Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

« Après Fukushima, nous devons reconsidérer les moyens de gestion de crise à tous les niveaux » (François Fillon)

« Après Fukushima, nous devons reconsidérer les moyens de gestion de crise à tous les niveaux », déclare François Fillon en visite à la centrale nucléaire du Bugey (Ain), lundi 29 août 2011. Accompagné des ministres Éric Besson (Énergie) et Nathalie Kosciusko-Morizet (Écologie), le Premier ministre annonce que la France soutiendra la création « d'un centre de formation à la gestion de crise pour les exploitants nucléaires et les autorités gouvernementales », afin de constituer « un socle efficace de connaissances et de méthodes » et d'« organiser la meilleure riposte en cas d'accident nucléaire ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 83 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
La direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises verra le jour le 7 septembre 2011

Le décret créant la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises paraît au Journal officiel, jeudi 25 août 2011. Cette direction, qui succédera à la DSC (direction de la sécurité civile) et à la DPPSN (direction de la prospective et de la planification de sécurité nationale) le 7 septembre 2011, exercera à la fois une mission opérationnelle de sécurité civile et une mission de planification. Son organisation et ses attributions sont précisées dans un arrêté, également publié aujourd'hui. Un second arrêté concerne le secrétariat général du ministère de l'Intérieur qui conserve, en tant que haut fonctionnaire de défense, un service chargé de la protection.

Lire la suiteLire la suite
Japon : le gouvernement annonce la réorganisation de l'agence chargée de la sécurité nucléaire

Goshi Hosono, ministre japonais chargé de la prévention du risque nucléaire, annonce son plan pour réorganiser l'agence japonaise en charge de la sécurité nucléaire, vendredi 5 août 2011, après l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima. Le plan consiste principalement à « conduire une réorganisation immédiate » pour créer « une nouvelle agence de régulation du nucléaire en avril 2012 ». Elle naîtra de la fusion entre l'Autorité de sûreté nucléaire japonaise (Nisa), qui sera « séparée du ministère de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie (Meti) », et de la Commission de sûreté nucléaire (NSC), « afin de regagner la confiance du public envers une administration de la sécurité nucléaire et de renforcer ses fonctions ». « Entre 500 et 600 employés » seraient transférés dans cette agence. « Le gouvernement mènera rapidement son évaluation ».

Lire la suiteLire la suite
Après Fukushima, la France devrait mieux sensibiliser sa population et disposer de scénarios de sécurité civile plus complets (Opecst)

Il faut « améliorer la performance de la gestion de crise, notamment par une sensibilisation plus efficace des populations, et des scénarios de sécurité civile plus complets ». C'est ce qu'indiquent le sénateur (UMP) de la Haute-Marne Bruno Sido et le député (PS) du Nord Christian Bataille, dans un communiqué relatif au rapport intermédiaire de la mission de l'Opecst (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques) sur la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir, dévoilé jeudi 30 juin 2011 (AEF Sécurité globale n°241557). Ils estiment que « l'implication des personnels doit être renforcée, notamment à travers un effort supplémentaire sur la formation, a fortiori dans une période où les départs en retraite vont s'accélérer ».

Lire la suiteLire la suite
L'Opecst s'intéresse aux méthodes de gestion de crise dans le Nord Pas-de-Calais où un accident nucléaire a été simulé en janvier

L'Opecst (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifique et technologique) organise, vendredi 13 mai 2011, une audition à la préfecture du Nord Pas-de-Calais « afin d'entendre les services publics appelés à intervenir en cas d'accident nucléaire ». Elle se déroule devant une vingtaine de personnes dans le cadre du premier volet d'une étude sur « la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir », qui aboutira en juin prochain à un rapport d'étape. L'Office avait été saisi par les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat pour réaliser cette étude suite à l'accident de Fukushima. Pour cette mission, huit députés et huit sénateurs des commissions permanentes ont été adjoints à l'Opecst.

Lire la suiteLire la suite
EDF va créer une « task force » pour intervenir en cas de crise nucléaire

Le groupe EDF présente, jeudi 21 avril 2011, « ses premières propositions » à l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) destinées à « renforcer la sûreté et la maîtrise de son parc de production nucléaire », à la lumière des incidents survenus à Fukushima. Parmi les pistes proposées figure notamment la « création d'une 'task force' nationale d'intervention rapide d'EDF, pour renforcer le dispositif de crise ». Celle-ci sera « constituée de matériels complémentaires d'apport en électricité et en eau, avec des moyens de transports et humains dédiés, mobilisables dans les 24 à 48 heures, à l'échelle d'un site. Ces dispositions viendront compléter l'organisation de crise du groupe qui est mobilisée et gréée immédiatement, tant au niveau local qu'au niveau national », pointe l'entreprise.

Lire la suiteLire la suite
Gestion de crise : François Fillon souhaite qu'une « force d'intervention collective » européenne puisse réagir en cas d'accident nucléaire

« Je pense que notre efficacité pourrait être grandement améliorée par la mise en place d'intervention rapide et spécifique en cas d'accident nucléaire. À l'image de ce que nous avons développé au sein de l'Union européenne pour la sécurité civile, et en particulier pour les incidents de forêts », affirme François Fillon, lors d'un discours à l'occasion du sommet de Kiev (Ukraine) sur la sûreté nucléaire, mardi 19 avril 2011. « Pour bâtir cette force d'intervention collective, il faudrait que chacun de nous, responsables politiques, en concertation avec les industriels, et en nous appuyant sur les forces de sécurité civile, nous puissions identifier l'ensemble des moyens humains, matériels et techniques mobilisables de la façon la plus réactive possible, dès lors que surviendrait un accident nucléaire en un point quelconque de la planète ».

Lire la suiteLire la suite