Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Concertation : « Après un premier échec, les porteurs de projet ont une attitude plus productive » (Albane Gaspard, Ademe)

« Tout porteur de projet se dit que son projet est très bien ficelé. Lors d'une concertation, il adopte la posture : 'Je vais vous expliquer pourquoi mon projet est si bien.' Après un premier échec, en général, il évolue, il comprend qu'il ne pourra pas faire l'économie de discussions très ardues. Il va alors vers quelque chose de plus constructif. » C'est ce que constate Albane Gaspard, du service de l'économie et de la prospective de l'Ademe, vendredi 7 octobre 2011. Elle s'exprime à l'occasion de la parution d'un guide sur la concertation en environnement, intitulé « Eclairage des sciences humaines et repères pratiques ». Elle répond aux questions d'AEF.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 93 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Développement durable
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Démocratie environnementale : les États signataires de la convention d'Aarhus restreignent l'adhésion de nouveaux membres

« Les parties à la convention d'Aarhus ont adopté une procédure qui restreint la possibilité pour des pays hors zone Unece (Commission économique des Nations unies pour l'Europe) d'adhérer à la convention », dénoncent FNE (France nature environnement) et Les Amis de la Terre France, vendredi 1er juillet 2011. « Une décision contraire aux engagements pris lors de la dernière réunion des parties en 2008. » La quatrième conférence des parties à la convention d'Aarhus se tenait à Chisinau, en Moldavie, du 29 juin au 1er juillet 2011. La convention, qui date de 1998, porte sur l'accès à l'information, la participation du public aux processus décisionnels et l'accès à la justice en matière d'environnement. Elle se « rattache directement aux droits de l'homme de nature politique » et « est un outil puissant de mise en œuvre du principe 10 de la Déclaration de Rio de 1992 pour la démocratie environnementale », rappellent FNE et Les Amis de la Terre France.

Lire la suiteLire la suite
Le Conseil d'État établit des recommandations pour rendre les consultations publiques « effectives »

Le Conseil d'État établit, dans son rapport public 2011 intitulé « Consulter autrement, participer effectivement », une série de « principes et règles pour garantir l'impartialité, la neutralité et une certaine forme de transparence » dans les consultations du public, « sans que cela soit une forme de blocage », explique Jean-Marc Sauvé, vice-président de l'administration, mardi 28 juin 2011. « Malgré des efforts », « de nombreuses consultations formelles », « trop institutionnelles voire artificielles », se maintiennent, constate Olivier Schrameck, président de la section du rapport et des études du Conseil d'État. Parallèlement, « d'autres formes » de débats sont expérimentées, que le conseiller d'Etat appelle « entre triples guillemets » « grenellisation ». Pour Jacky Richard, rapporteur général, « le Conseil d'État se devait de proposer une analyse du phénomène » des multiples « assises, consultations nationales, états généraux » annoncées toutes les semaines.

Lire la suiteLire la suite
« L'information environnementale existe, le problème est de la rendre accessible au public » (Michèle Rousseau, CGDD)

« L'information environnementale existe, le problème est de la rendre accessible au public. Il y a peu de normes dans le domaine », remarque Michèle Rousseau, adjointe à la commissaire générale au développement durable, lors d'un colloque, intitulé « Le droit à l'information environnementale est-il effectif ? », organisé par le Conseil d'État, mercredi 1er juin 2011 (1). « Le ministère produit peu d'information brute en matière environnementale, il republie des informations produites par d'autres », rappelle-t-elle. Elle estime qu'il y a une vingtaine de producteurs d'information sur la thématique du risque, et une centaine sur celle de l'eau. « Mais dans le domaine de la nature, il y en a environ 10 000, souvent petits : il est difficile de leur demander de présenter les données d'une certaine façon. »

Lire la suiteLire la suite
Gouvernance : « Il faut définir les règles du jeu avant de démarrer une concertation » (Décider ensemble)

« Il faut définir les règles du jeu avant de démarrer une concertation, connaître les réalités du territoire et du projet, se poser les bonnes questions : la concertation par qui ? Quand ? Pour qui ? Comment ? » C'est ce qu'indique l'association Décider ensemble, qui rend publics, mardi 10 mai 2011, les résultats de son étude intitulée « Analyse des pratiques de concertation en France », entreprise en 2009 grâce au soutien de l'Ademe et avec la participation de l'université de technologie de Compiègne. Cette étude s'adresse « aux praticiens de la concertation en charge de porter des projets dans les territoires ainsi qu'aux décideurs nationaux en charge de construire une gouvernance prenant acte des récentes évolutions en matière de participation des parties prenantes et du public ». L'association Décider ensemble, présidée par le député Bertrand Pancher (UMP, Meuse) et également rapporteur de la loi Grenelle II pour la partie gouvernance, a pour objectif de « développer la culture de la concertation et de la décision partagée en France ».

Lire la suiteLire la suite
Les débats publics sur les nanotechnologies et le Grand Paris ont été « des épreuves de légitimité » pour la CNDP (Cécile Blatrix)

« Plusieurs débats publics ont été des épreuves de légitimité » pour la CNDP (Commission nationale du débat public), en particulier le contournement de Bordeaux (2003), les nanotechnologies (2010 - L'AEF n°271278) et le Grand Paris (septembre 2010-janvier 2011), déclare Cécile Blatrix, chercheure en sciences-politiques à AgroParisTech, mercredi 27 avril 2011. Elle s'exprime à l'occasion d'une conférence organisée par le Conseil d'État consacré à « la procédure du débat public 15 ans après la loi Barnier ». Les nanotechnologies ont été un débat « très marquant », « peut-être un des plus réussis », estime la chercheure (1). Quant au débat sur le Grand Paris, « il a failli ne pas se tenir », puisqu'il n'était pas prévu par le projet de loi initial. « C'est l'action de la CNDP qui a permis qu'il ait lieu. L'institution a réussi à traverser cette crise de légitimité. »

Lire la suiteLire la suite
Lire la suiteLire la suite