Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°228792

Le Premier ministre annonce un deuxième plan d'austérité en deux mois pour économiser sept milliards d'euros supplémentaires dès 2012

Le Premier ministre, François Fillon, annonce, ce lundi 7 novembre 2011 un deuxième plan d'économies après le premier train de mesures présenté le 24 août dernier (AEF n°234297). Ce plan vise une économie de 17,4 milliards d'euros d'ici à 2016 dont 7 milliards d'euros dès 2012 de façon à ramener les finances publiques à l'équilibre en 2016. Le budget de l'État sera rogné de 500 millions d'euros supplémentaires et celui de la sécurité sociale de 700 millions via une réduction du taux de l'Ondam de 0,3 points (2,5 % au lieu de 2,8 %, soit 500 millions d'euros d'économies) ainsi que d'autres mesures de réduction des dépenses de gestion.L'application de l'une des principales mesures de la réforme des retraites - le recul progressif de l'âge légal de départ à la retraite de deux années d'ici à 2018)- est anticipée d'un an (2017) de façon à économiser 4,4 milliards d'euros d'ici à 2016. La revalorisation des prestations familiales et des prestations logement, au titre de l'année 2012, sera alignée sur la prévision de croissance (revue à la baisse à +1 % au lieu de +1,75 %) ce qui devrait économiser 500 millions d'euros. Le taux réduit de TVA est porté à 7 % (au lieu de 5,5 %) sauf sur certains produits ou services (1), générant 1,8 milliard d'euros de recettes supplémentaires chaque année. Enfin, de nouvelles mesures de réduction des niches fiscales (suppression du dispositif Scellier en 2013, recentrage du prêt à taux zéro sur les achat d'immobilier neuf…) devraient rapporter 2,6 milliards d'euros d'ici à 2016.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
PLFSS 2012 : le gouvernement compte dégager 6 milliards d'euros de recettes supplémentaires

Les grandes orientations du PLFSS 2012 sont arrêtées et elles ont été rendues publiques ce jeudi 22 septembre à Bercy. Le gouvernement, qui table sur un déficit de l'assurance maladie ramené à -5,9 milliards d'euros en 2012 après les mesures qu'il va prendre contre -9,6 milliards en 2011, estime que le redressement des comptes sociaux est bien engagé et que la « trajectoire » d'un retour à l'équilibre est désormais crédibilisée. Cette politique repose sur un renforcement de la maîtrise des dépenses résultant de la mise en œuvre de la réforme des retraites (5,6 milliards d'économies pour l'ensemble des régimes attendues en 2012) et de mesures d'économies en santé résultant d'un Ondam ramené à +2,8 % et de mesures sur le médicament. Côté recettes, comme annoncé par François Fillon le 24 août dernier, le gouvernement ambitionne de trouver 6 milliards d'euros de ressources supplémentaires. Toutefois, ces mesures étant pour les unes contenues dans le projet de loi de finances rectificative que le Parlement vient d'adopter, pour d'autres dans le PLF 2012, pour d'autres encore dans le projet de loi sur le médicament qui viendra en discussion à l'assemblée mardi 27 septembre et bien évidemment dans le PLFSS 2012, le détail de ces recettes supplémentaires n'apparaissent pas toujours très clairement.

Lire la suiteLire la suite
Le gouvernement renonce à une réforme de la prise en charge de la dépendance avant l'élection présidentielle de 2012

« En accord avec Madame Bachelot [ministre des solidarités et de la cohésion sociale] nous avons choisi de continuer à travailler sur le dossier de la dépendance », a indiqué mercredi 24 août 2011 François Fillon. Traduction ; il n'est pas question d'annoncer des mesures dans l'immédiat. Le Premier ministre a été encore plus clair quand il a indiqué que « la concertation nationale menée depuis le début de l'année a montré l'ampleur des changements que nous devons assumer pour faire face à la nécessaire solidarité envers les personnes les plus âgées. Traiter ce dossier dans l'urgence ne serait pas responsable ». Exit par conséquent ce grand chantier du quinquennat, même si le problème reste entier : « l'adaptation de notre modèle social est une nécessité de long terme. Il nous faudra tenir compte des recommandations du Haut conseil pour l'avenir de l'assurance maladie et trouver des ressources adaptées, a encore indiqué le chef du gouvernement. Nous devons y travailler encore d'ici au début 2012 avec tous les acteurs de ce secteur ».

Lire la suiteLire la suite
Le gouvernement revoit la croissance à la baisse et annonce le prélèvement de 11 milliards d'euros d'impôts supplémentaires en 2012

En fin d'après midi ce mercredi 24 août 2011, le Premier ministre, François Fillon, accompagné de François Baroin, ministre de l'Economie, des finances et de l'industrie, Xavier Bertrand, ministre du travail, de l'emploi et de la santé, Valérie Pécresse, ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l'État et Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, a présenté les mesures d' « ajustement » que prend le gouvernement pour tenir compte du ralentissement de l'activité économique auquel il s'attend en 2011 et 2012. Pour l'essentiel il s'agit de mesures visant à accroître les recettes fiscales afin de conserver à la France la confiance des agences de notation. Sur ce point le Premier ministre a insisté sur la situation française qui n'a rien de comparable avec celle que connaissent la Grèce, le Portugal ou l'Espagne. Mais elle est suffisamment sérieuse au plan de l'endettement pour que des mesures fortes soient prises dès à présent.

Lire la suiteLire la suite