Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Grand Ouest : « Il y aura avec certitude en Bretagne une Satt, l'IRT B-Com, et très probablement l'IEED » (René Ricol, CGI)

« Je confirme qu'il y aura avec certitude en Bretagne l'IRT B-Com (AEF n°249942), la Satt Grand Ouest, et l'IEED, qu'il faut travailler encore un peu », déclare jeudi 28 juillet 2011 à Rennes René Ricol, le commissaire général à l'investissement, venu assister à l'installation du comité régional du programme des investissements d'avenir à la préfecture de la région Bretagne. Ces trois dossiers ont été recommandés par le jury à l'issue de la première vague d'appel à projets, mais leur labellisation définitive demande quelques modifications. René Ricol a souligné le « travail d'équipe » des acteurs bretons. « Le succès de la Bretagne dans les investissements d'avenir n'est pas un mystère. Quand le préfet et le président de la région tirent la charrue dans le même sens, ça donne des résultats spectaculaires. »

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
5 premières Satt retenues : Alsace, Midi-Pyrénées, Paca-Corse, Lutech et Île-de-France Innov en région parisienne

Cinq projets de Satt (sociétés d'accélération du transfert de technologie) sont retenus à l'issue de la première vague de l'appel à projets des investissements d'avenir, annoncent Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et René Ricol, commissaire général à l'investissement, dans un entretien accordé aux « Échos » daté de lundi 2 mai 2011. Il s'agit de Conectus Alsace, de la Satt Midi-Pyrénées, de la Satt Paca-Corse, et, en région parisienne, de Lutech et d'Île-de-France Innov. Ces cinq Satt « représentent 45 000 chercheurs et 1 200 laboratoires », précise Valérie Pécresse. René Ricol ajoute que « les demandes de financement sur dix ans vont de 30 à 90 millions d'euros », mais que les sommes ne seront débloquées « que par tranches tous les trois ans ». « Si un projet s'avère décevant, nous n'hésiterons pas à l'arrêter », prévient-il.

Lire la suiteLire la suite