Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Hausse de 141% du prix des appartements anciens et de 33% des loyers entre 1998 et 2010 (Insee)

Le prix des logements anciens a augmenté de 141 % entre 1998 et 2010, les loyers de 33 % (soit 2,4 % par an en moyenne) sur la même période et le basculement vers le surendettement est davantage lié au crédit à la consommation qu'au crédit immobilier. Telles sont les conclusions des nouvelles publications de l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) « Insee Première » rendues publiques mardi 17 mai 2011 : « Prix des logements anciens et loyers entre 2000 et 2010 » ainsi que « Endettement et recours aux services bancaires en 2008 ». « Ces études sont justifiées par le fait que l'investissement logement est à la fois un élément essentiel du bien-être matériel des ménages, au sens du rapport Stiglitz, et une variable stratégique dans la conduite des politiques macroéconomiques. L'investissement logement est associé à une forte charge affective qui peut conduire, comme on l'a vu au cours de ces dernières années, à perturber le bon fonctionnement des marchés immobiliers, ainsi que la stabilité macroéconomique », rappelle Jean-Philippe Cotis, directeur général de l'Insee.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Hausses de loyers : la CLCV maintient les conclusions de son étude selon laquelle 12 % des bailleurs sont hors-la-loi

La CLCV (consommation, logement et cadre de vie) maintient les conclusions de son étude sur les hausses de loyers annuelles pratiquées dans le parc social au 1er janvier 2011, « contestée avec vigueur » par l'USH (union sociale pour l'habitat) (AEF Habitat et Urbanisme n°241880). « Des organismes HLM ne respectent pas la loi » de finances pour 2011 en matière d'encadrement des hausses de loyers pratiquées au 1er janvier 2011, assure-t-elle mercredi 4 mai 2011. Publiée la veille, l'étude, menée auprès d'un échantillon de 240 organismes HLM, conclut que « 12 % des organismes ne respectent pas la loi de finances pour 2011 : 4 % appliquent des hausses de loyers supérieures au plafond légal de 1,1 % et, surtout, 8 % modulent ces hausses qui peuvent aller jusqu'à 10 % pour certains locataires tout en respectant en moyenne le seuil de 1,1 %. »

Lire la suiteLire la suite