Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

La Capeb n'escompte pas plus de 1,6 % de croissance pour le secteur bâtiment en 2012

« Cette crise est longue. Nous sommes revenus seulement au niveau d'activité [du début des] des années 2000. Nos entreprises sont fragiles et font face à beaucoup d'incertitudes », prévient Patrick Liébus, le président de la Capeb, mercredi 7 septembre 2011. « Nous sommes artisans mais nous sommes avant tout des citoyens. Nous comprenons qu'à situation difficile [correspondent des] mesures difficiles à prendre », ajoute Patrick Liébus, en référence au plan de rigueur dévoilé le 24 août 2011 par le Premier ministre, François Fillon. Mais il souligne le souci de son organisation « de ne pas mettre en péril un secteur économique porteur ». La Capeb craint une dégradation de l'activité de l'artisanat du bâtiment au second semestre, alors qu'avant la crise financière du mois d'août, le premier trimestre avait été marqué par un regain d'activité de + 1,5 % et le second trimestre par une croissance de + 2,5 %, laissant ainsi présager une reprise durable.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 90 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Habitat / Urbanisme
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Diminution du chiffre d'affaires de la construction en juin 2011 après cinq mois de hausse (Insee)

Le chiffre d'affaires du secteur de la la construction est en « net repli » (- 3,8 %) en juin 2011 après cinq mois de hausse, indique l'Insee dans sa note de conjoncture mensuelle publiée le 6 septembre 2011. Cet indicateur progresse sur le trimestre (+ 2,6 %) et sur un an (+ 7,3 %). L'institut rapporte aussi que le chiffre d'affaires des activités immobilières progresse de nouveau en juin (+ 0,5 %), est en hausse sur le deuxième trimestre (+ 0,9 %) et sur un an (+ 3,3 %).

Lire la suiteLire la suite
Taxation des plus-values immobilières : l'UNPI prédit de « véritables blocages », l'Unis craint « un gel des ventes »

« Il a été dit que taxer les plus-values immobilières revenait à supprimer des abattements concernant les résidences secondaires. L'honnêteté eut été de dire [qu'il s'agit] de supprimer l'exonération des plus-values immobilières pour tous les biens immobiliers qui ne constituent pas une résidence principale, autrement dit y compris les résidences locatives », fait valoir Jean Perrin, le président de l'Unpi, mardi 6 septembre 2011. « Un certain nombre de propriétaires vont être découragés [par la taxation] : au vu d'une petite simulation que nous avons effectué, certains risquent de devoir acquitter 20 000, 30 000, voire 40 000 euros lors d'une transaction ». Pour Jean Perrin, cette mesure « va avoir une incidence sur la fluidité du marché, sur la mobilité résidentielle, et également sur le niveau des loyers ». Il s'exprime en marge de la présentation de l'observatoire Clameur sur les loyers du marché locatif privé et à quelques heures de l'examen en séance publique à l'Assemblée du PLFR pour 2011 par lequel le gouvernement proposait de supprimer l'abattement pour durée de détention sur les plus-values immobilières. Depuis, un accord est intervenu pour modifier le dispositif - l'exonération totale interviendrait ainsi après 30 ans de détention contre 15 actuellement - qui entrerait en vigueur en février 2012 (AEF Habitat et Urbanisme n°233515).

Lire la suiteLire la suite
Plus-values immobilières : la Fnaim fait quatre contre-propositions et plaide pour un abattement de 5 % au lieu de 10 %

« L'effort national demandé au secteur de l'immobilier en faveur du redressement de la situation budgétaire de la France [est] de l'ordre de 2,2 milliards d'euros pour la seule année 2012, et représente la part la plus importante des nouveaux prélèvements envisagés dans le plan de rigueur », estime la Fnaim, vendredi 2 septembre 2011 (AEF Habitat et Urbanisme n°234289). Elle s'émeut en outre de « la brutalité de la mesure qui tend à supprimer tout abattement pour durée de détention [sur les plus-values immobilières], et de son effet rétroactif aux avant-contrats de vente signés à compter du lendemain de son annonce par le Premier ministre », alors que des centaines d'actes notariés sont signés chaque mois. L'organisation professionnelle fait valoir qu'« il est déjà possible d'observer des effets négatifs de la mesure sur le marché immobilier : changements de stratégie patrimoniale, retraits de mandats de vente, refus de signer de nouveaux compromis… » et évoque « un risque de pénurie de l'offre pendant des mois ».

Lire la suiteLire la suite

Logement social et Habitat

Aperçu de la dépêche Aperçu
« Nous réfléchissons à une réforme du dispositif Scellier et à son prolongement au-delà de 2012 » (Benoist Apparu)
Lire la suite
Lutte contre les déficits et la dette : les réactions des professionnels du bâtiment et de l'immobilier

« Dans les mesures présentées par le Premier ministre François Fillon, il y a de bonnes et de mauvaises surprises », indique à AEF Habitat et Urbanisme, jeudi 26 août 2011, Didier Ridoret, président de la FFB. « Le maintien de la TVA à 5,5 % dans le bâtiment est une très bonne nouvelle. Et si le dispositif Scellier d'incitation à l'investissement locatif sera raboté, il restera intéressant puisque, à raison d'un taux de 14 % ou 15 %, il équivaudra au régime de défiscalisation de Robien. En revanche, la modification du calcul de l'allégement sur les bas salaires, dit allégement Fillon, et la réintégration, dans ce calcul, des heures supplémentaires, qui en étaient exclues depuis 2007, est un très mauvais coup porté aux PME du bâtiment, car elles sont restées globalement plutôt aux 39 heures et qu'actuellement, plus que les volumes, ce sont leurs marges et leurs capacités bénéficiaires qui sont atteintes. »

Lire la suiteLire la suite