Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Jean Picq (Cour des comptes) plaide pour une « autonomie de stratégie » des universités et revient sur sept ans de présidence de la 3e chambre

« À mon sens, la LRU est un grand progrès du point de vue de la responsabilisation des universités, mais ce n'est qu'un premier pas en direction d'une réelle autonomie », déclare Jean Picq dans un entretien à AEF, jeudi 17 novembre 2011. Ayant atteint la limite d'âge, Jean Picq vient de quitter la présidence de la troisième chambre de la Cour des comptes (1), remplacé par Patrick Lefas (AEF n°228079). « Une réelle autonomie serait, selon moi, une autonomie de stratégie », argumente-t-il, ce qui suppose, outre la dévolution du patrimoine, que l'allocation des moyens se fasse en fonction de « critères de performance ou d'efficience ». « En ces temps de contrainte budgétaire importante et d'investissement massif dans l'enseignement supérieur et la recherche, il me semble que la nation devrait en avoir pour son argent, c'est-à-dire que cela se traduise concrètement en termes de réussite des étudiants, de pertinence de l'offre de formation souvent proliférante ou de renforcement de la recherche », illustre-t-il.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 93 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
URGENT. Jussieu : La Cour des comptes dénonce « les dérives d'une réhabilitation mal conduite » et saisit la cour de discipline budgétaire

Alors que le coût du désamiantage de Jussieu était estimé à 183 millions d'euros en 1996, puis ajusté à 681,5 millions en 2001, il est aujourd'hui chiffré à 1,85 milliard d'euros, indique la Cour des comptes dans un rapport public thématique intitulé « Le campus de Jussieu : les dérives d'une réhabilitation mal conduite », rendu public jeudi 17 novembre 2011. Le « délai de désamiantage du site » (fixé à trois ans en 2001, puis repoussé jusqu'au 31 décembre 2010) « n'a pas été respecté » puisque les derniers travaux de désamiantage devraient s'achever fin 2011. La réhabilitation des bâtiments, elle, devrait se poursuivre jusqu'en 2015, « soit 20 ans après son lancement ». Ce rapport fait suite à un premier contrôle de la Cour mené en 2004 qui avait donné lieu à une insertion dans le rapport public annuel 2005 (AEF n°410656). « En 2005, soit six ans après le début des travaux, nous avions déjà alerté sur les dérives de délais, de coût et l'absence de pilotage. Aujourd'hui, après un audit approfondi, nous faisons hélas les mêmes constats, amplifiés, nos recommandations n'ayant pas été suivies », explique à AEF Jean Picq, président de la troisième chambre de la Cour des comptes. « Devant l'ampleur des défaillances constatées », la Cour des comptes a décidé de « saisir la Cour de discipline budgétaire et financière de certains faits constatés et a transmis le dossier au parquet général à cette fin », est-il précisé dans le rapport.

Lire la suiteLire la suite

Enseignement supérieur

Aperçu de la dépêche Aperçu
Cour des comptes : Patrick Lefas va succéder à Jean Picq à la présidence de la 3è chambre
Lire la suite
Investissements d'avenir : un « dispositif dérogatoire porteur de risques » pour le budget de l'État, selon la Cour des comptes

« L'enchaînement du plan de relance, du plan campus, des investissements d'avenir fait perdre de sa cohérence à notre système budgétaire : des volumes importants de dépenses ne sont pas pris en compte dans la norme d'évolution des dépenses », déclare Didier Migaud, président de la Cour des comptes, à l'occasion de la présentation de la certification des comptes de l'État et du rapport sur les résultats et la gestion budgétaire à l'Assemblée nationale et au Sénat, mercredi 25 mai 2011. La Mires est l'un des quatre programmes à avoir fait l'objet d'un examen particulier de la Cour au titre de la gestion 2010 car elle « figure au nombre des missions à fort enjeu budgétaire », celui-ci étant « accru par la place qu'elle occupe dans le dispositif des investissements d'avenir » : « En 2010, ceux-ci ont pratiquement doublé les crédits ouverts, passant de 25,36 milliards d'euros en AE et 24,76 milliards d'euros en CP en loi de finances initiale, à 47,54 milliards d'euros en AE et 46,92 milliards d'euros en CP. » La Cour précise que la Mires est également exonérée de l'application de la règle du non remplacement d'un départ sur deux à la retraite et enregistre une progression sensible de ses effectifs, opérateurs compris (285 349 contre 281 034 en 2009).

Lire la suiteLire la suite
URGENT. La Cour des comptes recommande à l'État de contractualiser avec les PRES

« Il convient de ne pas accepter que perdurent des situations où les PRES constitueraient des centres de coûts sans aucune valeur ajoutée » : telle est la conclusion de l'insertion du rapport public annuel 2011 de la Cour des comptes consacrée aux PRES (pôles de recherche et d'enseignement supérieur). Le rapport est rendu public jeudi 17 février 2011. Après le référé adressé sur le même thème en février 2010 à Valérie Pécresse, Christine Lagarde et Éric Woerth (AEF n°267467), la Cour des comptes montre qu' « elle ne lâche pas le morceau », explique à AEF Jean Picq, président de la troisième chambre. « Nous voulions que notre alerte trouve un écho plus large [que le référé], d'où cette insertion dans le rapport public annuel qui s'adresse à l'ensemble des citoyens. Les PRES ont besoin d'un second souffle collectif, nous avons décidé d'en faire un sujet pour tout le monde. Car les PRES mourront si l'on n'y croit pas. Or il y a encore beaucoup de réticences à leur encontre. Nous pensons pour notre part que c'est une formule intéressante, imaginative, flexible, un bel instrument… à condition que leur rôle soit clarifié et que l'État s'en empare réellement en termes de pilotage. »

Lire la suiteLire la suite
Les comptes des universités « sont affectés de lacunes graves et multiples » (Cour des comptes)

« Les leviers du changement que constituent la certification légale des comptes et l'implication des tutelles - dont les effets positifs sont observés chez une minorité d'opérateurs - devront particulièrement jouer pour les universités dont les comptes sont affectés de lacunes graves et
multiples. » C'est ce qu'écrit la Cour des comptes dans son
rapport de certification des comptes de l'État (exercice 2008), rendu public lundi 25 mai 2009, rapport qui émet 12 réserves sur les comptes 2008. Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes présentera ce rapport à la commission des finances de l'Assemblée nationale et à celle du Sénat le 3 juin.

Lire la suiteLire la suite
Immobilier: les universités doivent renforcer leur capacité de gestion et l'État réformer son pilotage (Cour des comptes)

"Il n'y aura de véritable autonomie que lorsque les établissements exerceront toutes les prérogatives du propriétaire […]. Cette perspective, qui doit être la moins éloignée possible, nécessite toutefois que les universités soient rapidement en mesure de l'assumer pleinement et que l'État accompagne cette évolution à travers un pilotage réformé." C'est ce qu'écrit la Cour des comptes dans le chapitre de son rapport 2009 consacré à "la gestion de leur patrimoine immobilier par les universités", rendu public mercredi 4 février 2009. Pour la Cour, les plans d'investissement qui se sont succédé dans l'enseignement supérieur depuis les années quatre-vingt ont produit des résultats "décevants" car "ils sont le fruit d'une politique immobilière trop dispersée". Néanmoins, assure la Cour, le contexte actuel - loi LRU, réforme du financement des universités, "opération campus", etc. - est "favorable à de fortes évolutions".

Lire la suiteLire la suite