Nadine Morano, ministre de l'Apprentissage et de la Formation Professionnelle à l'occasion d'un déplacement au Technicentre atlantique de la SNCF, situé a Châtillon (Hauts-de-Seine), mercredi 13 avril 2011.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Relance de l'apprentissage : l'ACFCI, d'accord avec le système de bonus-malus pour les entreprises, publie « un dictionnaire raisonné »

« Le gouvernement réfléchit actuellement à la mise en place d'un système de bonus pour les entreprises qui accueillent des apprentis (AEF n°248421). Nous sommes d'accord, celui qui emploie des apprentis ne doit pas être sanctionné comme celui qui n'en emploie aucun. Il faut croiser le pourcentage d'apprentis avec le pourcentage de salariés », indique Jean-François Bernardin, le président de l'ACFCI, à l'occasion de la présentation à la presse, jeudi 17 février 2011, du « dictionnaire raisonné de l'apprentissage » élaboré par l'association. « J'ai eu l'idée de faire ce dictionnaire pour plusieurs raisons : déjà parce que cela n'existait pas. D'autre part, parce que c'est un sujet qui est sur la table : tous les ministres y réfléchissent… Et puis, surtout, parce que l'on entend beaucoup d'erreurs sur ce sujet. Le but de cet ouvrage est donc de se mettre d'accord sur les constats », explique-t-il.

Lire la suiteLire la suite