Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

PLF 2012 : le CSRT soulève « le problème crucial de la faiblesse, voire de la disparition des crédits de fonctionnement des laboratoires »

« Le CSRT (Conseil supérieur de la recherche et de la technologie) s'inquiète qu'en parallèle avec l'accroissement des crédits extrabudgétaires, les dotations budgétaires ordinaires (en dehors des salaires, des très grandes infrastructures de recherche et des engagements internationaux) continuent de diminuer drastiquement. » Tel est l'un des messages qu'il exprime à travers son « avis sur le projet de budget de l'enseignement supérieur et de la recherche pour 2012 », adopté en séance plénière le 4 novembre 2011. Selon lui « se pose le problème crucial de la faiblesse, voire de la disparition des crédits de fonctionnement des laboratoires, ce qui paralyse nombre d'entre eux. » En outre, « le fait qu'aujourd'hui les chercheurs français doivent trouver la quasi-totalité de leurs financements sur projets, pose nombre de problèmes » : « le montant des financements alloués est insuffisant », « le taux de réussite à l'ANR (Agence nationale de la recherche) a baissé (23 % en 2009, 20 % en 2010) », « les chercheurs passent (…) une proportion toujours accrue de leur temps à des activités autres que leur recherche ». Ainsi, « le conseil estime à 1 328 hommes/an le coût induit par la préparation des 6 390 projets soumis à l'ANR en 2010 (…), ce qui représente plus de 30 % de l'argent distribué par l'agence ». Et « il s'alarme » de ce que « la France ne répond pas assez aux appels d'offres » européens.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
PLF 2012 : « Il conviendrait de séparer, au sein du CIR, ce qui relève de la recherche et des aides à l'innovation » (JP Gorges, député UMP)

« Il conviendrait de mieux séparer, au sein du crédit d'impôt recherche, ce qui relève spécifiquement de la recherche et des aides à l'innovation », écrit Jean-Pierre Gorges, député UMP d'Eure-et-Loir, dans son rapport intitulé « la recherche et enseignement supérieur : les politiques de la recherche », publié en octobre 2011 et portant sur les crédits 2012 de la Mires (mission interministérielle « recherche et enseignement supérieur »), dont il est le rapporteur spécial au nom de la commission des Finances. Le député souligne que « le crédit d'impôt recherche est un excellent outil de développement de la recherche privée, mais qu'il doit être utilisé à cette seule fin ». « Comme l'ont recommandé tant la Mec (Mission d'évaluation et de contrôle) que l'IGF (Inspection générale des finances) (AEF n°265062 et 234083), il convient de ne pas modifier les paramètres fondamentaux du CIR avant la réalisation d'une évaluation économétrique des effets de la réforme majeure engagée en 2008 », ajoute Jean-Pierre Gorges qui précise qu'une telle étude « devrait pouvoir être menée, avec un recul suffisant, en 2013 ».

Lire la suiteLire la suite
PLF 2012 : les organismes relevant du MESR bénéficieront d'une « mise en réserve réduite sur 2012 » (Laurent Wauquiez aux députés)

Laurent Wauquiez annonce que « les organismes relevant budgétairement de [son] ministère » ainsi que l'IFP Énergies nouvelles bénéficieront « d'une mise en réserve réduite sur 2012 ». Cette déclaration du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche intervient mercredi 2 novembre 2011, lors de l'examen par les députés des crédits de la Mires (mission interministérielle « recherche et enseignement supérieur »). Il répond à une question posée par Pierre Lasbordes (UMP, Essonne) et rapporteur pour avis de la commission des Affaires économiques pour les grands organismes de recherche, qui souhaite se voir « confirmer que les établissements publics scientifiques et technologiques continueront de bénéficier en 2012 de taux réduits de mise en réserve, soit 0,25 % de la masse salariale et 3 % des dépenses de fonctionnement et d'investissement ».

Lire la suiteLire la suite
PLF 2012 : les députés adoptent les crédits de la Mires, diminués de 23 millions d'euros en recherche

Les députés adoptent les crédits de la Mires (mission interministérielle « recherche et enseignement supérieur »), en première lecture du projet de loi de finances pour 2012, mercredi 2 novembre 2011. Un amendement du gouvernement, adopté en séance, réduit de 23,1 millions d'euros les autorisations d'engagement et les crédits de paiement de la mission « au titre de la mise en oeuvre du plan d'économies supplémentaires d'un milliard d'euros annoncé par le Premier ministre le 24 août 2011 », justifie le gouvernement dans son exposé des motifs.

Lire la suiteLire la suite
Les organismes de recherche « ont le savoir-faire pour construire et exploiter une TGIR » (avis du CSRT)

« Le CSRT (Conseil supérieur de la recherche et de la technologie) (1) reconnaît le savoir faire des grands organismes de recherche pour construire, piloter et exploiter une TGIR avec une vision nationale et internationale » et « encourage les universités devenues autonomes à intégrer dans leur stratégie une implication croissante dans les programmes de TGIR ». Tels sont les principaux messages émis par le CSRT dans ses recommandations sur les TGIR, adoptées le 12 octobre 2011 en séance plénière à l'unanimité. Outre la question de la gouvernance et de la gestion du personnel, le CSRT s'attarde sur celles du financement (de la construction et de l'exploitation) et de la feuille de route des TGIR. Pour rappel, les très grandes infrastructures de recherche sont des instruments de recherche dont le coût et l'usage dépassent les capacités d'un seul organisme de recherche ou les finalités d'une seule discipline.

Lire la suiteLire la suite
PLF 2012 : le CNRS est doté de 2,53 milliards d'euros (+ 0,5 %) et doit économiser 11 millions d'euros sur son fonctionnement

La subvention pour charge de service public du CNRS inscrite au PLF (projet de loi de finances) pour 2012 s'établit à 2,53 milliards d'euros « à structure constante », soit une progression de 0,56 % par rapport à 2011 (+ 14,1 millions d'euros). Le PAP (projet annuel de performances) de la Mires (mission interministérielle « recherche et enseignement supérieur »), annexé au projet de loi, précise que cette évolution tient compte d'une « réduction des dépenses » de 23,71 millions d'euros, englobant d'une part les « économies de fonctionnement appliquées aux opérateurs de l'État (- 11,21 millions d'euros) », et d'autre part le « rendu de crédits avancés dans le cadre du plan de relance de 2009-2010 (- 12,5 millions d'euros) ». Le calcul de la dotation intègre par ailleurs « le relèvement du taux de cotisation employeur aux pensions civiles et à l'allocation temporaire d'invalidité » qui doit intervenir au 1er janvier 2012, pour un montant de 29,15 millions d'euros.

Lire la suiteLire la suite
PLF 2012 : Moins d'un milliard d'euros pour la recherche et le supérieur en matière économique et industrielle (- 7 % par rapport à 2011)

Le projet de budget 2012 prévoit de consacrer 998,75 millions d'euros au programme 192 « recherche et enseignement supérieur en matière économique et industrielle », d'après le PAP (projet annuel de performance) de la Mires. Ces crédits sont en diminution de 7 % par rapport à 2010. La répartition par action en crédits de paiement pour 2012 est la suivante : 310 millions d'euros pour les organismes de formation supérieure et de recherche (+ 1,6 % par rapport à 2011) ; 368 millions d'euros pour le soutien et la diffusion de l'innovation technologique (- 14 %) ; et 320 millions d'euros pour le soutien de la recherche industrielle stratégique (- 9 %).

Lire la suiteLire la suite