Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Les caméras de voie publique sont efficaces pour prévenir la délinquance, réaffirment l'IGA, l'IGPN et l'IGGN, qui ont modifié leur méthode

Les inspections du ministère de l'Intérieur (IGA, IGPN et IGGN) font état d'« une corrélation très significative » entre l'évolution de la délinquance de rue et la densité de caméras installées sur la voie publique. L'impact de la vidéo en matière de prévention « paraît très significatif dans les villes ayant une forte densité de caméras tant pour les agressions contre les personnes que pour les vols simples et les cambriolages ». En revanche, l'effet « paraît moins net » pour les destructions et dégradations. C'est la conclusion à laquelle aboutissent deux inspecteurs généraux de l'administration, Didier Chabrol et Philippe Debrosse, un colonel de gendarmerie, René Mertes, et un inspecteur général de la police, Jean-Pierre Sallaz, dans un « rapport complémentaire sur l'efficacité de la vidéoprotection ». Commandé en mai 2010 par Michel Bart, alors directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, ce document a été remis en novembre 2010 puis est resté confidentiel, jusqu'à sa mise en ligne par la place Beauvau au début du mois d'août 2011. Il comprend par ailleurs un chapitre spécifiquement consacré à la vidéosurveillance dans les transports en commun (AEF Sécurité globale n°234003).

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Vidéosurveillance : police, transporteurs et collectivités doivent mieux coopérer, sur le modèle parisien (rapport IGA, IGGN, IGPN)

Le réseau de vidéosurveillance dans les transports en commun est « très développé » et « ne paraît pas avoir suscité, de la part des élus locaux responsables in fine, les mêmes réserves que l'implantation de caméras sur la voie publique. » Dans le chapitre consacré aux transports de leur « rapport complémentaire sur l'efficacité de la vidéoprotection », remis au ministre de l'Intérieur en novembre 2010 et rendu public début août 2011 (AEF Sécurité globale n°234007), les inspecteurs généraux de l'administration, Didier Charbol et Philippe Debrosse, le colonel de gendarmerie, René Mertes, et l'inspecteur général de la police nationale, Jean-Pierre Sallaz, indiquent que les limites du développement des caméras dans les trains, bus, métros et tramways « sont donc plutôt techniques et financières ». Néanmoins, « de nombreux progrès restent à accomplir » pour intégrer la vidéosurveillance présente dans les transports « au dispositif d'ensemble de coproduction de sécurité. » Cette évolution requiert « des partenariats novateurs ».

Lire la suiteLire la suite
Absence d'évaluation, coûts élevés, nombre incertain de caméras… la Cour des comptes analyse la vidéosurveillance de voie publique

« L'État a engagé un programme de triplement en trois ans (2010-2012) du nombre de caméras de surveillance de la voie publique, en tablant sur l'efficacité de cette technologie pour prévenir les faits de délinquance et améliorer les capacités opérationnelles des forces de sécurité en matière d'interpellation, d'enquête et de maintien de l'ordre », explique la Cour des Comptes dans son rapport sur l'organisation et la gestion des forces de sécurité publique, rendu public jeudi 7 juillet 2011 (AEF Sécurité globale n°236549). « Ce programme nécessite un investissement qu'on peut estimer à 300 millions d'euros, subventionné, en moyenne, à hauteur de 40 % par l'État, au moyen du FIPD (fonds interministériel de prévention de la délinquance), doté de 30 millions d'euros en 2010. Les collectivités territoriales financent 60 % de l'investissement et supportent les dépenses de fonctionnement, de l'ordre de 300 millions d'euros par an. En conséquence, il aurait été souhaitable, notamment du fait de l'importance des sommes en jeu, qu'une évaluation de l'efficacité de la vidéosurveillance accompagne, sinon précède, la mise en oeuvre, de ce plan de développement accéléré », affirme la Cour.

Lire la suiteLire la suite
Philippe Melchior fait le bilan de l'usage de la vidéosurveillance en France depuis 2005

« Il me semble que l'on a évolué de manière sérieuse sur le plan des idées sur la surveillance », déclare Philippe Melchior. Dans un entretien à AEF Sécurité globale, l'ancien inspecteur général de l'administration et ancien président du comité stratégique de la vidéosurveillance tire un bilan de son action depuis 2005. « Les projets sont en moyenne 40 % moins chers qu'il y a trois ans et les images fournissent quelque chose d'utilisable pour des procédures judiciaires », souligne-t-il. Il défend également le premier rapport de l'IGA (Inspection générale de l'administration) sur la vidéosurveillance : « Le rapport des inspecteurs n'est pas scientifique - on leur a donné quelques mois à peine - mais il est honnête, ses conclusions sont au-delà de la marge d'erreur et il apporte de vrais enseignements ». Selon lui, « la vidéo est encore plus efficace dans les villes petites et moyennes, même avec des dispositifs simples et moins coûteux ». De façon générale, la mise en place d'un dispositif de vidéosurveillance « doit aussi être l'occasion d'un plan qui la dépasse ». « J'ai constaté que les maires qui avaient monté des actions vertueuses de vidéosurveillance n'ont pas fait que cela », souligne Philippe Melchior, désormais à la retraite mais qui poursuit des activités de conseil dans le secteur privé.

Lire la suiteLire la suite
Vidéosurveillance : « Dans les transports, le frein au développement des caméras n'est pas idéologique mais financier » (Jean-Louis Blanchou)

« La dernière étude des inspections générales du ministère de l'Intérieur sur la vidéoprotection, qui n'a pas encore été publiée, a effectué un 'focus' sur les transports publics (AEF Sécurité globale n°262215). Elle montre que le frein au développement des caméras dans les transports n'est pas idéologique, mais surtout financier, et technique », indique Jean-Louis Blanchou, responsable du comité de pilotage pour le développement de la vidéoprotection au ministère de l'Intérieur et délégué interministériel à la sécurité privée, lundi 6 décembre 2010. Il s'exprimait devant une cinquantaine de personnes dans le cadre d'une conférence organisée par l'AN2V (Association nationale des villes vidéosurveillées) consacrée aux « coûts de la vidéosurveillance ». Dans son intervention, Jean-Louis Blanchou plaide pour une diminution des coûts d'installation des dispositifs de vidéosurveillance : « En 2010, le comité de pilotage pour le développement de la vidéoprotection a financé 760 projets de vidéo, soit environ 8 000 caméras pour un montant de 32 millions d'euros. En 2011, je pense que nous aurons à peu près la même somme, mais nous avons l'objectif de financer davantage de caméras ».

Lire la suiteLire la suite