Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°237220

RSA : les travailleurs sociaux notent un faible retour à l'emploi des bénéficiaires et des difficultés persistantes d'accompagnement (Fnars)

Les bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) connaissent « un faible retour à l'emploi, dans un contexte de l'emploi dégradé », même s'ils n'ont « pas de réticence à reprendre du travail » : 85 % des travailleurs sociaux constatent que les sorties du RSA vers l'emploi pour les personnes qu'ils accompagnent sont « très peu ou peu fréquentes ». C'est ce qu'indique une enquête de la Fnars (Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale) sur les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA, rendue publique mardi 28 juin 2011. Pour sa deuxième enquête sur ce sujet, la Fnars a interrogé 182 travailleurs sociaux de son réseau, dont les établissements suivent près de 20 000 bénéficiaires du RSA. Ainsi, 96 % des travailleurs sociaux interrogés constatent que les radiations pour refus d'offre d'emploi sont « très peu ou peu fréquentes » et 81 % constatent que les allocataires souhaiteraient travailler davantage. « Cela confirme que les bénéficiaires du RSA ne refusent pas de travailler, mais que c'est l'emploi qui manque », estime la Fnars, en réponse aux accusations d' « assistanat » formulées récemment dans le débat public.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 83 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
L'UMP veut faire travailler les deux tiers des allocataires du RSA entre 5 et 10 heures par semaine dans un cadre « d'utilité sociale »

« Environ un tiers des 1 150 000 foyers qui perçoivent l'ancien RMI (Revenu minimum d'insertion) ne sont pas en état de travailler sans un accompagnement social lourd . Mais pour les autres nous allons proposer un contrat d'utilité sociale rémunéré de 5 à 10 heures par semaine, dans des collectivités ou des structures d'insertion. Ils auront donc de nouveaux droits ouverts et le devoir d'accepter, faute de quoi le RSA (Revenu de solidarité active) pourra être diminué de manière dégressive », indique Marc-Philippe Daubresse, secrétaire général adjoint de l'UMP et ancien ministre des Solidarités actives, dans un entretien accordé au « Parisien », mardi 7 juin 2011. Parallèlement, Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, précise dans « La Voix du Nord » que ces « activités d'utilité sociale » pourraient prendre la forme d' « accompagnement de sorties d'école ou de personnes âgées » ou de « projets environnementaux et civiques ». Ces déclarations des deux dirigeants du parti de la majorité gouvernementale interviennent à la veille d'une « convention sur la justice sociale » de l'UMP qui devrait notamment porter sur le RSA.

Lire la suiteLire la suite
RSA : le reste à charge des départements atteint 1,7 milliard d'euros en 2010, première année pleine de mise en oeuvre (Odas)

Les dépenses d'action sociale restant à la charge des départements en 2010 « connaissent un rythme d'augmentation important, comparable à celui de l'année précédente » : elles s'élèvent à près de 22,7 milliards d'euros, soit une hausse de 5,9 % (+1,27 milliard) par rapport à l'année 2009. C'est ce qu'indique le bilan 2010 des dépenses nettes d'action sociale départementale de l'Odas (Observatoire décentralisé de l'action sociale), rendu publique le 26 mai 2011. Ces chiffres correspondent à la « charge nette » départementale, obtenue après déduction des apports spécifiques que verse l'État aux conseils généraux au titre du RSA (revenu de solidarité active) et du soutien à l'autonomie. L'augmentation des dépenses sociales des départements « est due pour les deux tiers aux dépenses d'allocations [APA -allocation personnalisée d'autonomie-, PCH -prestation de compensation du handicap- et RSA], et pour un tiers aux dépenses d'hébergement ».

Lire la suiteLire la suite