Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Insertion des docteurs : « un post-doctorat valorise le diplôme et réduit le temps de recherche d'emploi » (universités de Montpellier)

71 % des post-doctorants des trois universités de Montpellier (1) ont, 30 mois après la date de soutenance de leur thèse, moins de 6 mois de recherche d'emploi sur cette période, contre 58 % des docteurs n'ayant pas fait de post-doctorat, indique une enquête réalisée par les Observatoires de la vie étudiante et de l'insertion professionnelle des universités de Montpellier, publiée en mai 2011. « Effectuer un post-doctorat valorise le diplôme et réduit le temps de recherche d'emploi », constate l'enquête. Les doctorants sont 41 % à effectuer un post-doctorat. 85 % des post-doctorants et 87 % des docteurs sans post-doc sont en emploi. L'enquête, réalisée en décembre 201, a concerné 693 docteurs ayant soutenu leur thèse en 2008, issus des dix écoles doctorales des universités montpelliéraines. Le taux de réponse est de 65 %.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L'Opecst lance une enquête sur la carrière des docteurs et « leur perception de l'innovation »

L'Opecst (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques) lance une enquête auprès des docteurs, à travers un questionnaire mis en ligne sur le site internet de l'ABG-Intelli'agence, lundi 23 mai 2011. « Cette enquête anonyme vise (…) à contribuer à une meilleure compréhension des conditions d'expatriation et de retour des docteurs et aussi de leur évolution de carrière », indiquent en préambule les députés Claude Birraux (UMP, Haute-Savoie), président de l'office, et Jean-Yves Le Déaut (SRC, Meurthe-et-Moselle), vice-président. « Par ailleurs, elle doit permettre de mieux cerner leur perception de l'innovation et de comparer, via leur vécu, les conditions de l'innovation en France avec celle d'autres régions du monde. » Le questionnaire comprend une « trentaine de questions » et demande « une dizaine de minutes » pour y répondre.

Lire la suiteLire la suite
37 % des doctorants sont « solitaires » et « non financés » (étude OVE)

Les doctorants peuvent se classer selon « une typologie en quatre catégories : les doctorants professionnels, les doctorants solitaires financés, les doctorants solitaires non financés et, catégorie plus marginale, les doctorants non financés intégrés ». C'est la conclusion à laquelle parvient Ronan Vourc'h, ingénieur de recherche à l'OVE (Observatoire de la vie étudiante), qui publie une étude sur « Les Doctorants, profils et conditions d'études », datée de juin 2010 et signalée par la « Lettre d'information » de l'observatoire du jeudi 1er juillet 2010. Il explique que cette typologie est établie « en combinant deux indicateurs : bénéficier ou non d'un financement ; fréquenter assidûment ou non son université de rattachement ». Cette typologie fait apparaître que la catégorie des « solitaires non financés » est la plus importante, regroupant 37,2 % des doctorants.

Lire la suiteLire la suite