Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Royaume-Uni : le déplafonnement des frais d'inscription était « la bonne réforme à faire », selon le ministre David Willetts

« C'était la bonne réforme à faire. » C'est avec ces mots que David Willetts, le ministre britannique de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, présente la réforme du déplafonnement des frais d'inscription des universités, voté en décembre 2010 par le Parlement britannique (AEF n°253355). Cette mesure, qui a fait passer le plafond maximal des frais d'inscription de 3 290 livres (3 800 euros) à 9 000 livres (10 600 euros), a été décriée par les étudiants qui étaient plusieurs milliers à manifester en novembre 2010 (AEF n°254833). Invité par Sciences Po Paris, lundi 12 septembre 2011, le ministre revient sur les principales caractéristiques de cette réforme, après avoir été accueilli par une vingtaine d'étudiants de l'Unef aux cris de « no cuts, no fees, education should be free » (1). S'il admet qu'il y a eu un « problème de communication », il juge toutefois avoir choisi « la meilleure des alternatives ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Royaume-Uni : un livre blanc propose d'accroître la compétition entre universités pour attirer les meilleurs étudiants en 1er cycle

Un document qui « définit les mesures que nous mettrons en oeuvre dans le cadre de la réforme de l'enseignement supérieur ». C'est ainsi que le ministère britannique de l'enseignement supérieur résume le « livre blanc » qu'il publie mardi 29 juin 2011 sous le titre : « enseignement supérieur : les étudiants au coeur du système ». Ce livre blanc intervient après le déplafonnement des frais d'inscriptions des universités. Avec cette mesure, adoptée en décembre 2010 par la chambre basse du Parlement britannique, les frais d'inscription pourront atteindre - à la rentrée 2012 - jusqu'à 9 000 livres (10 600 euros) par an, contre un plafond de 3 290 livres (3 800 euros) jusqu'à présent (AEF n°253355). Le livre blanc détaille une plus vaste réforme de l'enseignement supérieur, dont l'objectif est notamment de « sortir du système de [quotas] qui entrave les établissements d'enseignement supérieur, afin d'obtenir un secteur plus dynamique dans lequel les établissements populaires peuvent se développer et dans lequel les universités sont obligées d'offrir une bonne expérience étudiante pour rester compétitive ».

Lire la suiteLire la suite
Frais d'inscription au Royaume-Uni : un groupe de travail indépendant va expliquer aux familles « l'impact réel » du nouveau système

Un groupe de travail indépendant sera chargé « d'aider les parents et les futurs étudiants à lutter contre les mythes et les incompréhensions - bons ou mauvais - qui entourent le coût des études supérieures ». Lancé à l'initiative de Martin Lewis, fondateur d'un site britannique de gestion personnelle des finances, et Wes Streeting, ancien président de NUS (Union nationale des étudiants), ce groupe de travail a été rejoint par UUK (équivalent britannique de la CPU) le 17 juin 2011. « En raison des énormes changements qui vont avoir lieu en 2012 [avec le déplafonnement des frais d'inscription], nous devons nous assurer que les étudiants comprennent le coût réel de leur éducation, afin de décider si cela en vaut la peine », explique Martin Lewis, chargé de diriger ce groupe de travail.

Lire la suiteLire la suite
La création d'une université privée « attise les critiques » au Royaume-Uni

« Un équivalent d'Oxbridge [contraction de Oxford et Cambridge] pour tous ceux qui ne sont pas acceptés à [Oxford et Cambridge]. » C'est ainsi que Boris Johnson, maire de Londres, résume dans une tribune du Daily Telegraph l'idée du philosophe Anthony Grayling de créer une université privée, appelée « New College for the humanities ». Cette université, qui doit ouvrir à Londres à la rentrée 2012, se présente sur son site internet comme une « université d'un nouveau genre » fondée par « quatorze professeurs émérites » (1). Animé par la volonté « d'enseigner les humanités de manière plus profonde que [cela ne se fait] dans les universités britanniques », Anthony Grayling a levé dix millions de livres sterling d'un groupe de 28 investisseurs, selon le « New York Times ». Pourtant, note « The Economist », le projet « attise les critiques, ne provenant pas seulement des étudiants mécontents ».

Lire la suiteLire la suite
Royaume-Uni : face au déplafonnement, certaines universités pourraient « proposer des frais de scolarité moins élevés » (The Independent)

« Certaines universités pourraient être obligées de proposer des frais de scolarité moins élevés » pour remplir leurs classes, estime David Willets, le ministre britannique de l'Enseignement supérieur, dans un entretien accordé au quotidien britannique « The Independent ». Car, comme le rappelle le quotidien, avec le déplafonnement des frais de scolarité (AEF n°253355), « deux tiers des universités ont l'intention de faire payer 9 000 livres par an (10 180 euros) à partir de septembre 2012 » et certaines d'entre elles « pourraient avoir des difficultés à pourvoir toutes leurs places ». Ainsi, les étudiants britanniques qui s'inscrivent au dernier moment dans des filières délaissées pourraient bénéficier de réductions de leurs frais de scolarité.

Lire la suiteLire la suite
Royaume-Uni : la Chambre des communes favorable au déplafonnement des frais d'inscriptions des universités

La Chambre des communes, chambre basse du Parlement britannique, a voté, jeudi 9 décembre 2010, en faveur du déplafonnement des frais d'inscriptions des universités pour leur permettre d'augmenter leurs ressources. Le plafond actuel de 3 290 livres (3 800 euros) de frais d'inscription par an sera supprimé à partir de 2012. Les frais pourraient aller jusqu'à 9 000 livres (10 600 euros) par an dans certaines universités (AEF n°256123). La mesure a été adoptée avec 323 voix pour et 302 contre, signalent les journaux britanniques, « en dépit de la vive opposition de certains libéraux démocrates et d'une poignée de députés conservateurs ». La mesure doit désormais être votée à la Chambre haute du Parlement (House of Lords). Selon le « Guardian », « il est peu probable que la coalition portée par le gouvernement ne subisse une défaite ».

Lire la suiteLire la suite
Royaume-Uni : la UUK (conférence des présidents d'université britannique) soutient la hausse des droits d'inscription

Steve Smith, président de UUK (équivalent au Royaume-Uni de la CPU), s'inquiète de l'impact « dévastateur pour les universités » et pour les étudiants que pourrait avoir un échec des négociations sur l'augmentation des droits d'inscription. « La situation économique actuelle nous contraint à un choix cornélien : augmenter les droits d'inscription ou limiter le plafond du nombre d'étudiants. Or, réduire le nombre d'étudiants serait bien plus dommageable socialement que l'augmentation des frais d'inscription, surtout si cette augmentation est accompagnée d'un dispositif de remboursement progressif des prêts étudiants et d'un plus grand soutien des étudiants à faibles revenus », affirme Steve Smith, le 25 novembre 2010, à l'occasion d'une conférence de UUK sur le financement de l'enseignement supérieur.

Lire la suiteLire la suite