Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

La gendarmerie « doit cesser de se comporter comme une citadelle assiégée », selon Pierre Jacquet, président d'honneur du Trèfle

« La gendarmerie se porte aujourd'hui mieux que jamais », affirme à AEF Sécurité globale le général Pierre Jacquet, président d'honneur du Trèfle, une « société d'entraide des élèves et anciens élèves de l'école des officiers de la gendarmerie nationale ». Il estime que la gendarmerie avait « perdu de l'intérêt » pour le ministère de la Défense, « où elle manquait de considération. Il y avait donc une logique à être rattaché au ministère de l'Intérieur ». Pierre Jacquet souligne cependant que ce rapprochement et les mutualisations qu'il entraîne pourrait être « franchement préjudiciable » dans le domaine de la police judiciaire. « La gendarmerie a beaucoup investi, elle s'est perfectionnée et le fait de créer, par exemple, une 'unité de la police technique et scientifique', comme cela est parfois évoqué, loin de renforcer son efficacité, lui porterait gravement préjudice ». Revenant sur la suppression d'escadrons de gendarmerie et de compagnies de CRS, il affirme qu'il était « nécessaire de réduire le volume de ces forces, qui est sans doute aujourd'hui trop important. Elles constituent souvent un moyen de facilité et une sécurité pour les préfets qui demandent pour le moindre événement l'intervention des CRS ou des escadrons de gendarmerie mobile ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L'Union du personnel en retraite de la gendarmerie et « L'Essor » demandent un « moratoire des suppressions d'escadrons »

L'UNPRG (Union nationale du personnel en retraite de la gendarmerie) et le journal « L'Essor de la gendarmerie nationale » demandent un « moratoire sur la suppression de tout escadron de gendarmerie mobile » après la décision du ministère de l'Intérieur de maintenir deux compagnies de CRS, mardi 1er février 2011 (AEF Sécurité globale n°249418). L'UNPRG et « L'Essor » rappellent que « depuis le 1er septembre 2010 huit escadrons de gendarmerie mobile ont été supprimés à Besançon, Dijon, Strasbourg, Toulouse, Mont-de-Marsan, Saint-Malo, Satory et Melun » et indiquent que ces suppressions, « ainsi que celles de brigades territoriales, se sont effectuées dans un silence assourdissant ». Ils précisent également que « la disparition de l'escadron de Narbonne est en cours » et affirment que « six autres sont programmés pour être rayés des effectifs en 2011 », dont ceux de Nantes et Rennes (AEF Sécurité globale n°249488) .

Lire la suiteLire la suite
Gendarmerie : « importante évolution » des instances de représentation et de participation (colonel Jean-Jacques Taché)

La « pierre angulaire » de l'intégration de la gendarmerie au sein du ministère de l'Intérieur. C'est ainsi que le colonel Jean-Jacques Taché décrit l' arrêté du 23 juillet 2010 qui modifie les instances de représentation et de participation de la gendarmerie. « Il ne s'agit pas d'une révolution mais d'une importante évolution », souligne Jean-Jacques Taché, chargé par le directeur général de la gendarmerie nationale de mettre en place le nouveau système.

Lire la suiteLire la suite