Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Luc Chatel : « C'est impossible de recruter 60 000 professeurs supplémentaires en cinq ans » (convention UMP sur le projet du PS)

« C'est impossible de recruter 60 000 profs supplémentaires en cinq ans », déclare Luc Chatel, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, mardi 18 octobre 2011 à l'occasion de la convention UMP intitulée « le projet socialiste à la loupe : le grand malentendu ! » « Je m'explique », poursuit le ministre. « Nous recrutons aujourd'hui 13 000 enseignants par an environ. Il y a 40 000 diplômés de master inscrits au concours qui passent effectivement le concours. Nous en prenons 13 000 sur 40 000. Monsieur Hollande veut d'abord mettre fin au un sur deux. Cela veut dire qu'il ne va pas en recruter 13 000 mais 26 000. Et ensuite, il veut recruter 60 000 profs supplémentaires sur cinq ans, c'est-à-dire 12 000 par an. Donc il veut en recruter 40 000 par an, c'est à dire 100 % des candidats », démontre le ministre. « Quel est le système éducatif de qualité qui est capable de recruter 100 % de ses candidats ? C'est absurde. Ça veut dire qu'il y a une méconnaissance du système éducatif absolument majeure. Et le cumul de ces 40 000 sur cinq ans, ça coûte 18 milliards d'euros », affirme Luc Chatel.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 59 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Primaire socialiste : Martine Aubry et François Hollande en désaccord sur le financement de la politique éducative

La revalorisation des salaires des enseignants « ne se fera pas la première ou la deuxième année » déclare François Hollande, président du conseil général de Corrèze et candidat à la primaire socialiste. « On vient de parler de la situation des finances publiques. Il faut être sérieux, sincère, authentique. Il va falloir négocier avec les syndicats ». Pour autant, assure-t-il, « il faudra avoir cette politique de revalorisation parce que c'est en France que les enseignants sont les plus mal payés. Nous en discuterons dans un cadre d'une réforme globale de l'éducation », poursuit le candidat. Il participe avec Martine Aubry, maire de Lille, à l'émission télévisée « Des paroles, des actes. Le débat des primaires », diffusée mercredi 12 octobre 2011 sur France 2, en partenariat avec France Inter et Le Monde. Le deuxième tour de la primaire a lieu ce dimanche 16 octobre 2011.

Lire la suiteLire la suite
François Hollande favorable à un recrutement sur cinq ans de 60 000 à 70 000 personnels, affectés en priorité à l'école primaire

François Hollande « souhaite revenir sur les suppressions de postes depuis 2007 ». « Il veut mettre en place une loi de programmation pour recruter 60 000 à 70 000 personnels de l'Éducation nationale en cinq ans pour un coût de 500 millions par an, soit 2,5 milliards d'euros », indique à AEF, lundi 12 septembre 2011, Rémi Branco, membre de l'équipe de campagne, chargé de la jeunesse, du candidat socialiste à la primaire, député et président du conseil général de la Corrèze. Il souligne qu'il ne s'agira pas que de « postes enseignants mais aussi des Rased, des infirmières scolaires etc. » « Les 500 millions la première année seront pris sur les dépenses existantes, il y aura autant de dépenses supplémentaires que d'économies. Je n'embaucherai pas de fonctionnaires dans d'autres administrations, j'aurai à coeur, y compris dans l'Éducation nationale, de rationaliser un certain nombre de moyens, nous aurons aussi à mettre en cause des dispositifs fiscaux comme le bouclier fiscal, les cadeaux sur l'impôt sur la fortune », a précisé François Hollande sur « Canal+ », dimanche 11 septembre.

Lire la suiteLire la suite
Université d'été du PS : les candidats à la primaire s'expriment sur l'éducation et la jeunesse

« Cela a été une faute lourde de la part de Nicolas Sarkozy, de priver le système éducatif de moyens humains et financiers pendant toute la durée de son mandat », déclare François Hollande, candidat à la primaire socialiste, lors de son discours samedi 27 août 2011, dans le cadre de l'université d'été du PS. « C'était une faute, pas seulement par rapport à la lutte contre l'échec scolaire, pas simplement par rapport à l'égalité, mais une faute économique. Parce qu'un grand pays comme le nôtre, dans la mondialisation, ne peut avoir d'avantages comparatifs que si nos savoir-faire, que si nos connaissances, nos savoirs dans le domaine de la recherche, sont au plus haut niveau », poursuit-il. « L'économie de la connaissance, c'est pour nous la seule condition pour être compétitifs. »

Lire la suiteLire la suite
Présidentielle : les équipes de campagne « éducation » de Martine Aubry et François Hollande

Candidat à la primaire socialiste, François Hollande a présenté mardi 12 juillet 2011 son équipe de campagne. Jean Germain et Valérie Rabault, sont chargés du dossier éducation.
Valérie Rabault, économiste, travaille dans le secteur bancaire et a coécrit avec Karine Berger l'ouvrage « Les Trente Glorieuses sont devant nous » (Editions Rue Fromentin, 2011). Jean Germain est maire de Tours depuis 1995. Il a également été le directeur de cabinet d'André Laignel, de 1988 à 1991, alors secrétaire d'État à la formation professionnelle. Il a présidé l'université François-Rabelais (Tours) et a été Igen jusqu'en 2010.

Lire la suiteLire la suite
En fin de collège, 17,9 % des élèves ont un niveau « faible » (Depp)

En fin de collège, « le score moyen des élèves baisse de manière significative entre 2003 et 2009 » , indique la note de la Depp « L'évolution des compétences générales des élèves en fin de collège de 2003 à 2009 », datée du mois de décembre 2010 et distribuée lors de la conférence de presse du ministre de l'Éducation, de la Jeunesse et de la Vie associative, au sujet de « la France dans Pisa », mardi 7 décembre 2010 (AEF n°253760). « Cette baisse se traduit par une augmentation de la proportion des élèves les plus faibles (de 15 % à 17,9 %) et par une diminution de la proportion des élèves les plus performants (de 10 % à 7,1 %) », poursuit l'étude.

Lire la suiteLire la suite
Pisa 2009 : la France « tirée vers le bas » par 19,8 % d'élèves « très en difficulté » en lecture

« La France est tirée vers le bas par ses élèves très en difficulté », déclare Sophie Vayssettes, statisticienne de l'OCDE, lors de la présentation des résultats Pisa 2009, mardi 7 décembre 2010. En lecture, la proportion d'élèves connaissant des difficultés s'élève à 19,8 %, et à 9,6 % celle de ceux dépassant le niveau 5, soit « les élèves très brillants » (AEF n°253796). La France se classe ainsi dans la moyenne des pays de l'OCDE, entre les 11e et 22e places. Éric Charbonnier, expert des questions d'éducation et Bernard Hugonnier, directeur adjoint à la direction de l'éducation de l'organisation, assistaient également à cette présentation. L'étude Pisa 2009, dont la dominante est la lecture, est la quatrième étude Pisa (1), les trois premières ayant été réalisées en 2000 (dominante lecture), 2003 (mathématiques), et 2006 (sciences). Évaluant également les performances des élèves en mathématiques et en sciences, l'étude mesure pour la première fois les capacités des jeunes de quinze ans à lire et comprendre les textes sur les supports numériques, étude dont les résultats seront publiés en 2011.

Lire la suiteLire la suite