Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°239148

L'UMP veut faire travailler les deux tiers des allocataires du RSA entre 5 et 10 heures par semaine dans un cadre « d'utilité sociale »

« Environ un tiers des 1 150 000 foyers qui perçoivent l'ancien RMI (Revenu minimum d'insertion) ne sont pas en état de travailler sans un accompagnement social lourd . Mais pour les autres nous allons proposer un contrat d'utilité sociale rémunéré de 5 à 10 heures par semaine, dans des collectivités ou des structures d'insertion. Ils auront donc de nouveaux droits ouverts et le devoir d'accepter, faute de quoi le RSA (Revenu de solidarité active) pourra être diminué de manière dégressive », indique Marc-Philippe Daubresse, secrétaire général adjoint de l'UMP et ancien ministre des Solidarités actives, dans un entretien accordé au « Parisien », mardi 7 juin 2011. Parallèlement, Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, précise dans « La Voix du Nord » que ces « activités d'utilité sociale » pourraient prendre la forme d' « accompagnement de sorties d'école ou de personnes âgées » ou de « projets environnementaux et civiques ». Ces déclarations des deux dirigeants du parti de la majorité gouvernementale interviennent à la veille d'une « convention sur la justice sociale » de l'UMP qui devrait notamment porter sur le RSA.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 79 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Obligation de travail pour les bénéficiaires du RSA : « légitime » pour L. Wauquiez, des « difficultés de mise en œuvre » pour R. Bachelot

« Le RSA est un très gros investissement de solidarité, que je considère comme totalement légitime. Il n'est pas anormal qu'en contrepartie, on puisse aussi demander un petit effort pour la collectivité », estime, lundi 9 mai 2011, Laurent Wauquiez, ministre des Affaires européennes, interrogé par des internautes à l'occasion d'un chat sur le site du journal « Le Monde ». L'ancien secrétaire d'État à l'Emploi (mars 2008 - novembre 2010), conseiller politique de l'UMP et chef de file du mouvement « la droite sociale », réitère ainsi ses propositions sur le RSA (revenu de solidarité active) formulées la veille lors de l'émission BFM TV-Le Point-RMC. Laurent Wauquiez y a indiqué qu'une proposition de loi serait prochainement déposée à l'Assemblée nationale pour exiger des bénéficiaires du RSA qu'ils « assument » cinq heures hebdomadaires de « service social » sans contrepartie financière. « Les propositions de Laurent Wauquiez posent des difficultés de principe et de mise en œuvre, que je lui ai d'ailleurs signalées lors d'un entretien approfondi », déclare de son côté Roselyne Bachelot, ministre de la Solidarité et de la Cohésion sociale, dans un communiqué diffusé ce lundi.

Lire la suiteLire la suite
« L'enjeu consiste maintenant à déployer pleinement le volet insertion du RSA » (Lettre de mission de N. Sarkozy à M.-P. Daubresse)

« Aujourd'hui, le RSA commence à porter ses fruits. Plus d'1,8 million de foyers perçoivent ce revenu ; parmi eux, près de 700 000 foyers de travailleurs pauvres en complément de leurs salaires », indique Nicolas Sarkozy dans une lettre de mission adressée le 30 mars 2011 à Marc-Philippe Daubresse, député (UMP, Nord). « L'enjeu consiste maintenant à déployer pleinement le volet insertion du RSA », continue le président de la République qui confie à l'ancien ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives « le soin de proposer les modalités de renforcement du volet insertion du RSA » et ceci au sein d'un rapport à remettre « avant le 31 juillet » 2011, précise le courrier dévoilé par Localtis.

Lire la suiteLire la suite
Insertion des bénéficiaires du RSA : « Seulement un département sur deux a conclu un pacte territorial d'insertion » (Roselyne Bachelot)

Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, déplore que « seulement un département sur deux ait conclu à ce jour un PTI (pacte territorial d'insertion) », outil visant à coordonner l'action des différents acteurs en faveur de l'insertion des bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active). Elle s'exprimait mardi 25 janvier 2011 à l'occasion de la clôture de la « journée nationale sur le RSA » organisée par l'ADF (Assemblée des départements de France). Plus de 40 départements sont actuellement impliqués dans les travaux d'élaboration ou de mise en œuvre de ces PTI : quinze l'ont signé ou vont le faire prochainement, cinq l'ont élaboré mais pas encore signé et 21 sont en train de le préparer. « Dans les 60 autres départements où cette démarche n'a pas encore abouti, je souhaite que les représentants de l'État identifient les points de blocage », déclare Roselyne Bachelot. « Il reste beaucoup à faire. »

Lire la suiteLire la suite
« Les caractéristiques nouvelles du RSA n'ont pas à ce jour déployé toutes leurs potentialités » (rapport intermédiaire 2010)

Si « le RSA (revenu de solidarité active) s'est rapidement installé dans le paysage des politiques d'insertion comme le successeur du RMI (revenu minimum d'insertion) et de l'API (allocation de parent isolé) [et] a permis d'accroître le revenu de foyers modestes », « les caractéristiques nouvelles du RSA n'ont pas à ce jour déployé toutes leurs potentialités », souligne le Comité d'évaluation du RSA, dans son rapport intermédiaire 2010, remis à Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale et rendu public lundi 10 janvier 2011. Les conclusions de ce rapport « doivent être perçues moins comme des conclusions définitives sur un dispositif encore très récent que comme de premiers enseignements permettant d'affiner un certain nombre d'hypothèses, de préciser des points de vigilance et de définir les investigations à mener au cours des prochains mois ».

Lire la suiteLire la suite