Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Hébergement d'urgence : 4 500 places d'hôtel remplacées par des logements (Benoist Apparu)

L'État envisage de « diminuer de 4 500 le nombre de places d'hôtel » pour les remplacer par « des places de logements » d'ici la fin de l'année, fait savoir Benoist Apparu, secrétaire d'État au Logement, mercredi 20 juillet 2011, au journal de 20 heures de France 2. Une initiative qui s'inscrit dans la politique du « logement d'abord » présentée fin 2009 (AEF Habitat et Urbanisme n°285971). Invité à s'exprimer sur la démission de Xavier Emmanuelli de la présidence du Samu social de Paris, Benoist Apparu dit respecter sa décision mais aussi la regretter (AEF Habitat et Urbanisme n°235637). Il affirme vouloir une « réponse plus adaptée à chaque situation familiale » : « Nous avons à la rue des personnes qui sont (…) dans une très grande fragilité psychiatrique, et pour ça on a fondamentalement besoin d'outils, type le Samu social. Mais on a aussi des personnes, des familles, une femme battue par exemple qui va quitter son domicile, pour qui la réponse 'hébergement' n'est pas la réponse humaine adaptée. »

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 79 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Habitat / Urbanisme
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Samu social : réactions de F.Fillon, de B.Apparu, de Paris, des députés E.Pinte et A.Richard, du DAL à la démission de X. Emmanuelli

Le Premier ministre, François Fillon, prend acte de la démission de Xavier Emmanuelli de la présidence du Samu social, annoncée par le biais d'un entretien à « Charlie Hebdo » publié mercredi 20 juillet 2011 (AEF Habitat et Urbanisme n°235736). « Il tient à lui rendre hommage pour son engagement déterminé au service des plus démunis et à le remercier pour l'action qu'il a menée à la tête du Samu social depuis dix-huit ans », tout en rappelant « les efforts soutenus de l'État » en matière d'aide aux personnes sans abri et en faveur de l'hébergement d'urgence. François Fillon qui « rencontrera les associations, dès la rentrée, pour faire le point sur la préparation de l'hiver et plus largement sur les difficultés rencontrées » entend que la « politique consistant à orienter les personnes vers des solutions de logement durable [soit] poursuivie sous l'autorité de Benoist Apparu ».

Lire la suiteLire la suite
Xavier Emmanuelli démissionne de la présidence du Samu social en raison d'une situation budgétaire qui « n'est plus gérable »

Xavier Emmanuelli, fondateur du Samu social de Paris, quitte la présidence de cette structure d'aide d'urgence aux personnes sans abri, fait-il savoir dans un entretien accordé à « Charlie Hebdo » (pp. 8-9) à paraître mercredi 20 juillet 2011. Il y évoque une situation budgétaire qui « n'est plus gérable » (AEF Habitat et Urbanisme n°239690). Il ne précise pas à quelle date sa démission sera effective ni qui sera son successeur. Contacté par AEF Habitat et Urbanisme mardi 19 juillet 2011, le Samu social confirme l'information mais ne souhaite pas encore communiquer sur le sujet. Cette démission intervient après l'annonce en mai dernier d'une réduction de 24 % des moyens alloués à cette structure pour le financement de l'hébergement en hôtel (AEF Habitat et Urbanisme n°240236). Le Samu social a fermé, le 30 juin dernier, son seul centre d'hébergement parisien accueillant des femmes, le centre Yves-Garel (11e arrondissement). Sollicité par AEF Habitat et Urbanisme, le secrétariat d'État au Logement, n'a pas été en mesure de réagir avant la publication de cette dépêche.

Lire la suiteLire la suite
« Logement d'abord » : François Fillon détaille dans un courrier au collectif des associations unies, des mesures supplémentaires

« Je tiens à vous rassurer sur le fait que les préoccupations que vous exprimez sont partagées par le gouvernement », déclare le Premier ministre François Fillon dans une lettre adressée, lundi 4 juillet 2011, aux membres du Collectif des associations unies. Celui-ci n'avait pas souhaité, le 30 juin dernier, participer à la réunion sur la mise en oeuvre de la refondation du dispositif d'hébergement et d'accès au logement organisée par le secrétaire d'État au Logement, Benoist Apparu (AEF Habitat et Urbanisme n°237219). « Cette abstention me paraît dommageable car elle est susceptible de fragiliser une réforme […] dont les principes, arrêtés en commun, sont partagés par tous, et qui se poursuit. » Le Premier ministre informe que Benoist Apparu devait annoncer lors de ce rendez-vous des mesures supplémentaires d'accompagnement de la réforme du « logement d'abord », dont il fait l'inventaire dans sa lettre. « Ces mesures confirment mon engagement en faveur de l'hébergement et du logement des personnes démunies. […] Mais je souhaite aussi que les efforts en leur faveur par la collectivité ne soient ni omis, ni sous-estimés. »

Lire la suiteLire la suite
Île-de-France : lancement d'un manifeste pour « une autre politique de l'hébergement et du logement des sans abri dans la métropole »

« Une autre politique de l'hébergement et du logement des sans abri dans la métropole » : c'est l'intitulé du manifeste lancé jeudi 23 juin 2011 par Claude Bartolone, président (PS) du conseil général de Seine-Saint-Denis, Bertrand Delanoë maire (PS) de Paris, Christian Favier président (PCF) du conseil général du Val-de-Marne et Jean-Paul Huchon, président (PS) du conseil régional d'Île-de-France. La fermeture « brutale » de 5 000 places d'hébergement en Île-de-France « alors qu'il en manque près de 13 000 dans la région constitue en effet une « catastrophe totale », affirme le maire de la capitale (AEF Habitat et Urbanisme n°240236). Les élus de gauche demandent ainsi un « moratoire immédiat » sur les fermetures de places d'hébergement ainsi que le rétablissement des crédits d'urgence dédiés aux 115, au Samu social et aux associations gestionnaires de centres sur la base des dépenses constatées en 2010. Ils « exigent » également la création de places d'hébergement et de logements accessibles aux familles sans abri selon une répartition équilibrée entre tous les départements franciliens, en sollicitant les collectivités qui ne respectent pas leurs obligations d'accueil imposées par les lois SRU et Molle.

Lire la suiteLire la suite
Bertrand Delanoë va demander la suspension de la réduction des moyens du Samu social devant le juge des référés

Bertrand Delanoë, maire (PS) de la ville de Paris, annonce à Benoist Apparu, secrétaire d'État au Logement, dans une lettre datée du 27 mai 2011, que « le département de Paris entend d'ores et déjà engager un recours à l'encontre [de la décision de réduire de 23 % les moyens du Samu social pour l'hébergement des familles en hôtel] et en demander la suspension devant le juge des référés ». La ville de Paris avait déjà fait part de son soutien au Samu social le 23 mai 2011 et avait, en conséquence, été appelé à « la responsabilité » par Benoist Apparu (AEF Habitat et Urbanisme n°240236). S'adressant au secrétaire d'État au Logement, Bertrand Delanoë réitère ses arguments : « Prétendre comme vous le faites que les fermetures d'hôtel peuvent être compensées par des sorties en logement, alors que l'État diminue dans le même temps de 20 millions d'euros sa contribution au logement social à Paris et qu'il manque déjà 13 000 places d'hébergement en Île-de-France, est une contrevérité d'autant plus cynique que votre décision conduira à remettre à la rue plusieurs centaines de familles. »

Lire la suiteLire la suite
Hébergement d'urgence : Paris dénonce la baisse des moyens du Samu social quand B. Apparu appelle la ville à la « responsabilité »

La ville de Paris s'insurge, lundi 23 mai 2011, contre la réduction des moyens du Samu social pour l'hébergement de familles en hôtel, annoncée lors de son conseil d'administration du 20 mai. Elle estime que que cette mesure entraîne « une diminution de 3 000 nuitées/jour pour la fin de l'année 2011 ». D'après la mairie de Paris, au 6 avril 2011, le Samu Social de Paris prenait en charge 4 900 familles (15 800 personnes) en Île-de-France. Le budget 2011 fixé par l'État permettrait de financer globalement 7 100 nuitées/jour, contre 9 364 financées en 2010, soit une diminution de 24 %. Constatant la saturation des centres d'hébergement et le manque de 13 000 places en Île-de-France, la municipalité assure qu'elle « fera examiner toutes les voies de droit permettant [d'abroger cette décision] ».

Lire la suiteLire la suite