Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Le dispositif d'alerte rapide aux tsunamis en Méditerranée « a été testé pour la première fois avec succès », selon l'Unesco

« Le dispositif de communication du système d'alerte rapide aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets dans l'Atlantique du nord-est, la Méditerranée et les mers adjacentes a été testé pour la première fois avec succès le 10 août », annonce l'Unesco (Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture), mercredi 10 août 2011. « Les points focaux d'alerte aux tsunamis de 31 pays participants (1) de la région ont reçu un message de test à 10h36 GMT, par courrier électronique, télécopie et par le Système mondial de télécommunications de l'Observatoire et Institut de Recherche Sismique Kandilli d'Istanbul (Koeri). Les premiers résultats montrent que les messages ont été bien reçus quelques minutes à peine après leur envoi », indique l'Unesco.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 86 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Après Fukushima, la France devrait mieux sensibiliser sa population et disposer de scénarios de sécurité civile plus complets (Opecst)

Il faut « améliorer la performance de la gestion de crise, notamment par une sensibilisation plus efficace des populations, et des scénarios de sécurité civile plus complets ». C'est ce qu'indiquent le sénateur (UMP) de la Haute-Marne Bruno Sido et le député (PS) du Nord Christian Bataille, dans un communiqué relatif au rapport intermédiaire de la mission de l'Opecst (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques) sur la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir, dévoilé jeudi 30 juin 2011 (AEF Sécurité globale n°241557). Ils estiment que « l'implication des personnels doit être renforcée, notamment à travers un effort supplémentaire sur la formation, a fortiori dans une période où les départs en retraite vont s'accélérer ».

Lire la suiteLire la suite
La communication, enjeu majeur pour les pouvoirs publics en cas de crise (rencontres de la sécurité nationale)

Christian Sommade, délégué général du HCFDC (Haut comité français pour la défense civile) pointe des « erreurs de communication majeures » lors de la gestion de certaines crises, lors des troisièmes rencontres parlementaires de la sécurité nationale, mercredi 29 juin 2011 (AEF Sécurité globale n°237343). Il cite notamment « l'épisode neigeux » du mois de décembre 2010 (AEF Sécurité globale n°251208). « Les dirigeants doivent être précautionneux dans la communication de crise et peut-être se professionnaliser dans ce domaine ». Il déplore particulièrement le manque de communication sur « le comportement à tenir » en cas de crise. « Il y a de réelles difficultés pour trouver des informations concrètes. Quel Parisien sait aujourd'hui le comportement à avoir en cas de crue ? Il manque des informations sur des sujets pratico-pratiques. »

Lire la suiteLire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
« On se prépare toujours au pire mais ce n'est pas le pire qui arrive, c'est l'imprévu » (Christian Regouby, président de l'IGRC)
Lire la suite
Catastrophe au Japon : les autorités japonaises ont réagi « avec professionnalisme et dignité » (Gérard Pardini, Inhesj)

Gérard Pardini, directeur du département risques et crises de l'Inhesj, plaide pour « un peu d'humilité face aux événements qui se déroulent au Japon », dans un article à paraître dans la lettre d'information sur les risques et crises de l'Institut, transmis à AEF Sécurité globale, vendredi 18 mars 2011. « Nous assistons depuis quelques jours à un déferlement d'analyses en tout genre sur les événements japonais. Oui ils constituent une catastrophe, oui ils peuvent susciter des interrogations, oui ils sont complexes », écrit Gérard Pardini. Mais il souligne que « cette situation n'a pas d'équivalent historique ». À ce jour, « la plus forte magnitude observée pour un séisme a été mesurée à 9,5 sur l'échelle de Richter (8,9 pour le cas du Japon le 11 mars) ». Cela s'est combiné avec un tsunami « provoquant une vague d'environ 10 mètres de haut, puis une catastrophe technologique due principalement à l'arrêt des circuits de refroidissement des centrales nucléaires. »

Lire la suiteLire la suite
Japon : une crise sans précédent qui n'a pas été anticipée et qui remet en question l'organisation des secours (talk HCFDC)

La crise en cours au Japon doit marquer « une nouvelle donne dans l'organisation des secours » car « cette triple crise -tremblement de terre, tsunami et risque nucléaire- n'a aucune antériorité ». C'est ce qu'explique Laurent Vibert, consultant en communication de crise et ancien lieutenant-colonel de la BSPP (Brigade des sapeurs-pompiers de Paris) lors d'un « talk vidéo » organisé par le HCFDC, mardi 15 mars 2011. En effet, les secours sont habitués à gérer une seule crise à la fois, que ce soit un séisme ou un tsunami, or, dans le cas du Japon, ils sont confrontés également à des incendies, des fuites de gaz, des coupures d'électricité dans tout le pays, et à des déplacements massifs de population. « Sans compter que les températures, basses, vont rendre la survie difficile » pour les rescapés.

Lire la suiteLire la suite